TECHNIQUE

Irriguer en maximisant l'efficience des apports d'eau

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

(image en en-tête : capteurs tensiométriques, site expérimental de Montoldre, Irstea)

Date de dernière modification: 01/12/2011

Contributeurs initiaux :

Cédric Jaffry CA 47 cedric.jaffry(at)lot-et-garonne.chambagri.fr Agen (47)
       
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

 

Limiter la part d'eau apportée non valorisée par la culture par (1) le pilotage de l'irrigation (date et dose) et (2) le bon réglage et la vérification du matériel afin de limiter les pertes par drainage, ruissellement, évaporation ou dérive.

La réalisation de bilans hydriques, le suivi des informations délivrées par les organismes de conseil, le suivi de l'humidité du sol à l'aide de sondes capacitives, ou de la tension en eau à l'aide de capteurs tensiométriques, permettent d'adapter les apports (démarrage, rythme dose-fréquence, arrêt de l'irrigation) aux besoins de la culture et donc de limiter les pertes par drainage ou ruissellement. 

La vérification du bon réglage du matériel permet d'éviter les pertes par drainage / ruissellement liées à une mauvaise répartition spatiale de l'eau d'irrigation.

Enfin, la réalisation des apports en l'absence de vent, et en dehors des heures chaudes de la journée permet de limiter les pertes par dérive et évaporation.


Exemple de mise en oeuvre :

Sur maïs irrigué par enrouleur, la mise en place de sondes tensiométriques permet de suivre l'évolution de la tension en eau du sol. La comparaison de la tension mesurée par rapport à des seuils tensiométriques permet de raisonner (1) le déclenchement de la première irrigation, (2) la reprise des tours d'eau en modulant éventuellement le rythme de base par milieu en fonction des précipitations et (3) la fin des irrigations. Les tours d'eau sont réalisés en l'absence de vent pour éviter les pertes par dérive, et de préférences en début de matinée, le soir voire la nuit pour éviter les pertes par évaporation. Enfin, le bon réglage de l'enrouleur (vitesse d'avancement, dose apportée et angle de rotation) permettent d'assurer une bonne répartition spatiale de l'eau.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
Tous les types de sols : Facilement généralisable
Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
émission GES : DIMINUTION

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Air : L'optimisation de l'efficience de l'irrigation permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre liée à la part inefficace des apports d'eau (pompage, déplacement des enrouleurs).

Eau : Le pilotage de l'irrigation et le bon réglage du matériel permettent de réduire les risques de transferts d'azote vers les milieux aquatiques par drainage et contribue à minimiser le reliquat entrée hiver.

Energie fossile : L'optimisation de l'efficience de l'irrigation permet de réduire la consommation énergétique liée à la part inefficace des apports d'eau (pompage, déplacement des enrouleurs).




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable

En situation restrictives, le pilotage de l'irrigation et le bon réglage du matériel permettent de mieux valoriser la quantité d'eau disponible, donc d'améliorer la productivité de la culture et du système. En situation non restrictive, ces techniques permettent de réaliser le même rendement avec moins d'eau.



Qualité de la production : Variable
Le pilotage de l'irrigation peut également jouer un rôle important sur la qualité des productions (légumes de plein champ...).

Stress hydrique : En diminution

Mais attention, l'amélioration de l'efficience de l'irrigation passe par une meilleure exploitation des ressources en eau du sol, ce qui peut conduire à un déficit hydrique plus important à la récolte de la culture (mais moins important qu'après une culture d'été conduite en sec), qui peut être limitant pour l'implantation d'une culture d'hiver ou d'une culture intermédiaire. Dans le cas de systèmes à base de cultures de printemps, la réserve hydrique sera généralement reconstituée par la pluviométrie hivernale avant l'implantation de la culture suivante.



Biodiversité fonctionnelle : Pas d'effet (neutre)



Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Pas d'effet (neutre)


Charges de mécanisation : En diminution

Le pilotage de l'irrigation peut impliquer des charges supplémentaires (de 0 € pour la réalisation d'un bilan hydrique, environ 450 € pour un kit tensiométrique permettant d'équiper une parcelle, à 3 000 € pour certaines sondes capacitives). Ce coût est compensé sur le court - moyen terme si le pilotage permet d'éviter des tours d'eau (un tour d'eau coûte environ 30 €/ha).



Marge : En augmentation

Le pilotage de l'irrigation et le bon réglage du matériel contribuent à améliorer la rentabilité soit par la réduction des charges liées à l'irrigation pour un même rendement, soit en améliorant le rendement pour une même quantité d'eau apportée.




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

Le pilotage de l'irrigation peut permettre de réduire la charge de travail liée au déplacement des enrouleurs si il conduit à réduire le nombre de tours d'eau.



Effet sur la santé de l'agriculteur : En augmentation

Image de l'agriculture : Augmentation

Le partage de la ressource en eau est de plus en plus source de conflits entre agriculture et autres utilisateurs. La réduction du volume d'eau utilisé pour l'irrigation contribue à améliorer l'image de l'agriculture.



Temps d'observation : En augmentation

La réalisation de bilans hydriques, le suivi des mesures acquises par des sondes capacitives ou des capteurs tensiométriques implique un temps d'observation et d'interprétation, de l'ordre d'une journée par campagne.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Bases techniques de l'irrigation par aspersion
Mathieu C.
Ed. Lavoisier, Ouvrage, 2007
Guide pratique de l'irrigation
Chossat J.C. & Rieul L.
Ed. Cemagref, Ouvrage
Irrigation en grandes cultures - Des acquis récents au service d'une irrigation maîtrisée
Jacquin C., Deumier J.M., Lacrois B. (Arvalis)
Perspectives agricoles n°313, p62-80, Article de presse, 2010
La conduite de l'irrigation – De la stratégie au pilotage de l'irrigation
RNED-HA
Ed. Cemagref, Ouvrage, 1995
Maîtriser l'irrigation par couverture intégrale
Groupe d'appui technique aux irrigants d'Aquitaine
Brochure technique
Maîtriser l'irrigation par enrouleur
Groupe d'appui technique aux irrigants d'Aquitaine
Brochure technique
Maîtriser l'irrigation par pivot et rampe frontale
Groupe d'appui technique aux irrigants d'Aquitaine
Brochure technique
Optimiser la gestion de l'irrigation - Des stratégies plus fines et des outils plus précis
Milou C.
Cultivar n°626, p32-33, Article de presse, 2009
Pilotage des irrigations : l'offre de capteurs se diversifie
Deumier J.M., Bouthier A., Bonnifet J.P. (Arvalis)
Perspectives agricoles n°368, p64-66, Article de presse, 2010
Traité d'irrigation
Tiercelin
Ed. Lavoisier, Ouvrage, 2006
irrigation du maïs : comment s'adapter à une ressource en eau limitée ?
S. Gendre, A. Bouhier, B. Lacroix (Arvalis)
Perspectives agricoles n°445, p22-24, Article de presse, 2017

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
01/09/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr