TECHNIQUE

Réaliser des apports d'amendements minéraux basiques

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

favorise
défavorise
Bioagresseur
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Crédits photo : Mark Robinson (CC BY 2.0)

 

Philippe Eveillard UNIFA peveillard(at)unifa.fr Paris (75)
François-Xavier Gaumont MEAC SAS francoisxavier.gaumont(at)meac.fr St Georges sur Eure (28)
Raymond Reau INRA raymond.reau(at)grignon.inra.fr Grignon (78)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

 

Sur les sols situés sur roche-mère non carbonatée présentant une tendance naturelle à l'acidification, l'apport d'amendements minéraux basiques calciques (chaux, carbonates…) ou magnésiens (dolomies…) permet de ramener ou de maintenir le pH du sol à un niveau favorable aux cultures. L'acidification a en effet des conséquences négatives sur trois composantes de la fertilité des sols : (1) la fertilité chimique : en dessous d'un pH de 5,5, le risque de libération dans la solution du sol d'aluminium ou de manganèse sous des formes toxiques pour les cultures augmente, (2) la fertilité physique : la sensibilité à la battance, la prise en masse ou l'érosion de certains sols est accrue à pH acide et (3) la fertilité biologique : à pH acide, l'activité des bactéries assurant la nitrfication de l'ammonium est réduite, de même que l'activité des vers de terre. A l'invers, certains pathogènes tels la hernie des crucifères sont favorisés. En fonction de l'écart moyen entre statut acido-basique (SAB) constaté et souhaité, on distingue les apports d'entretien (SAB supérieur au seuil visé) des apports de redressement (SAB inférieur au seuil visé). Le SAB peut être appréhendé par le pH et/ou le taux de saturation de la capacité d'échange cationique (S/CEC). Le seuil pris en compte dépend des objectifs recherchés (amélioration de la fertilité physique sur sols limoneux sensibles à la battance ou suppression des risques liés à l'excès d'acidité sur autres types de sols).La définition des modalités d'apport (type de produit et quantité à apporter) implique ensuite la définition du besoin en bases (BEB) qui dépend (1) de l'écart entre SAB actuel et visé, (2) du pouvoir tampon du sol et (3) du poids de terre fine. Ce BEB et la valeur neutralisante (VN) du produit chosi permettent de définir les quantités à apporter.


Exemple de mise en oeuvre : En systèmes de grandes cultures ou avec prairies temporaires, le seuil minimal de pH à viser est de 5,8 à 6,0 et de70 à 80 % de S/CEC pour éviter les effets négatifs liés à une acidité excessive (toxicité aluminique ou manganique, hernie des crucifère…). Sur sol limoneux sensible à la battance, le seuil minimal à viser est de 6,5 à 7,0 de pH et de 100 % de S/CEC. Pour ces systèmes, les besoins d'entretien sont de l'ordre de 250 à 300 unités de valeur neutralisante. Sur sols sableux,, la dose à apporter à chaque apport doit rester faible quitte à accroitre la fréquence des des apports (jusqu'à une fois par an); alors que sur sols argileux, les doses de chaque apport peuvent être plus élevés et leur fréquence peut être plus faible (mais pas inférieure à une fois tous les cinq ans).

Précision sur la technique :

Les amendements basiques calciques sont à distinguer des amendements calciques neutres (gypse, sulfate de calcium…) qui présentent le même effet sur la structure mais n'agissent pas sur le statut acido-basique des sols.

Période de mise en œuvre
Sur culture implantée

Les sols sur roche-mère non carbonatées qui s'acidifient naturellement ont généralement besoin d'apports d'amendements basiques réguliers dans le temps.

Echelle spatiale de mise en œuvre
Exploitation

Le redressement du SAB du sol peut impliquer l'apport de quantités importantes d'amendements minéraux basiques, ce qui peut rendre sa généralisation à l'ensemble de l'exploitation difficile d'un point de vue économique. Il est alors préférable de raisonner l'amendement à l'échelle de l'exploitation pour apporter en une seule fois la quantité nécessaire sur les parcelle priorittaires, plutôt que de fractionner l'amendement en plusieurs apports généralisés à l'ensemble de l'exploitation. Il suffit alors de procéder à ces redressements sur une partie seulement de l'exploitation chaque année.

Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
L'entretien du statut acido-basique des sols se justifie plus particulièrement dans le cas de systèmes de culture à forte proportion de cultures sensibles à la toxicité aluminique ou manganique (betterave, orge…),  à l'acidité (luzerne…) ou à des pathogènes favorisés par des pH acides (colza...).

Tous les types de sols : Sans objet
L'apport d'amendements minéraux basiques se justifie uniquement sur sols situés sur roche-mère non carbonatée. Il ne présente aucun intérêt sur sols calcaires par exemple

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En augmentation
consommation d'énergie fossile : AUGMENTATION
consommation de phosphore : AUGMENTATION


Autre : Pas d'effet (neutre)

L'apport d'amendements calciques basiques entraine une consommation directe d'énergie fossile pour l'épandage, et une consommation indirecte pour la fabrication et le transport des amendements utilisés.

L'apport d'amendements calciques basiques entraine des dégagements de dioxyde de carbone lors de leur dissolution dans le sol (carbonates) ou lors de leur fabrication (chaux).




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable
L'effet d'amendements basique sur le rendement est variable en fonction de l'statut acido-basique initial du sol et de la culture. Dans le cas ou l'apport vise à entretenir un SAB favorable, il contribue à maintenir un potentiel de rendement stable. Dans le cas où il vise à redresser un SAB défavorable, il doit permettre d'éviter des pertes de rendement liées à la toxicité aluminique ou manganique, à un état structural défavorable (croûte de battance génant la levée, prise en masse limitant l'exploration racinaire...) ou à des pathogènes favorisés par un pH acide (hernie des crucifères...), en particulier pour les cultures sensibles à ces facteurs.

Fertilité du sol : En augmentation
L'apport d'amendement minéraux basiques contribuent à améliorer la fertilité chimique, physique et biologique des sols acides.

Stress hydrique : En diminution
Par son action positive sur la structure du sol, l'apport d'amendements basiques favorise l'infiltration, donc la reconstitution de la réserve utile, mais aussi l'exploration racinaire par les cultures.

Biodiversité fonctionnelle : En augmentation
L'apport d'amendements  basiques a un effet positif sur les micro-organismes du sol impliqués dans la minéralisation, la nitrification ou la fixation symbiotique de l'azote. Il s'agit en effet de bactéries défavorisées par les pH acides. Lle redressement du pH vers des valeurs neutres favorise également les populations de vers de terre.

Autres critères agronomiques : Variable

Pression pathogène : variable

La réalisation d'apports d'amendements minéraux basiques peut avoir un impact sur la pression de pathogènes...




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation
L'apport d'amendements basiques entraine des charges variables selon la quantité et la forme d'amendement apportées. Le coût de l'unité de valeur neutralisante est compris entre 0,1 à 0,2 €

Charges de mécanisation : En augmentation
L'apport d'amendements basiques implique des charges de mécanisation supplémentaires liées à lépandage.

Marge : Variable
L'impact de la réalisation d'amendements basiques sur la rentabilité est variable selon l'équilibre entre  gains de rendement et  charges liées à l'achat et à l'épandage.


Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation


Période de pointe : En augmentation
L'apport d'amendements basiques implique une charge de travail liée à la réalisation de l'apport et à son raisonnement.

Temps d'observation : En augmentation
Assurer l'entretien du statut acido-basique des sols implique la réalisation d'analyse de terre pour servir de base au raisonnement.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
gale argentée MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) (moyenne si technique utilisée seule, à combiner)
piétin-échaudage MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) (moyenne si technique utilisée seule, à combiner)

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
hernie des crucifères FORTE agent pathogène (bioagresseur)

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Vers de terre MOYENNE Organismes fonctionnels du sol (moyenne si technique utilisée seule, à combiner)

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Acidité des sols - Quels sont les mécanismes en jeux ?
Arvalis
Perspectives agricoles n°215, p50-52, Article de presse, 1996
Amendements minéraux - Bien raisonner les apports
Arvalis
Perspectives agricoles n°215, p53-60, Article de presse, 1996
Apports d'amendements minéraux - Une stratégie à adapter au type de sol et au système de culture
Arvalis
Perspectives agricoles n°215, p61-64, Article de presse, 1996
La hernie des crucifères : mise au point de stratégies de lutte intégrée
Allard L.M. (CETIOM)
Oléoscope, Article de presse, 2004
Le chaulage
CRA Bourgogne
Brochure technique, 2003
Le chaulage des bases pour le raisonner
COMIFER
Ouvrage, 2009

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Atténuation
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
16/10/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr

01/09/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr