TECHNIQUE

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction du précédent et de l'interculture

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Date de dernière modification: 15/08/2012

Contributeurs initiaux :

François Dumoulin CA 60 francois.dumoulin(at)agri60.fr Fresnoy le Luat (60)
Marie-Hélène Jeuffroy INRA marie-helene.jeuffroy(at)grignon.inra.fr Grignon (78)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

 

Définir une dose prévisionnelle de fertilisation azotée par la méthode du bilan en prenant en compte les restitutions de la culture et de l'interculture précédentes.


Exemple de mise en oeuvre :

Lors du calcul de la dose prévisionnelle d'azote d'une culture, des valeurs de référence peuvent être utilisées par défaut pour intégrer l'effet du précédent ; de - 20 u pour un précédent céréale à paille pailles restituées à + 20 u pour un précédent protéagineux ou + 30 u pour un précédent luzerne. L'effet des cultures intermédiaires peut aussi être non négligeable : jusqu'à 60 à 80 u restituées par un couvert de légumineuses.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable

A condition de disposer de références fiables sur les restitutions.



Tous les types de sols : Généralisation parfois délicate

Les références établies n'ont pas toujours été validées dans certains types de sols atypiques dans lesquels on raisonne par extrapolation.



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

La prise en compte des restitutions de la culture et de l'interculture précédentes intervient lors de la définition d'une dose prévisionnelle. La prise en compte des spécificités climatiques de l'année intervient plus tard dans la conduite de la fertilisation.



Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
émission GES : DIMINUTION

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Air : La prise en compte du précédent dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter les dégagements de gaz à effet de serre liés à la fabrication d'engrais minéraux apportés en excès et les émissions au champ de protoxyde d'azote..

Eau : La prise en compte du précédent dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter les risques de surfertilisation, et donc les risques de transfert d'azote vers l'eau par lessivage.

Energie fossile : La prise en compte du précédent dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter la consommation d'énergie fossile liée à la fabrication d'engrais minéraux apportés en excès.




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)

Dans le cas de précédents dont la restitution des résidus entraine une mobilisation d'azote, la prise en compte de ces éléments dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter les risques de pertes de rendement ou de qualité dus à une carence azotée.



Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)


Stress hydrique : En diminution

Les excès de fertilisation qui maintiennent une masse végétative importante au delà du nécessaire ont tendance à sensibiliser les céréales au stress hydrique.



Biodiversité fonctionnelle : Pas d'effet (neutre)


Autres critères agronomiques : En diminution

Risque maladies, verse, insectes : Diminution

L'ajustement de la fertilisation azotée en intégrant l'effet de la culture et de l'interculture précédentes permet de réduire les risques maladies, verse et insectes liés à une fertilisation excédentaire.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

La prise en compte du précédent peut conduire à majorer ou à réduire la dose prévisionnelle, donc les charges de fertilisation.



Charges de mécanisation : Pas d'effet (neutre)


Marge : En augmentation

La prise en compte du précédent participe à maximiser l'efficience économique de la fertilisation azotée, donc à améliorer la marge de la culture.



Autres critères économiques : Pas d'effet (neutre)

Consommation de carburant : pas d'effet (neutre)

 




Critères "sociaux"


Temps de travail : Pas d'effet (neutre)


Temps d'observation : Pas d'effet (neutre)




4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Calcul de la fertilisation azotée - Guide méthodologique pour l'établissement de prescriptions locales
Comifer
Brochure technique, 2011
Cultures intermédiaires - Des légumineuses pour fournir de l'azote au maïs suivant
Cohan J.P., Pauget J. (Arvalis)
Perspectives agricoles n°380, p44-48, Article de presse, 2011
Disponibilité en azote issue du précédent légumineuse, de culture intermédiaire et d'engrais organique
Prieur L. (CREAB), Justes E. (INRA)
AlterAgri n°80, p13-17, Article de presse, 2006

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
05/09/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr