TECHNIQUE

Pratiquer la lutte biologique à l'aide de Bacillus thuringiensis


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Image : Bacillus thuringiensis ; auteur : Dr. Sahay ; licence (CC BY-SA 3.0)

 

Contributeurs initiaux :

       
       
       
Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21)
 

Pulvériser une solution insecticide à base de Bacillus thurengiensis ou Bt (contenant les bactéries elles mêmes et/ou les toxines qui la rendent active). Il existe plusieurs sérotypes aux propriétés différentes (actifs sur lépidoptères ou coléoptères), ainsi que divers produits commerciaux. Il est possible d'alterner les modes d'action pour prévenir le développement de résistances. Il faut intervenir tôt (premiers dégâts ou avertissements régionaux), renouveller le traitement régulièrement et en cas de pluie supérieure à 20 mm et réaliser une pulvérisation fine.


Exemple de mise en oeuvre : Contre les noctuelles défoliatrices du chou en Bretagne : pulvériser du Bt à la dose recommandée dès les premiers dégâts et répéter tous les 7 à 10 jours (et en cas de pluie supérieure à 20 mm) jusqu'à la fin de la période sensible (fin octobre).

Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Pas généralisable
Seuls les usages autorisés sont possibles, voir pour cela la partie cultures concernées.

Tous les types de sols : Facilement généralisable
Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Influence
POSITIVE

Plusieurs usages sont autorisés, y compris en agriculture biologique (sous réserve de l'utilisation de souches de Bt non OGM). Autorisations de Mise sur le Marché, Cahier des charges de l'agriculture biologique


2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : NEUTRE


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
pesticides : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Les produits à base de Bt sont rapidement dégradés par la lumière et les microorganismes. Le risque de transfert vers l'air est très limité.

Il n'y a pas de différence d'émission de GES et de consommation d'énergie fossile par rapport à un produit phytosanitaire d'origine non biologique, sauf si le nombre de traitements requis est supérieur.

 

Biodiversité : visage vert taille 10

Les insecticides à base de Bt sont spécifiques de groupes d'insectes et n'ont donc pas d'effets sur les espèces n'appartenant pas à ce groupe. De plus, ce sont des produits rapidement dégradés par la lumière et les microorganismes. Les effets indésirables sur la faune sont donc limités et la biodiversité améliorée par rapport à l'utilisation d'insecticide chimique. Le Bt affecte cependant les espèces du même groupe que les espèces cibles (lépidoptères ou coléoptères).




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)
L'efficacité des produits à base de Bt étant similaire à celle des insecticides chimiques, on n'attend aucun effet sur le rendement en cas de remplacement de l'un par l'autre.

Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)
On ne constate généralement pas d'accumulation de Bt qui est naturellement présent dans les sols. Les bacilles peuvent donc y survivre, mais leur population est régulée par compétition avec les autres espèces. Les effets sur la microflore et sur la faune du sol sont donc probablement limités.

Biodiversité fonctionnelle : En augmentation
Augmentation par rapport à l'utilisation d'insecticide chimique en raison de la vitesse de dégradation et de la sélectivité des produits à base de Bt. Par exemple, l'effet sur les abeilles est nul à très limité. Par contre, des effets sont possibles sur les lépidoptères ou coléoptères auxiliaires (trichogrammes, coccinelles, etc.).


Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation
La différence est fonction de l'écart de prix entre les programmes chimiques et les programmes à base de Bt. Ces derniers coûtent entre 20 et 30 euros par hectare et par traitement.

Marge : Variable

Le coût des traitements à base de Bt est relativement faible (20 à 30 euros/ha). L'évolution de la marge liée au remplacement d'insecticides chimiques par du Bt dépend du rapport de prix entre les produits substitués et de substitution, et du nombre de passages requis.




Critères "sociaux"


Effet sur la santé de l'agriculteur : En augmentation
Les risque pour l'utilisateur sont réduits car le Bt n'est pas toxique pour l'homme. On retrouve sur ces produits les phrases de risque Xi, R36, R41, R43.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Bacillus thurengiensis, alternatif et d'alternance
Duchon-Doris J. et Armengaud P. (Philagro)
Phytoma, n°624-625, Article de presse, 2009
Index phytosanitaire ACTA
ACTA
ACTA, Ouvrage, 2017
Les lépidoptères ravageurs en légumes biologiques
Mazollier C. (GRAB) ; Oudard E. (SRPV PACA) ; Bélaird E. (SRPV Centre) ; Lambion J. (GRAB)
ITAB, Brochure technique, 2001
Maladies et ravageurs des légumes de plein champ en Bretagne
Chambres d'Agriculture de Bretagne
Ouvrage, 2005

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Lutte biologique
Mode d'action : Rattrapage
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr