TECHNIQUE

Pratiquer la lutte biologique à l'aide de trichogrammes

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Trichogramma brassicae BESDENKO parasitant une ooplaque d'Ostrinia nubilalis (pyrale du maïs)

Crédits photo : Pizzol Jeannine (INRA)

Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21)

 

Cette technique consiste à introduire dans le champs des trichogrammes (Trichogramma brassicae, micro-guêpes parasitoïdes contenues dans des supports en carton) à une date fonction des sommes de température. Les trichogrammes doivent être introduits tous les ans car ils ne survivent pas à lhiver en grand nombre. Contre la première génération de pyrale, ce sont 100 000 à 215 000 guêpes/ha qui sont lâchées à partir de 25 à 50 points différents. Si elles sont utilisées contre la seconde génération, de 250  000 à 600 000 guêpes par hectares doivent être lâchées en 50 points.


Exemple de mise en oeuvre : En Bourgogne (une seule génération de pyrales) : poser les supports de trichogrammes à a période appropriée (Bulletin de Santé du Végétal, etc.) : 25 points de pose par hectare.

Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Pas généralisable
Sur maïs uniquement (tous types : grain, ensilage, doux, semences).

Tous les types de sols : Facilement généralisable
Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Influence
POSITIVE

 

Cette technique fait l'objet d'une action CEPP (Certificat d'Economie de Produits Phytopharmaceutiques) n°2017-006 /  Lutter contre la pyrale du maïs au moyen de lâchers de trichogrammes.

Une autre action concerne l'utilisation de trichogramme en vigne : 2017-024 / Lutter contre les tordeuses de grappe de la vigne au moyen de lâchers de trichogrammes.

 

Autorisation de Mise sur le Marché

 




2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
acidification : DIMINUTION
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : DIMINUTION
émission de particules : DIMINUTION


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION
pesticides : DIMINUTION
turbidite : DIMINUTION


Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Réduction, dans la mesure où les insecticides utilisés représentaient un risque de pllution des eaux. Il ne s'agit pas du principal risque lié aux insecticides contre la pyrale.

La pose se fait à la main.

Biodiversité: Augmentation

Les insecticides principalement utilisés contre la pyrale (oxadiazines,
pyréthrinoïdes et organophosphorés) ont des effets sur les arthropodes non cibles, et notamment sur des auxiliaires et sur les abeilles.

Biodiversité: pas d'effet (neutre)

Les trichogrammes parasitent très peu les œufs d'insectes non cibles et exercent une concurrence limitée contre les parasites indigènes. La plupart des trichogrammes meurent après la ponte. Les supports qui permettent de les introduire dans les champs sont en carton biodégradable.




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)


Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)
La faune et les microorganismes du sol se développent mieux et remplissent donc potentiellement mieux leurs fonctions liées à la fertilité du sol.

Stress hydrique : Pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle : En augmentation
La réduction de l'utilisation d'insecticides permet un meilleur développement de nombreuses espèces utiles à l'agriculture, et en particulier d'insectes (régulations biologiques, aération du sol, transformation de la matière organique, pollinisation, etc.).

Autres critères agronomiques : En diminution
Diminution du risque de résistance aux insecticides.


Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation
35 à 40 euros par hectare et 3 à 5 ha par heure et par personne pour la lutte contre la première génération et  45 à 55 euros par hectare et 2 à 3 ha par heure et par personne pour la seconde.

Charges de mécanisation : En diminution
La pose se fait à la main.

Marge : En augmentation


Autres critères économiques : En diminution

Consommation de carburant:Diminution

La pose se fait à la main.




Critères "sociaux"


Temps de travail : En diminution


Période de pointe : En augmentation
Il faut compter entre 2 et 5 ha traités par heure et par personne, ce qui est supérieur au temps nécessaire pour les traitements chimiques.

Effet sur la santé de l'agriculteur : En diminution
Les insecticides sont dangereux pour les utilisateurs, utiliser des trichogrammes réduit donc le risque sanitaire

Temps d'observation : Pas d'effet (neutre)
Les périodes de pose peuvent être connues via les bulletins de santé du végétal.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Les trichogrammes
Biotop
Biotop, entreprise de production d'auxiliaires, Site Internet, 2012
Lutte non chimique contre la pyrale du maïs utilisant des trichogrammes ou du maïs Bt
Meissle M. , Bigler F. , Mouron P. (Agroscope ART, Suisse) ; Kabiri F. Biotop, France) ; Pons X. (Universitat de Lleida, Espagne)
ENDURE. De la théorie à la pratique. Etude de cas sur le maïs - guide numéro 1, Brochure technique, 2010
Surveillance et protection contre les foreurs du maïs
AGPM
AGPM -info technique n°393, avril 2010, Brochure technique, 2010

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Lutte biologique
Mode d'action : Rattrapage
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
09/01/2018
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr

08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr

16/10/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr