TECHNIQUE

Répartir les labours dans la rotation

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

favorise
Bioagresseur
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

(image en en-tête ; auteur :David Wright ; licence : (CC BY-SA 2.0))

 

Le labour est un travail du sol profond (20 à 25 cm) avec retournement de la couche travaillée. En cela il constitue une alternative à l'usage du glyphosate durant l'interculture (destruction des couverts d'interculture) et pour la destruction des prairies temporaires. Il est conseillé de répartir les opérations de labour dans la succession culturale en réalisant au moins un labour dans la rotation et de préférence un nombre impair de labours entre deux cultures à même période de semis. Le labour systématique, par son effet de retournement des horizons travaillés, peut entrainer des difficultés de gestion des adventices (espèces à graines persistantes) ou des maladies (résidus du précédent porteurs de pathogènes). Le labour ne doit pas être trop dressé (afin d'enfouir à plus de 5 cm les cinq centimètres les plus superficiels). 


Exemple de mise en oeuvre : Exemple tiré de la fiche de Laure Gran Aymerich (voir bibliographie), pour une succession blé tendre d'hiver 1 / blé tendre d'hiver 2 / orge d'hiver / maïs : 1) si la flore printannière domine, réaliser un labour entre deux cultures au choix ; 2) si la flore automnale domine, réaliser trois labours : un avant chaque blé et un avant ou après le maïs. Exemple tiré de la plaquette Agro-Transfert Picardie  pour une succession colza / blé tendre d'hiver / betterave / blé tendre d'hiver / pois protéagineux : placer un labour entre le blé et le pois et un autre entre le blé et la betterave.

Précision sur la technique :

Le labour renforce l'efficacité des semis précoces et peut améliorer celle de la herse étrille en libérant le sol de débris végétaux. Le non-labour permanent implique d'utiliser de manière accrue les autres leviers agronomiques comme les faux-semis, le semis tardif des céréales d'hiver, la diversification des rotations, la mise en place de couverts intermédiaires, voire le semi-direct, etc.

Efficacité forte sur les adventices à stock semencier peu persistant : graminées (vulpin, ray-grass anglais, ray-grass d'Italie, brome, etc.) et dicotylédones (gaillet, etc.) à germination automnale.

Efficacité faible sur les adventices à stock semencier très persistant (adventices à levée printanière comme les renouées et les amaranthes).



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable

Toutes les cultures assolées : Ail, Avoine diploïde, Avoine hiver, Avoine printemps, Betterave, Blé dur, Blé tendre hiver, Blé tendre printemps, Cameline, Carotte, Chanvre, Chou fourrager, Chou-fleur d'autome et d'hiver, Chou-fleur d'été, Colza hiver, Colza printemps, Engrain, Petit épeautre, Epeautre, Fenugrec, Féverole hiver, Féverole printemps, Gesse, Haricot, Haricot vert, Laitue, Lentille, Lin fibre hiver, Lin fibre printemps, Lin graine hiver, Lin graine printemps, Lupin blanc doux hiver, Lupin blanc printemps, Lupin bleu printemps, Luzerne, Maïs doux, Maïs ensilage, Maïs grain, Mélilot blanc ou jaune, Melon, Millet, Miscanthus, Moha, Moutarde hiver, Moutarde printemps, Navet d'automne, Navet d'été, Navette, Niger, Oignon, Orge hiver, Orge printemps, Pavot (oeillette), Petit pois, Phacélie, Poireau, Pois chiche, Pois hiver, Pois printemps, Pomme de terre, Prairie, Radis, Ray-grass anglais, Ray-grass d'Italie, Riz, Sainfoin, Sarrasin, Seigle hiver, Soja, Sorgho ensilage, Sorgho grain, Tabac, Tomate industrielle, Tournesol, Trèfle blanc, Trèfle d'Alexandrie, Trèfle de Michelli, Trèfle de Perse, Trèfle incarnat, Trèfle violet, Triticale hiver, Triticale printemps, Vesce commune

Carotte, laitue, soja : le labour a une action contre le sclérotinia.

Pomme de terre : pour enfouir pailles du précédent contre Streptomyces scabies (gale commune).



Tous les types de sols : Généralisation parfois délicate
Dans les sols argileux, des labours d'hiver sont réalisés pour profiter de la restructuration du climat sur le sol (grâce aux propriétés de retrait/gonflement et humification/dessication des argiles). Les labours peuvent occasionner des problèmes dans les sols très caillouteux ou très superficiels (usure des outils) ou encore dans les sols sensibles à l'érosion éolienne ou hydrique (côteaux à forte pente par exemple).

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

Attention aux conditions de passage : le sol doit être ressuyé pour éviter les semelles de labour.



Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En diminution
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : AUGMENTATION


Effet sur la qualité de l'eau : En diminution
pesticides : DIMINUTION
turbidite : AUGMENTATION


Effet sur la consommation de ressources fossiles : En augmentation
consommation d'énergie fossile : AUGMENTATION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Air : Réduction des émissions de phytosanitaires par réduction d'utilisation (fonction des caractéristiques des molécules). Augmentation des émissions de CO2, le labour demande une consommation de carburant importante. De plus le labour favorise la minéralisation de la matière organique, qui libère du carbone. Les émissions de N2O sont moindres en système labouré, mais la différence s'atténue avec le temps si le non-labour est maintenu (attention aux labours occasionnels donc).

Eau : Réduction du transfert de phytosanitaires par réduction d'utilisation, en particulier des herbicides (fonction des caractéristiques des molécules, les herbicides étant fréquemment détectés dans l'eau).

Energie fossile : Augmentation, le labour est une opération qui consomme beaucoup de carburant.

Risque d'érosion  : Augmentation, la dilution de la matière organique liée au labour réduit la stabilité structurale et peut augmenter le risque d'érosion dans les sols sensibles.

Risque de transfert de polluants vers les eaux de surface : Augmentation, via l'augmentation du risque d'érosion.




Critères "agronomiques"

Productivité : En augmentation

Le labour sécurise générallement les rendements (mais attention à la qualité du labour).



Fertilité du sol : En augmentation

Amélioration de la structure du sol (restructuration en cas de tassement) par le labour, mais dilution de la matière organique. Risque de formation d'une semelle de labour (réalisation en conditions humides) et rupture de capilarité. Opération difficile en conditions trop sèches ou trop humides.



Stress hydrique : Pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle : En diminution

Le labour perturbe fortement la faune du sol (macrofaune, vers de terre, bactéries et champignons du sol) et notamment des auxiliaires (en particulier les carabes). Effet fonction de la fréquence du labour dans la rotation.



Autres critères agronomiques : Variable

Fenêtre d'intervention pour les semis : Variable

Le labour augmente la durée des fenêtres d'intervention pour les semis en cas d'humidité de surface. Cependant, il semble que le non-labour permette aussi d'augmenter les fenêtres de semis (effet de l'accumulation de matière organique sur le long terme?).

Nivellement et nettoyage du sol : Augmentation

Le labour permet de niveler le sol et de le débarasser des éventuels débris végétaux, ce qui peut faciliter le désherbage mécanique.

Effet des faux-semis sur la culture qui suit le labour : Diminution

Sur des sols battants à faible portance, les labours sont parfois réalisés juste avant les semis. Dans ce cas, ils peuvent réduire l'efficacité des faux-semis éventuellement réalisés au préalable au cours de la même interculture en remontant des graines. Cependant, les faux-semis auront bien fait diminuer le stock de semences global.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation

Effet variable selon l'équilibre entre la consommation de carburant et la réduction d'utilisation de pesticides (20 à 30 litres de fioul par hectare nécessaires pour un labour).



Charges de mécanisation : En augmentation

Achat, entretien ou remplacement de la charrue, nécessité d'un tracteur puissant.



Marge : Variable

Fonction de l'équilibre entre les charges liées au labour et les économies de pesticides. Le bilan est aussi dépendant de la fréquence du labour dans la rotation. Un groupe de fermes picardes a réduit la part de labour et mieux répartit ces opérations, ce qui a permis des gains économiques et en temps de travail (prise en compte de labours plus déchaumages, cf. bibliographie).




Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation

Augmentation (environ une heure de travail par hectare).

Un groupe de fermes picardes a réduit la part de labour et mieux répartit ces opérations, ce qui a permis des gains économiques et en temps de travail (prise en compte de labours plus déchaumages, cf. bibliographie).



Temps d'observation : Pas de connaissance sur impact




4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
hernie des crucifères agent pathogène (bioagresseur)

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Amarante blanche FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
Amarante blite FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
Amarante couchée FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
Amarante hybride FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
Amarante réfléchie FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
Brome stérile FORTE adventices Graminée à stock semencier peu persistant, à germination automnale.
botrytis cinerea agent pathogène (bioagresseur)
carie commune du blé MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Pour la rhynchosporiose : enlever les résidus infectés avant labour car leur enfouissement augmente la sévérité de maladie sur la culture suivante. Moins le sol est travaillé, moins la maladie est favorisée.
chrysomèle des racines de maïs MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite
ergot MOYENNE agent pathogène (bioagresseur)
fusariose MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) fusarioses sur épis
gaillet gratteron FORTE adventices Dicotylédone à stock semencier peu persistant, à germination automnale.
gale commune agent pathogène (bioagresseur) en pomme de terre, enfouir les pailles du précédent contre Streptomyces scabies (gale commune)
hanneton MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite
limace MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite
phoma des crucifères MOYENNE agent pathogène (bioagresseur)
phoma du tournesol MOYENNE agent pathogène (bioagresseur)
piétin-verse FAIBLE agent pathogène (bioagresseur)
ray-grass anglais FORTE adventices Graminée à stock semencier peu persistant, à germination automnale.
ray-grass d'italie FORTE adventices Graminée à stock semencier peu persistant, à germination automnale.
renouée amphibie forme terrestre FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
renouée des oiseaux FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
renouée liseron FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
renouée persicaire FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
renouée à feuilles de patience FAIBLE adventices Adventice à stock semencier très persistant, à levée printanière.
rhynchosporiose MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Enlever les résidus infectés avant labour car leur enfouissement augmente la sévérité de maladie sur la culture suivante. Moins le sol est travaillé, moins la maladie est favorisée.
sclérotinia MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) carotte, laitue, soja
scutigérelles MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite
septoriose des feuilles MOYENNE agent pathogène (bioagresseur)
septoriose du blé MOYENNE agent pathogène (bioagresseur)
septoriose du lin MOYENNE agent pathogène (bioagresseur)
vulpin des champs FORTE adventices Graminée à stock semencier peu persistant, à germination automnale.

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Effect of crop rotation and tillage system on sclerotinia stem rot on soybean.
Mueller, D.S., G.L. Hartman, and W.L. Pedersen
Canadian Journal of Plant Pathology-Revue Canadienne De Phytopathologie, 2002. 24(4): p. 450-456., Article de revue avec comité, 2002
Impacts environnementaux des TCSL : des effets positifs sur la qualité de l'air et l'effet de serre.
Germon J.C. (INRA) ; Nicolardot B. (Agrosup Dijon) ; Métay A. (Montpellier Supagro) ; Labreuche J. (Arvalis)
Perspectives agricoles n°347, juillet-août 2008, pp 40-45, Article de presse, 2008
Le labour garde un intérêt agronomique
Coronel A. (Le Jura Agricole et rural)
Le Jura agricole et rural, 26/08/2011, p18, Article de presse, 2011
Le plant français de pomme de terre. La gale commune.
Fédération Nationale des Producteurs de Plants de Pomme de Terre
page visitée en octobre 2011, Site Internet, 2011
Sols, biodiversité et pratiques culturales
Steinberg Christian (UMR MSE INRA/Université de Bourgogne) ; Alabouvette Claude (UMR MSE INRA/Université de Bourgogne)
Phytoma - la défense des végétaux, Article de presse, 2010
Stratégies de protection des cultures économes en produits phytosanitaires
Gran Aymerich L.
Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, Travaux universitaires, 2006

Mémoire d'ingénieur. La fiche n°4 du mémoire a très largement inspiré cette fiche technique.


6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

03/12/2018
22/02/2018
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr

08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr