TECHNIQUE

Protéger les animaux lors de la récolte

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

favorise
défavorise
Bioagresseur
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

(image en en-tête; auteur : Kati Fleming ; licence :(CC BY-SA 3.0))

Date de dernière modification: 22/02/2012

Contributeurs initiaux :

Régis Wartelle CRA Picardie regis.wartelle(at)picardie.chambagri.fr Amiens (80)
Jacques Girard CA 14 jacques.girard(at)calvados.chambagri.fr Caen (14)
Renaud Nadal LPO renaud.nadal(at)lpo.fr Rochefort (17)
Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Epoisses (21)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

 

De nombreuses actions permettent de protéger les animaux lors des récoltes. Avant le chantier (on peut souvent faire appel à des bénévoles) : repérer, marquer et protéger les nids par un enclos, éloigner les oiseaux des parcelles de luzerne pour la déshydratation à l'aide d'agrainoirs, ne pas broyer les bandes enherbées avant la récolte. Au cours du chantier : éffaroucher les animaux (cris, canons à carbure, chiens), hauteur de la barre de coupe de 15 cm au minimum, fauche ou moisson centrifuge, vitesse limitée à 10-12 km/h (5 km/h dans les derniers tours), utilisation d'une barre d'envol, éviter les travaux de nuit, éviter de travailler à plusieurs machines de front. Après le chantier : broyer puis presser les pailles moins de 48 heures après la moisson. Mesures complémentaires :  maintenir sur pied quelques m² autour des nids préalableemnts repérés et protégés par un enclos grillagé, récolter les oeufs ou des poussins non volants, alterner dans l'espace les cultures de printemps et d'hiver (refuges alternatifs), implanter des intercultures, disposer les parcelles en bandes étroites intercalées de jachères, dans les grandes parcelles laisser des placettes non récoltées de 40m².



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle
Exploitation
Territoire


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
Tous les types de sols : Facilement généralisable
Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : Variable
acidification : VARIABLE
émission phytosanitaires : VARIABLE
émission GES : NEUTRE
émission de particules : VARIABLE


Effet sur la qualité de l'eau : Variable
N.P. : VARIABLE
pesticides : VARIABLE
turbidite : VARIABLE


Autre : Pas d'effet (neutre)

Les animaux protégés par ces actions peuvent jouer le rôle d'auxiliaires (prédation d'insectes, de limaces, de graines d'adventices) et donc contribuer à la protection des cultures. Cet effet peut impliquer une réduction d'utilisation de pesticides. De plus, les haies et bandes enherbées qui peuvent servir de refuges aux animaux permettent aussi de limiter les transferts de polluants vers l'eau et l'air.

 

La diversité des actions rend ce point difficile à évaluer. Cependant, vu les actions à mettre en œuvre, la consommation d'énergie fossile évolue sans doute peu. Par exemple l'implantation d'intercultures permet d'économiser de l'engrais, mais une taille réduite des parcelles implique éventuellement plus de manoeuvres et de trajets.

 

Risque d'érosion  : Diminution

Dans le cas où le territoire comporte suffisamment des haies et bandes enherbées, qui sont autant de refuges pour les oiseaux et animaux, et qui limitent les risques d'érosion.

 




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)
La présence de haies a générallement un effet positif sur le rendement (mais leur implantation implique parfois la perte de surface productive).

Fertilité du sol : En augmentation
La fertilité du sol peut être améliorée via une rotation diversifiée (complémentarité des systèmes racinaires), ainsi que par le semis de couverts d'interculture (effet engrais vert sur la structure, la teneur en nutriments, en matière organique).

Stress hydrique : Variable
Il est conseillé de semer des cultures de printemps sur le territoire pour étaler la récolte. Ces cultures sont plus sensibles aux stress hydriques au printemps.

Biodiversité fonctionnelle : En augmentation
Les animaux (dont les oiseaux) qui se réfugient dans les cultures sont protégés, or certains rendent des services aux activités agricoles (auxiliaires en particulier).

Autres critères agronomiques : En augmentation

Maîtrise de certains bioagresseurs: Augmentation

Les animaux préservés sont souvent des prédateurs d'ennemis des cultures : insectes, limaces, graines d'adventices, rongeurs (mulots, campagnols, etc.).




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Pas d'effet (neutre)
Achat de semences d'interculture. Cependant, de nombreuses motivations autres que la protection des animaux peut motiver le semis de couverts intermédiaires (effets sur la fertilité du sol, réglementation).

Charges de mécanisation : Pas d'effet (neutre)
Quelques achats possibles : barre d'envol, effaroucheurs, agrainoirs.

Marge : Pas d'effet (neutre)


Autres critères économiques : Pas d'effet (neutre)
La diversité des actions rend ce point difficile à évaluer. Cependant, vu les actions à mettre en œuvre, la consommation de carburant évolue dans doute peu.


Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable


Période de pointe : Variable
Les actions proposées impliquent parfois une augmentation de la charge de travail : effarouchage avant les chantiers, repérage des nids, pose d'agrainoirs. Par contre, la proposition de semer en bonne proportion des cultures de printemps permet d'étaler le pic de travail que constitue généralement la récolte.

Effet sur la santé de l'agriculteur : En augmentation

Qualité de l'image de l'agriculture:Augmentation

La protection des animaux lors des récoltes améliore l'image des agriculteurs (auprès des chasseurs pour le gibier, auprès des naturalistes et de la population en général pour les autres espèces).

 

Qualité des paysages:Augmentation

Dans le cas où des éléments semi-naturels sont présents (haies, bandes enherbées), et si les cultures sont diversifiées.



Temps d'observation : Variable
Augmentation dans le cas où le repérage des nids est pratiqué.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
rongeur MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite faible si technique utilisée seule, à combiner

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Oiseaux insectivores FORTE Ennemis naturels des bioagresseurs moyenne si technique utilisée seule, à combiner
Rapaces FORTE Ennemis naturels des bioagresseurs moyenne si technique utilisée seule, à combiner

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Des perdrix et des carabes pour désherber les parcelles
ARAD2, association de CER Normandie France
ARAD2, association de CER Normandie France, Site Internet, 2011
Estimation et analyse de la prédation des semences d'adventices par deux communautés biologiques - phasianidae et carabidae
Cella R. (Université de Bourgogne) ; Boursault A. (INRA) ; Petit S. (INRA) ; Chauvel B. (INRA)
AFPP, 21ème conférence du Columa. Journées internationales sur la lutte contre les mauvaises herbes. Dijon, 8 et 9 décembre 2010, Acte de congrès, 2010
Les auxiliaires des cultures
Conservatoire des espaces naturels du Languedoc-Roussillon, Association Geyser, Chambres d'agricultures de l'Aude, du Gard, de l'Hérault, de la Lozère, Chambre régionale d'agriculture languedoc-Roussillon, Fédération régionale des chasseurs, DIREN, Région Languedoc-Roussillon
Site Internet, 2011
Les grandes cultures
Ducrot V. ; Forestier G.
LPO, FARRE, CIVAM, FNAB, Brochure technique, 2009
Menaces, conservation, actualité sur la protection des busards, entre autre dans les grandes cultures
LPO-Mission Rapace
LPO-Mission Rapace, Site Internet, 2009
Travaux de récolte (hors prairie)
Ibis
Ibis, Brochure technique, 2011

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr

18/08/2017
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr