TECHNIQUE

Détruire les adventices et repousses potentiellement hôtes de bioagresseurs


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Bineuse de plantes à parfum aromatiques biologiques

Crédits photo : EPLEFPA Perpignan Roussillon (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21)

 

Détruire (mécaniquement de préférence) les adventices et les repousses susceptibles d'héberger des bioagresseurs des cultures. Cela revient 1) à bien gérer le désherbage dans les parcelles 2) à surveiller les adventices dans les bordures, les tournières et les bandes enherbées (fauchage avant floraison, désherbage de foyers) et 3) à maîtriser les repousses de certaines cultures. Cela peut nécessiter des opérations supplémentaires, ou modifier le calendrier des opérations prévues (destruction des repousses de colza avant levée du colza sur les parcelles voisines.


Exemple de mise en oeuvre : D'une manière générale, le binage est très efficace pour éliminer les repousses de tournesol au printemps, dans toutes les parcelles où des repousses sont susceptibles de se développer. En céréales, si le couvert n'est pas adapté au binage ou si le matériel n'est pas disponible, un herbicide antidicotylédones peut être appliqué.

Période de mise en œuvre
Sur culture implantée

Dans le cas de la gestion d'hôtes de bioagresseurs inféodés à la parcelle, cette technique a un effet préventif dans la rotation.



Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle
Exploitation
Territoire

En fonction de la distance de dispersion interannuelle du bioagresseur à maîtriser, car les bioagresseurs hébergés peuvent être entretenus sur une même parcelle, ou se propager sur les parcelles voisines, voire à plus longue distance.



Application de la technique à...

Toutes les cultures : Généralisation parfois délicate

Certaines repousses sont à surveiller plus particulièrement (pomme de terre, graminées, tournesol).

Pomme de terre : la gestion des repousses de pommes de terre dans les cultures suivantes est essentielle pour la lutte contre le mildiou (arrachage d'un maximum de tubercules au moment de la récolte, non labour après récolte pour exposition au gel, interventions chimiques ou mécaniques dans les cultures suivantes).
Blé dur, Blé tendre hiver, Blé tendre printemps, Epeautre, Engrain (Petit Epeautre) : détruire les repousses de céréales contre les rouilles brune et jaune (au niveau territorial), contre l'oïdium, contre la carie (avant épiaison, dans les parcelles contaminées). Gestion des repousses de céréales et graminées sensibles dans la rotation contre le piétin-échaudage.
Prairie : détruire les repousses avant implantation derrière céréales ou dans les parcelles proches. Enlever rapidement la végétation fauchée.
Avoine hiver, Avoine printemps : contre l'helminthosporiose de l'avoine : maîtriser la folle avoine qui est hôte de la maladie. Détruire les repousses de céréales contre la rouille couronnée (au niveau territorial), contre l'oïdium.
Orge hiver : gestion des repousses de céréales et graminées sensibles dans la rotation contre le piétin-échaudage. Détruire les repousses de céréales contre l'oïdium.
Seigle hiver : gestion des repousses de céréales et graminées sensibles dans la rotation contre le piétin-échaudage. Détruire les repousses (au niveau territorial) contre la rouille dispersée.
Triticale hiver : gestion des repousses de céréales et graminées sensibles dans la rotation contre le piétin-échaudage. Détruire les repousses (au niveau territorial) contre les rouilles brune et jaune.
Triticale printemps : détruire les repousses de blé et de triticale (au niveau territorial). Détruire les repousses de céréales contre l'oïdium.
Colza hiver, Colza printemps : détruire les adventices hôtes secondaires de l'orobanche. Par contre, favoriser les repousses pendant un mois (pour faire germer des graines d'orobanche et détruire ensuite les plantes). Détruire les repousses de colza des parcelles voisines avant le semis.
Tournesol : détruire les repousses après un tournesol, mais aussi dans les parcelles voisines et jachères. Maîtriser les adventices hôtes secondaires (ambroisi, bident, centaurées, xanthium, etc.).



Tous les types de sols : Facilement généralisable
Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : Variable
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : VARIABLE


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
pesticides : DIMINUTION

Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable
consommation d'énergie fossile : VARIABLE

Autre : Pas d'effet (neutre)

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...) : Diminution

Dans les cas où la technique permet de réduire l'utilisation de produits susceptibles de polluer les ressources en eau.

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) : Diminution

Dans les cas où la technique permet de réduire l'utilisation de produits susceptibles de se diffuser vers l'air.

Consommation d'énergie fossile : variable

Augmentation possible si la destruction nécessite des interventions spécifiques.

Dégagement de GES : variable

Augmentation possible des émisisons de CO2 si la destruction nécessite des interventions spécifiques.




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)


Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)


Stress hydrique : Variable

Leur destruction empêche les repousses et adventices de consommer de l'eau. Cet effet est proportionnel à la quantité de plantes détruite. Dans le cas d'un travail du sol superficiel, on peut avoir un déssèchement de la couche supérieure du sol, cependant la rupture des capillaires limite aussi l'évaporation.



Biodiversité fonctionnelle : Pas d'effet (neutre)

Effet négatif sur la macrofaune du sol en cas de travail superficiel ?




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

Diminution si des économies de traitement sont effectuées, ou si des pertes de récoltes sont évitées.



Charges de mécanisation : Variable

Augmentation en cas d'interventions supplémentaires. Pas d'effet dans le cas de décalage d'intervention prévue de toute façon.



Marge : Variable

L'effet sur les marges est fonction de l'équilibre entre les coûts supplémentaires éventuels, les économies de traitements et les pertes évitées.




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

Augmentation en cas d'interventions supplémentaires. Pas d'effet dans le cas de décalage d'intervention prévue de toute façon.



Temps d'observation : En augmentation

Il est nécessaire de bien surveiller la flore adventice, y compris dans les bordures et bandes enherbées.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
carie commune du blé FAIBLE agent pathogène (bioagresseur)
helminthosporiose de l'avoine agent pathogène (bioagresseur)
mildiou de la pomme de terre MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Mesure préventive très importante.
mildiou du tournesol MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Détruire les repousses et maîtriser les adventices hôtes secondaires (ambroisi, bident, centaurées, xanthium, etc.).
orobanche rameuse MOYENNE adventices La destruction des adventices hôtes secondaires est essentielle pour limiter sa propagation. Par contre, favoriser les repousses pendant un mois permet de faire germer des graines d'orobanche pour détruire ensuite les plantes.
oïdium des céréales agent pathogène (bioagresseur) L'oïdium peut se conserver pendant l'été sur des repousses.
phoma des crucifères MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Détruire les repousses de colza des parcelles voisines avant le semis.
piétin-échaudage agent pathogène (bioagresseur)
rouille brune agent pathogène (bioagresseur) Détruire les repousses de blé et de triticale (au niveau territorial).
rouille couronnée agent pathogène (bioagresseur) Détruire les repousses d'avoine (au niveau territorial).
rouille dispersée agent pathogène (bioagresseur) Détruire les repousses de seigle (au niveau territorial).
rouille jaune agent pathogène (bioagresseur) Détruire les repousses de blé et de triticale (au niveau territorial).
thrips du pois ravageur, prédateur ou parasite Pour la lentille, les pousses de soja volontaires ont été reportées comme sources d’infestation de thrips.
zabre ravageur, prédateur ou parasite Détruire les repousses de céréales sur la parcelle où sera semée une prairie ou dans les parcelles proches. Enlever rapidement la végétation fauchée.

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Cahier technique. Carie du blé
Fontaine L. et Hédont M. (ITAB) ; Caron D. , Bernicot M.H. , Robin N. (Arvalis) ; Fougereux J.A. , Collin F. (FNAMS) ; Maurice R. (Chambre Régionale d'Agriculture des Pays de la Loire) ; Mercier F. (RSP)
ITAB, Brochure technique, 2007
Colza - Orobanche ramosa
Terres Inovia
Terres Inovia, Site Internet, 2017
Mildiou de la pomme de terre. La méthode pour s'en protéger
Gaucher D. (Arvalis) ; Vacher C. (Arvalis)
Perspectives Agricoles n°343, mars 2008, pp 56-58, Article de presse, 2008
Mémento d’assistance technique pour la mise en œuvre de bonnes pratiques agronomiques, volet santé des végétaux
Délos M. et al. (DRAAF- SRAl)
DRAAF-SRAl, Ouvrage, 2011
Source des données sur betterave, pomme de terre et lin. Document non diffusé.
Tournesol - Mildiou : moyens de lutte
Terres Inovia
Terres Inovia, Site Internet, 2017

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr

16/10/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr