TECHNIQUE

Semer / repiquer des variétés peu sensibles aux ravageurs

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Date de dernière modification: 14/10/2011

Contributeurs initiaux :

François Dumoulin Chambre d'Agriculture de l'Oise françois.dumoulin(at)agri60.fr Fresnoy le Luat (60)
Martine Despréaux-Robelin Chambre d'Agriculture de Saône et Loire mdespreaux(at)sl.chambagri.fr Saint Germain du Bois (71)
Adeline Michel CER FRANCE Normandie Maine AMICHEL(at)50.cerfrance.fr Fleury Sur Orne (14)
Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21)
Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

 

Prendre en compte la résistance ou la tolérance des variétés aux ravageurs lors du choix variétal permet de limiter les risques de dégâts et en conséquence lutilisation de pesticides (réduction des doses, nombres de traitements, impasses). Des informations sur la sensibilité aux ravageurs sont parfois disponibles dans la documentation et auprès des structures de conseil. Un enjeu essentiel est de limiter ou de retarder au maximum le contournement de ces résistances génétiques en particulier lorsquelles sont monogéniques. Il est donc recommandé de varier les gènes de résistance dans le temps, au cours des rotations, et dans lespace, sur la sole dune culture sur un territoire, à lintérieur dune parcelle, voire à lintérieur même de la variété grâce à des variétés multilignées ou populations (pratique très peu répandue).


Exemple de mise en oeuvre : Les variétés de betterave Julietta, Bison et Adrianna KWS sont résistantes à la fois aux nématodes à kystes et à la rhizomanie. Les variétés de pomme de terre Annabelle et cécile sont résistantes au nématode doré Globodera rostochiensis.

Période de mise en œuvre
Sur culture implantée

Les choix se font annuellement sur la culture mais le raisonnement gagne à être pluriannuel pour diversifier les génétiques dans la succession et limiter les contournements.

Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle

Les choix se font à la parcelle mais gagnent à être raisonnés à l'échelle de l'exploitation voire du territoire pour diversifier les risques et freiner la propagation des ravageurs.

Application de la technique à...

Toutes les cultures : Généralisation parfois délicate
L'offre de variétés résistantes aux ravageurs est limitée à un faible nombre d'espèces. On peut cependant toujours rechercher une variété un peu plus rustique même si la variété idéale n'existe pas et qu'il faut prioriser les critères de choix. C'est plus difficile pour les cultures sous contrat avec variétés imposées, souvent sans prise en compte de critères agronomiques comme la résistance aux ravageurs.

Tous les types de sols : Facilement généralisable
Quel que soit le type de sol on peut toujours rechercher une variété un peu plus rustique. Mais en ajoutant un critère de choix supplémentaire (adaptation à une contrainte de sol), on réduit l'éventail des possibilités.

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Les variétés de maïs transgéniques produisant de la toxine Bt sont interdites en France. Une partie de la CVO est destinée à des programmes d'intérêt général et pourrait donc servir au développement de variétés résistantes aux ravageurs. Réglementation sur les OGM. Contribution Volontaire obligatoire


2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
acidification : DIMINUTION
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : DIMINUTION
émission de particules : DIMINUTION


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION
pesticides : DIMINUTION
turbidite : DIMINUTION


Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION
consommation de phosphore : DIMINUTION


Autre : Pas d'effet (neutre)

Réduction de l'utilisation de pesticides (transfert dans l'eau ou dans l'air en fonction des molécules).

Réduction des dégagements de CO2  et de consommation d'enrgir fossile si réduction du nombre de passages. A priori pas d'effet sur le N2O.




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable
Les variétés tolérantes ou résistantes sont parfois moins productives ou donnent une récolte de moindre qualité, mais ça n'est pas systématique.

Stress hydrique : Pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle : Variable
Amélioration probable de la diversité des insectes (notamment faune fonctionnelle du sol) et éventuellement d'autres espèces qui seraient perturbées par les insecticides (effet peu documenté). Cas particulier de certains OGM sur lesquels pèsent des interrogations quant à leur impact potentiel sur la biodiversité et l'environnement en général.

Autres critères agronomiques : En augmentation

Besoin de gérer les résistances et tolérances variétales: Augmentation

Plus elles sont mises en œuvre, plus les risques de contournement sont importants. Il est donc nécessaire de prendre des mesures pour varier les pressions de sélection, et donc les résistances et tolérances mises en œuvre dans le temps et dans l'espace. Le risque de contournement de résistances monogéniques est plus important, mais elles sont plus faciles à sélectionner. Relativement peu d'information est diffusée aux agriculteurs sur les caractéristiques des résistances.

 

Développement d'insectes résistants aux insecticides: Diminution

Limiter le recours aux insecticides limite de développement de populations qui leur sont résistantes.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable
Variable, en fonction de l'équilibre entre réduction de l'utilisation de pesticides augmentation éventuelle du coût des semences (notamment OGM).

Charges de mécanisation : En diminution
Réduction si réduction du nombre de passages de traitement.

Marge : Variable


Autres critères économiques : En augmentation

Coût de la sélection variétale:Augmentation

Le coût élevé de la sélection variétale nécessite que la demande des utilisateurs de semence soit bien formulée et que le marché potentiel soit suffisant pour assurer aux sélectionneurs un retour sur investissement.

 

Débouchés:Diminution

Le choix variétal peut dans certains cas être restreint par le débouché visé.




Critères "sociaux"


Temps de travail : En diminution
Réduction si moins de passages.

Période de pointe : En diminution
Réduction si moins de passages.

Effet sur la santé de l'agriculteur : Variable

Stress: variable

Voir les agriculteurs voisins traiter et ne pas intervenir peut être facteur de stress, mais une personne qui a du recul et connaît le degré de résistance de la variété pourra au contraire être plus relaxée, ayant la certitude qu'il n'y aura pas de problème.



Temps d'observation : Variable
Augmentation possible si l'on passe d'une stratégie avec traitements systématiques à une stratégie de déclenchement des traitements en fonction de seuils. A l'inverse une variété résistante peut permettre de s'affranchir du temps d'observation on décide de faire une impasse de traitement.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Choisir. Céréales > 1 Variétés et traitements d'automne des céréales
Arvalis
Arvalis, Brochure technique, 2009
Chrysomèle occidentale des racines de maïs en Europe : la lutte antiparastaire intégrée est la seule solution durable
Papp Komaromi J. , Kiss J. et Palinkas Z. (Plant Protection Institute, Szent István University, Hongrie) ; Toepfer S. (CABI Europe, Suisse)
ENDURE Étude de Cas sur le Maïs – Guide Numéro 2 (French), Brochure technique, 2010
Exploiting natural variation to identify insect-resistance genes
Broekgaarden C. ; Snoeren T. A. L. ; Dicke M. ; Vosman B. (Wageningen University)
Plant Biotechnology Journal, Article de revue sans comité, 2011
Les risques à couvrir : ravageurs
Chambre d'agriculture de Côte d'Or
Thèm'avert, Brochure technique, 2011
Lutte contre le nématode doré
www.nematodes.be (PhytoDis, Phytofar, belgapom)
www.nematodes.be (PhytoDis, Phytofar, belgapom), Site Internet, 2011
Mémento d’assistance technique pour la mise en œuvre de bonnes pratiques agronomiques, volet santé des végétaux
Délos M. et al. (DRAAF- SRAl)
DRAAF-SRAl, version 2011, Ouvrage, 2011
Nématodes à kystes et rhizomanie : quelle gestion durable ?
Institut Technique de la Betterave
La technique betteravière n°935 du 21 septembre 2010, Article de presse, 2010
Protection contre les ravageurs du sol. Du piégeage à la lutte
Taupin P. (Arvalis)
Perspectives Agricoles n°310, mars 2005, Article de presse, 2005
Scutigérelles : combiner les techniques pour pallier l'absence de produit vraiment efficace
Thibord J. B. (Arvalis)
Perspectives Agricoles n°364, février 2010, Article de presse, 2010

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle génétique
Mode d'action : Atténuation
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr

21/08/2017
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr