TECHNIQUE

Pratiquer le pâturage des couverts et des repousses

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

défavorise
Bioagresseur
contribue à
Fonction Service Stratégie
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Crédit photo : entraid.com

Pratiquer le pâturage de couverts et des repousses peut avoir deux objectifs différents :

  1. Détruire les couverts et les adventices ;
  2. Et les valoriser en apportant une alimentation alternative aux troupeaux (ce qui permet de retarder l’utilisation des stocks d’hiver et qui peut améliorer la qualité nutritive de leur alimentation).

Pour ce faire, il faut choisir des espèces végétales appétantes composant le couvert, même si certains animaux (chèvres, génisses, oies, cochons) peuvent se contenter d’une alimentation de faible qualité : un compromis doit être trouvé avec d’autres critères (aptitude du couvert à s’implanter facilement, à produire de la biomasse et à capter de l’azote, développement suffisamment rapide avant l’hiver et conditions climatiques - dont la pluviométrie -, effet structurant sur le sol, coût de l’implantation). Mettre en place un couvert avec un mélange d’espèces végétales peut être une solution.

Il vaut mieux attendre que le couvert ait suffisamment poussé avant de le donner en pâturage afin d’éviter le piétinement des prairies et le tassement des sols.

Plus généralement, la gestion du pâturage a des conséquences sur le couvert (et sa repousse), le sol et la culture qui suit.

Un système de partenariat est mis en place dans certaines régions pour les agriculteurs n’ayant pas d’élevage pour louer leurs parcelles aux éleveurs recherchant des prairies pour nourrir leurs troupeaux. (Cf. Bibliographie)

Vous pouvez retrouver ici le témoignage de Jean-Louis Châtaigne, agriculteur en Vendée.

Précision sur la technique :

Cette technique de destruction des couverts est la plus économique (aucune intervention), mais nécessite un parcellaire adapté et/ou la possibilité de clôturer les parcelles. Les animaux devront être déplacés régulièrement pour éviter le piétinement des parcelles.

Cette technique ne permettra pas cependant une destruction totale de toutes les espèces (graminées, vivaces) et l’exportation du couvert végétal limitera les restitutions à la culture suivante.

Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle
Exploitation


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
Tous les types de sols : Facilement généralisable

Attention aux conditions de pâturage, les sols doivent être portants pour éviter toute dégradation par piétinement des animaux.



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable
Continental
Océanique
Méditerranéen
Alpin
Tropical


Réglementation



2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
émission phytosanitaires : DIMINUTION

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
pesticides : DIMINUTION

Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable
consommation d'énergie fossile : VARIABLE

Autre : Pas d'effet (neutre)

Il n'y a pas d’utilisation d'herbicides ni de ressources fossiles mais émission de GES par les ruminants.




Critères "agronomiques"

Qualité de la production : Pas d'effet (neutre)


Fertilité du sol : En augmentation
Engrais naturel issu des déjections des animaux utilisés dans le pâturage des couverts mais risque de tassement du sol par certains animaux lourds : il est conseillé des animaux légers comme les ovins, les caprins.


Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution
Aucun intrant utilisé mais frais éventuel lié à l’entretien des troupeaux (local pour l’hiver, chiens de garde, mise en place de clôtures…) qui peut être réduit en faisant un partenariat avec des éleveurs ayant besoin de prairies pour nourrir leurs animaux (cf. Bibliographie)

Charges de mécanisation : En diminution

Pas de machine utilisée



Marge : Pas d'effet (neutre)
La mise en place d’un couvert (notamment les CIPAN) peut demander un investissement non négligeable mais si le couvert a bien pris et peut être valorisé en pâturage, il peut être rentabilisé en fonction des cours des fourrages.


Critères "sociaux"


Temps d'observation : En augmentation
Temps nécessaire à la gestion du pâturage (clôture, acheminement des animaux, surveillance, …)



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Altise MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite Dans le cas de pâturages des colzas associés
limace MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite Leur prolifération dépend des espèces végétales choisies

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
adventices MOYENNE adventices Leur élimination dépend de l’espèce et de l’appétence pour les animaux

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Organismes fonctionnels du sol MOYENNE Organismes fonctionnels du sol Le pâturage crée ou nécessite des éléments de structure (buissons, friches locales, petites zones dénudées…) favorisant la présence des papillons, sauterelles, abeilles, guêpes, araignées…), contrairement aux prairies fauchées.
Pollinisateurs MOYENNE Pollinisateurs Le pâturage crée ou nécessite des éléments de structure (buissons, friches locales, petites zones dénudées…) favorisant la présence des papillons, sauterelles, abeilles, guêpes, araignées…), contrairement aux prairies fauchées.

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

CIPAN : le couvert est mis pour les brebis
Jean-Michel Devynck
La France Agricole, Article de presse, 2010
Couvert végétal : une culture à part entière
Chambre Régionale d’Agriculture de Bretagne
Terra n°382, Article de presse, 2013
Des couverts pâturés et des couverts récoltés
Sophie Bourgeois
REUSSIR BOVINS VIANDE, Article de presse, 2010
Des intercultures à utilisation fourragère
Chambre d’Agriculture de la Marne
Brochure technique, 2011
Développer un partenariat autour de vos intercultures
Réseau INOSYS Grand Est (IDELE et Chambres d’Agriculture)
IDELE, Article de presse, 2018
Fonctionnement de la prairie pâturée : structure du couvert et biodiversité
M. Duru et al.
Fourrages, Article de revue avec comité, 2001
La luzerne et les couverts végétaux pour limiter les achats d’aliments
Jean-Louis Chataigne
Chambres d’Agriculture France, Interview, 2016
Le pâturage des couverts végétaux par les brebis
Laurence Sagot, Denis Gaut
Inn’Ovin, Article de presse, 2017
Mettre en place des relations entre exploitations grandes cultures et exploitations d’élevage
S. Boudet, A. Dumontier, A. Le Cadre, S. Pousse
Chambre Régionale d’Agriculture de Centre-Val-de-Loire, Brochure technique, 2016
Connaître la valeur nutritive des couverts végétaux
Alexis Ferard
ARVALIS - Institut du végétal, Site Internet, 2017

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

11/01/2019