EXEMPLE DE MISE EN OEUVRE

Implantation d'un verger d'abricot économe en intrants

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

Aboutie
Dernière modification : 27/01/2020
Voir les contributeurs

Discussion liée

Autres discussions en rapport

Paillage avec foin de luzerne sur verger d'abricotier (crédit photo: CTIFL).

Mené de 2013 à 2018 sur la station expérimentale du CTIFL Centre Balandran, cet essai vise à analyser l'impact de la réduction du recours aux produits phytosanitaires. sur les résultats  technico-économiques dans un système ECO à faibles intrants dans le cadre du projet CAP ReD. L'objectif de ce système ECO est de réduire d'au moins 50% les IFT par rapport au système de référence présent sur le site.


Leviers employés

Les principaux leviers employés  pour atteindre cet objectif sont les suivants :

  • Limiter le nombre d’utilisation de fongicides et d'insecticides de synthèse en fonction du niveau de contamination et en substituant les traitements par du biocontrôle.
  • Recouvrement le plus faible possible du rang et de l'inter-rang pour limiter la concurrence.
  • Favoriser la biodiversité en créant des habitats pour auxilaires, indispensables dans la régulation des ravageurs.

Principaux résultats et enseignements

Les bioagresseurs et les dégâts en découlant ne sont apparus qu'à partir de 2015.

Les forficules sont des ravageurs très préoccupants faisant des dégâts importants sur fruits. Les leviers mis en place (glu, piégage massif) ne sont pas encore assez efficace pour faire face aux importantes populations). Les attaques de rouille et de monilia ont été très faibles soit parce la maîtrise a été satisfaisante soit parce qu'aucun risque n'a été pris. Les dégâts de lépidoptères se sont aggravés en 2017. Le campagnol provencal reste un ravageur problématique du fait de pratiques favorisant son maintien sur la parcelle.

Les IFT hors biocontrôle ont été réduits du fait d'une prise de risque supérieure, de la substitution de traitements chimiques par le biocontrôle et le desherbage chimique sur le rang.

Les pratiques développées dans le système sont techniquement transférables en exploitation agricole. Certains leviers sont faciles a mettre en oeuvre. Mais d'autres sont trop gourmands en main d'oeuvre.
Sur la parcelle, il conviendrait d'approfondir les leviers actuels et continuer leur évaluation pour améliorer leur efficience et ainsi réduire les coûts de production. Il parait essentiel de continuer l'expérimentation pour confimer ou non les résultats des premières années de production.

 

- PLUS D'INFO DANS LA FICHE SYSTÈME DE CULTURE EXPE

 

Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

27/01/2020
Aurélie LEQUEUX SAUVAGE - APCA DEPHY - PARIS (75008)
charge-mission - aurelie.lequeux-sauvage@apca.chambagri.fr