TECHNIQUE

Pratiquer le désherbage mécanique en plein - Herse étrille


Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

est évoqué dans
Exemple de mise en oeuvre
...
utilise
Matériel
Voir tous les liens

Crédit : Grégoire Agri

Aboutie
Dernière modification : 20/08/2021
Voir les contributeurs

Discussion liée

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Fiche enrichie en 2021 par le Groupe Technique Adventices du GIS PICLEG.

 

Le principe

La herse étrille est un outil de désherbage mécanique en plein. Elle a une action mécanique sur les adventices en cours de germination du stade filament blanc au stade cotylédon voire 1 ou 2 feuilles en fonction des adventices. L'outil agit par arrachement ou recouvrement des adventices du fait du frottement et de la vibration des dents sur le sol.

Elle s’utilise en aveugle en pré-levée à 1 ou 2 cm au-dessus du lit de semence dès que l’on observe des levées d’adventices ou en culture de faible hauteur (variables selon les cultures pour qu’elles résistent à l'action de l'outil).

Elle constitue une alternative à l'usage d'herbicide de pré et post-levée en culture. Elle peut aussi être utilisée pour détruire les faux-semis et représente, dans ce cas, une alternative à l'utilisation du glyphosate.

 

Conditions de réussite

          Conditions climatiques

Pour réussir un désherbage avec la herse étrille, le lit de semences doit être plat, sans grosses mottes. L’efficacité est également maximisée par des conditions de sols ressuyés, en évitant les fortes croûtes de battance (les dents ne pénètrent pas le sol) et les sols lourds. Elle est moins efficace en cas de présence trop importante de résidus de culture (effet "ratissage") et au niveau des passages de roues et sur les fourrières. La présence de cailloux altère peu l'efficacité de l'outil contrairement à la houe rotative.

L’intervention doit impérativement être suivie d’un ou deux jours de temps sec et ensoleillé pour assurer la dessiccation des plantes arrachées.

 

          Efficacité de la technique vis-à-vis des adventices

Pour une efficacité optimale, il est généralement nécessaire d’intervenir sur les adventices de la germination au stade 2-3 feuilles au plus tard. Pour la plupart des adventices, l’efficacité de la herse étrille diminue passé ce stade, lorsque les adventices sont mieux développées et enracinées. Cet outil cible principalement les dicotylédones annuelles, il est moins efficace sur les graminées et inefficace contre les adventices vivaces.


Source : Désherbage alternatif en maraîchage - Méthodes curatives, Chambre d’Agriculture de l’Ain, 2016.

 

          Nombre de passages

En pré-levée, pour les cultures à forte profondeur de semis, prévoir au maximum deux passages, dès qu'un pic de levées d'adventices est observé. En post-levée, compter un maximum de quatre passages, en fonction du nombre de jours disponibles (exemple : carte pour le désherbage mécanique du blé à l'automne). Afin d’éviter que les dents empruntent le même passage à chaque intervention, il est conseillé d’alterner le sens de passage de l’outil. Pour certaines cultures il est même possible de travailler à la perpendiculaire du champ.

 

          Adaptation du semis

La densité de semis doit être augmentée de 10 à 15 % pour palier à la possible perte de pieds lors du hersage. Le semis doit aussi être effectué plus profondément si l'on souhaite intervenir en prélevée et l'irrigation doit être évitée au moment des passages de herse.

 

          Adaptations possibles du hersage

Attention aussi à l'effet de ratissage des résidus de culture qui, s'ils s'accumulent devant la herse étrille, risquent d'abimer la culture. La roto étrille peut alors être une bonne alternative à la herse dans ce cas de figure. Enfin, si une croûte de battance s’est créée à la surface du sol, il est préférable “d’ouvrir” le sol avec un binage de l’inter rang avant le passage de la herse étrille.

 

          Matériel

La herse étrille est équipée de dents longues (de 400 à 550 mm) et souples (de 6 à 8 mm de diamètre) montées sur des panneaux articulés pour suivre le terrain. Sa largeur varie de 6 à 24 m. A titre de comparaison, une herse de 12 m de large permet d’avoir un débit de chantier proche de celui d’un pulvérisateur.

Le réglage de l’agressivité vise à trouver le meilleur compromis entre l’efficacité du désherbage et le risque de perte de pieds. L’agressivité est liée à :

  • L’inclinaison des dents : plus elles sont verticales, plus elles sont agressives envers les adventices et les cultures. Elle est à raisonner en fonction de l’état du sol, du stade de la culture et de celui des adventices. La courbure des dents est également à prendre en compte. Les dents courbées, plus agressives, sont moins adaptées aux sols très caillouteux.
  • La vitesse de travail : plus elle est élevée, plus l’agressivité est importante. En pré-levée, il est possible de passer à 15 km/h. En post-levée, la vitesse doit être plus modérée (4-12 km/h) surtout si la culture est jeune afin de ne pas l'endommager.
  • La profondeur de travail : en ajustant la position des roues de terrage, de 1 à 2 cm en passage en pré-levée, de 2 à 3 cm en post-levée. Attention à ne pas régler trop profond pour éviter de générer des relevées d'adventices.
  • La pression des dents : les herses étrilles les plus récentes permettent de régler la résistance des dents au contact du sol par un système de ressorts. Plus la pression est élevée, plus la résistance des dents est forte et donc plus l’outil est agressif.

 

          Quelques exemples de mise en œuvre

En grandes cultures :

En cultures légumières : Essai mené par le PEP Rhône-Alpes sur le fenouil doux

 

Précision sur la technique :

          Stratégies et stades d'utilisation

La herse étrille détruit la plupart des plantes du stade filament blanc au stade 2-3 feuilles. Son utilisation est donc généralement déconseillée lorsque la culture se situe entre ces stades. La stratégie globale de désherbage consiste alors à maintenir la parcelle indemne d’adventices jusqu’au stade 2-3 F de la culture, par des interventions de désherbage en pré-levée, par exemple des passages de herse étrille en aveugle. Puis, lorsque la culture a dépassé le stade 2-3 F et est devenue suffisamment résistante et enracinée, il est possible de gérer les nouvelles levées d'adventices avec des passages de herse étrille sur la culture.

La herse étrille se montre complémentaire d’autres techniques de désherbage mécanique (houe rotative, binage) ou chimique qui peuvent être effectuées en complément (pour les premiers stades de la culture) ou en rattrapage en cas de difficultés à intervenir à cause de la météo (exemple : voir page 2 La herse étrille, AgroTransfert).

 

Le tableau ci-dessous récapitule les stades conseillés d'utilisation de la herse étrille pour quelques cultures :

Stades des cultures semées Pré-levée Levée 1 feuille / crosse 2 feuilles 3 feuilles 4 feuilles / tallage 6 feuilles / épi 1 cm 8 feuilles
Stades des cultures plantées Pré-plantation Plantation 1 semaine 2 semaines 3 semaines 4 semaines 5 semaines 6 semaines
Cultures

Avant semis : toutes cultures

Après semis : seulement les cultures à semis profond

  Blé / Orge  
  Maîs  
Féverole  
  Pois d'industrie  
  Haricot d'industrie  
  Betterave sucrière  
  Colza  
  Tournesol  
  Soja  
 

Oignon
attention pertes de 5-10 %

 
Tomate de plein champ plantée  

Poireau planté
attention le sol ne doit pas être motteux pour éviter l'encrassement des poireaux

Source : GT Adventices du GIS PICLEG ; Le désherbage mécanique : la herse étrille, Chambre d'agriculture Seine-et-Marne ; Guide pratique pour la conception de systèmes de culture légumiers économes en produits phytopharmaceutiques (2014) - Fiche technique T14

 

          Cas particulier des cultures sur planches

La herse étrille peut également être utilisée dans le cas de cultures légumières sur planches. Dans ce cas, des éléments supplémentaires peuvent être ajoutés pour travailler également les passes-pied et bordures de planches. Il peut s’agir d’éléments de binage montés derrière la roue de terrage ou de dents plus longues positionnées aux extrémités de la herse.

 

          Agriculture connectée et robotique

Plusieurs prototypes de robots ont été développés ou sont en cours de développement et permettent de désherber sur le rang ou dans l’inter-rang à l’aide de divers outils (herse étrille, bineuse classique ou à doigts…). Il s’agit par exemple des robots TED, Oz et Dino (Naïo Technologies), Anatis (Carré) ou Pumagri (SITIA).

Ces robots peuvent permettre d’éviter des opérations de désherbage manuelle et de diminuer la pénibilité du travail. Ils sont toutefois encore peu répandus car ils restent onéreux (plusieurs dizaines de milliers d’euros d’investissement selon les modèles), leurs vitesses et débits de chantiers sont faibles (ce qui peut diminuer l’efficacité du désherbage avec certains outils) et leur autonomie est relative (la réglementation imposant une présence humaine à proximité).



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture
Sur culture implantée

La herse étrille peut être utilisée en interculture pour détruire ou créer un faux-semis, et sur culture implantée, en tant qu’outil de désherbage.



Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

portlet.vue.concept.structure.toutesProductions : Facilement généralisable

La technique est adaptée à de nombreuses espèces, principalement aux grandes cultures et en cultures légumières de plein champ. Attention toutefois à ne pas intervenir lors des stades sensibles des cultures (stades très jeunes). Il est important de se renseigner au préalable sur les pertes occasionnées sur la culture afin d’adapter la densité de semis.



Tous les types de sols : Généralisation parfois délicate

L’efficacité de la herse étrille est limitée dans les terres lourdes, argileuses ou battantes et dans les parcelles avec de grandes quantités de résidus végétaux où elle aura tendance à ratisser. Son utilisation est beaucoup plus appropriée aux terres légères ou caillouteuses (alluvions, terres blanches, terres sableuses, sols superficiels). Pour les sols riches en résidus la roto étrille est mieux adaptée. Pour les sols lourds et battants, le binage permet de casser la croûte de battance. 

Pour en savoir plus : consultez l'article ARVALIS-Institut du Végétal Choisir l'outil de désherbage mécanique en fonction du type de sol.



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

L’intervention doit se faire sur un sol ressuyé facile à travailler. Une à deux journées sèches doivent suivre l'intervention pour assurer la dessiccation des adventices.



Réglementation

L'acquisition d'une herse étrille pour les cultures en ligne fait l'objet d'une fiche CEPP (action n° 30 : Désherber les cultures en rang au moyen d'un outil de désherbage mécanique).




2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices

Stabilité physique et structuration du sol


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation

En tant qu'alternative au désherbage chimique, la herse étrille permet de réduire l'utilisation d'herbicides et donc leur transfert vers l'air.



Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation

En tant qu'alternative au désherbage chimique, la herse étrille permet de réduire l'utilisation d'herbicides et donc leur transfert vers les eaux.



Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable

Cet indicateur est en augmentation s'il y a besoin de réaliser plusieurs passages de désherbage mécanique et/ou un rattrapage chimique par rapport à un traitement d'herbicide. La traction nécessaire est de 7 à 10 ch/m de largeur d’outils.




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable

L'utilisation d'une herse étrille peut provoquer des pertes de pieds pouvant atteindre 5 à 15 % si l’outil est mal réglé et selon le stade de la culture et les conditions de sol. Cependant, cette perte peut être compensée par une augmentation de 10-15 % de la densité de semis. A noter que le colza a une forte capacité de compensation et n'est donc pas sensible à une perte de pieds modérée. Il en est de même pour les céréales d'hiver. On sera en revanche plus attentif aux risques de pertes de pieds pour les céréales à paille de printemps, pour le maïs, le tournesol et les cultures légumières.



Qualité de la production : Variable

Lorsque le passage de herse est trop tardif, il peut y avoir une incidence sur les cultures légumières dont les feuilles sont récoltées.



Fertilité du sol : En augmentation

L'action mécanique favorise la minéralisation de la matière organique du sol et des engrais organiques, l'aération et le réchauffement du sol. Elle permet une amélioration du positionnement des engrais phosphatés et azotés. Il y a diminution du risque de ruissellement et d’érosion par augmentation de l’aération du sol.

 



Biodiversité fonctionnelle : Pas de connaissance sur impact

Les passages d'outils mécaniques sont susceptibles de perturber la faune (macro/micro) présente en surface.



Nouvelles levées d'adventices : Variable

Le passage de la herse, en remuant la terre sur une faible épaisseur, favorise la levée de nouvelles adventices. Cependant, ces dernières ont une levée tardive par rapport à la culture qui exerce sur elles une forte concurrence.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

L'incidence est nulle à faible, puisque l’augmentation de la consommation en carburant est compensée par la diminution d’achat d’herbicides. Cependant, il faut compter environ 10-15 % de semences en plus pour compenser les pertes de pieds.

Il faut cependant être prudent en cas de limons battants car le passage de herse étrille peut, en cas de croûte trop sêche, provoquer une perte importante de plantes sur soja et tournesol jeunes (quatre feuilles).



Charges de mécanisation : En augmentation

Cette technique nécessite un investissement d’environ 7 850 € pour une herse de 6 m de large, 14 000 € pour une herse de 12 m de large et environ 37 000€ pour une largeur de 24 m. Il faut aussi compter 2 000 € supplémentaires pour l’équipement de repliage hydraulique.

 



Marge : Variable

L'effet sur la marge dépend de l'équilibre entre les augmentations et les réduction de charges. Il est plus pertinent de comparer une stratégie qui utilise la herse étrille (dans un itinéraire de désherbage mécanique ou mixte) au tout chimique que d'évaluer l'effet de l'adoption de la herse de manière isolée.

Le coût de passage de herse étrille est considéré comme faible : 20 à 25 € toutes charges comprises (main d’oeuvre, amortissement, entretiens).

Exemple : sur cultures d'été 2 passages de herse étrille et 1 binage coûtent entre 30 et 40 €/ha contre 51 à 86 €/ha en tout chimique (ces coûts sont fonction des largeurs de travail et des produits).




Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation

Il y a une augmentation du temps de travail due au réglage qui peut être délicat, à la faible largeur de l'outil par rapport à un traitement herbicide et au besoin de plusieurs passages, malgré un débit de chantier rapide ( pour une herse étrille de 9 m : 5-8 ha/h en céréales et 2-4 ha/h sur culture sensible - maïs, féverole, etc.).



Période de pointe : Variable

La technique demande une intervention à un stade très précis, donc très probablement en période de pointe. Les réglages sont parfois délicats et les plages possibles d’intervention peuvent être courtes voire inexistantes certaines années.

Les créneaux disponibles pour une utilisation entre le semis et la levée sont très restreints sur maïs (voir cartes de jours disponibles dans la brochure Désherber mécaniquement les grandes cultures, page 57).



Temps d'observation : En augmentation

Le temps dédié à l'observation de la parcelle est augmenté car il est important d'observer le stade de développement des adventices, de la culture et les conditions de ressuyage du sol avant de passer la herse étrille.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Adventices annuelles MOYENNE adventices Efficacité beaucoup plus faible après mise en place des racines des adventices.
Adventices pluriannuelles MOYENNE adventices Efficacité beaucoup plus faible après mise en place des racines des adventices.

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Hélène Sicard, Laurence Fontaine et al
ITAB - projet CASDAR "Optimiser et promouvoir le désherbage mécanique" 2009-2011, Brochure technique, 2012
La brochure décrit les bases du désherbage mécanique commune à toutes les cultures puis décline, culture par culture, les conditions d'utilisation des différents outils de désherbage mécanique, leurs conditions optimales d'utilisation et leur insertion dans des itinéraires techniques de désherbage mécanique en agriculture biologique.
Chambres d’agriculture de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise. Agro-transfert Ressources et Territoires
Ministère de l'agriculture, Brochure technique, 2014
Launais M., Bzdrenga L., Estorgues V., Faloya V., Jeannequin B., Lheureux S., Nivet L., Scherrer B., Sinoir N., Szilvasi S., Taussig C., Terrentroy A., Trottin-Caudal Y., Villeneuve F.
Ministère chargé de l'agriculture, Agence Française pour la Biodiversité, GIS PIClég., Ouvrage, 2014
ARVALIS-Institut du Végétal, Site Internet, 2018
Agro-Transfert ressources et Territoires, Brochure technique, 2011
Chapuis S.
LPC Bio, Brochure technique, 2013
Chambre d'agriculture du Cantal, Brochure technique, 2016
CA17, Multimédia, 2017
I. Félix et al.
DEPHY Ecophyto, Brochure technique, 2018
La brochure décrit 16 familles de stratégies de réduction d'usage de produits phytosanitaires observées dans différents contextes de production chez des agriculteurs des groupes DEPHY. Les stratégies 5 ("En système de grandes cultures, choisir l'agriculture biologique"), 9 ("En polyculture-élevage en système maïs/blé, progresser dans la maîtrise des interventions en culture sans bouleverser la succession") et 11 ("Dans des exploitations d'élevage de l'ouest de la France, des systèmes à base de prairies multi-espèces pâturées pour uen conversion à l'agriculture biologique") illustrent les diverses possibilités d'insertion de la herse étrille dans des itinéraires de désherbage purement mécanique ou mécanique+chimique. Elles témoignent aussi des limites d'utilisation de l'outil.
GAB - FRAB, Brochure technique
Ferrier J-D.
Chambre d'agriculture de l'Ain, Brochure technique, 2016
Voir page 12

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Lutte physique
Mode d'action : Rattrapage
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

20/08/2021
29/11/2018
Irène Félix - ARVALIS - Le Subdray (18570)
ingenieur - i.felix@arvalis.fr

06/09/2018
Céline VACHON - Chambre régionale d'agriculture Nouvelle-Aquitaine - Limoges (87060)
charge-mission - celine.vachon@na.chambagri.fr

06/07/2018
sebastien minette - CRA Nouvelle Aquitaine - Lusignan (86600)
conseiller-chambre-agriculture - sebastien.minette@na.chambagri.fr

22/02/2018
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr

12/01/2018
Paola SALAZAR - INRA - Rennes (35000)
ingenieur - paola.salazar@inra.fr

01/12/2017
Sébastien Picault - CTIFL - Carquefou (44470)
ingenieur - picault@ctifl.fr

25/10/2017
Julien Halska - Bio Bourgogne - BRETENIERE (21110)
ingenieur - julien.halska@biobourgogne.org

06/09/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr