TECHNIQUE

Semer / repiquer des variétés tolérantes ou résistantes aux pathogènes

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

est évoqué dans
Exemple de mise en oeuvre
...
s'appuie sur
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Légende : Différents niveaux de résistance à la Fusariose sur melon
Crédits photo : G. Dubon
 

Jacques Girard Chambre d'agriculture du Calvados j.girard(at)calvados.chambagri.fr Caen (14)
Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21)
Irène Félix Arvalis institut du végétal I.FELIX(at)arvalisinstitutduvegetal.fr Boigneville (91)
Marie-Hélène Jeuffroy INRA marie-helene.jeuffroy@grignon.inra.fr Grignon (78)

 

L' utilisation de variétés tolérantes ou résistantes aux pathogènes permet de réduire le nombre et les doses de traitements, ou de réaliser des impasses (seuils de déclenchement des traitements atteints plus tard ou non atteints). Le classement des variétés en fonction de leur sensibilité aux maladies susceptibles d'attaquer l'espèce est généralement disponible auprès des structures de conseil (manque de références pour certaines maladies des protéagineux, du lin, de la betterave, etc.) . Un enjeu important est de conserver le plus longtemps possible l'efficacité des résistances, en particulier des résistances monogéniques. Pour cela, il faut varier les gènes de résistance dans le temps, au cours des rotations, et dans l'espace, sur la sole d'une culture sur un territoire, à l'intérieur d'une parcelle (associations variétales), voire à l'intérieur même de la variété grâce à des variétés multilignées ou populations (pratique très peu répandue).


Exemple de mise en oeuvre : L'outil myvar de Terres Inovia aide à choisir des variétés de soja, tournesol, colza hiver/printemps, lin oléagineux et chanvre à l'aide de nombreux critères, dont les résistances aux maladies et la gestion de leur durabilité.

Précision sur la technique :

Les variétés résistantes ne sont pas toujours facilement disponibles auprès des organismes de vente de semences.

Période de mise en œuvre
Sur culture implantée

L'échelle de la rotation est citée car c'est un des niveaux de gestion de la durabilité des résistances.

Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle
Exploitation
Territoire

Les échelles de l'exploitation et du territoire sont citées car ce sont des niveaux de gestion de la durabilité des résistances.

Application de la technique à...

Toutes les cultures : Généralisation parfois délicate
Manque de références ou de variétés résistantes pour certaines maladies des protéagineux, du lin, de la betterave, etc.

Tous les types de sols : Facilement généralisable
Un compromis peut être nécessaire entre adaptation au type de sol et sensibilité aux maladies.

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

Une difficulté est d'adapter le niveau de résistance au risque de la région car l'information est souvent manquante. Un compromis peut être nécessaire entre adaptation au climat et sensibilité aux maladies.

Réglementation

Influence
POSITIVE

Le choix de variétés résistantes à certains bioagresseurs et/ou à la verse fait l'objet de plusieurs fiches CEPP :

  • Action n°17 : Réduire le nombre de traitements fongicides au moyen de variétés de pomme de terre peu sensibles au mildiou
  • Action n°29 : Réduire le nombre de traitements au moyen de variétés de blé tendre assez résistantes aux bioagresseurs et à la verse



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
acidification : DIMINUTION
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : DIMINUTION
émission de particules : DIMINUTION


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION
pesticides : DIMINUTION
turbidite : DIMINUTION


Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable
consommation d'énergie fossile : VARIABLE
consommation de phosphore : DIMINUTION


Autre : Pas d'effet (neutre)

Réduction via la réduction de l'utilisation de fongicides

Réduction si réduction du nombre de passages de traitement. Réduction mineure des dégagements de CO2 si réduction du nombre de passages. A priori pas d'effet sur le N2O.




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable
Malgré les progrès réalisés, les variétés tolérantes ou résistantes ont la réputation d'être parfois moins productives ou donnent une récolte de moindre qualité (par exemple blé panifiable au lieu de blé panifiable supérieur). Elles sont de ce fait sous utilisées. C'est cependant de moins en moins vrai pour le blé. Cela se vérifie pour l'orge et la betterave (variétés doubles tolérantes rhizomanie / rhizoctone), mais pas pour le colza.

Fertilité du sol : En augmentation
Effet possible via la réduction d'utilisation de fongicides qui réduit la pression exercée sur les champignons du sol. Effet peu documenté (ou sur des produits ajourd'hui interdits). Les règles d'homologation des produits ont intégré des exigences sur ce critère.

Stress hydrique : Pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle : En augmentation
Amélioration probable de la diversité fongique (notamment du sol) et éventuellement d'autres espèces qui seraient perturbées par les fongicides (invertébrés, éventuellement auxiliaires). Effet peu documenté.

Autres critères agronomiques : En augmentation

 

Risque de contournement des résistances et tolérances variétales: Augmentation

Plus elles sont mises en œuvre, plus les risques de contournement sont importants. L'évolution des souches de pathogènes est parfois très rapide (cas de la rouille jaune du blé) et les résistances variétales peuvent être parfois contournées en quelques années (exemples de Toisondor en 2007-2008 et de bermude en 2011 dans le Calvados).

 

Besoin de gérer les résistances et tolérances variétales: Augmentation

Plus elles sont mises en œuvre, plus les risques de contournement sont importants. Il est donc nécessaire de prendre des mesures pour varier les pressions de sélection, et donc les résistances et tolérances mises en œuvre dans le temps et dans l'espace. Le risque de contournement de résistances monogéniques est plus important, mais elles sont plus faciles à sélectionner. Relativement peu d'information est diffusée aux agriculteurs sur les caractéristiques des résistances. Cependant, l'information semble bien passer pour le phoma du colza et la rouille jaune du blé.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution
Réduction par réduction de l'utilisation de fongicides (si les semences de variétés résistantes ne sont pas plus chères).

Charges de mécanisation : Variable
Réduction si réduction du nombre de passages de traitement.

Marge : En augmentation
Amélioration, sauf si la variété résistante est vraiment moins productive.

Autres critères économiques : En augmentation

Coût de la sélection variétale:Augmentation

Le coût élevé de la sélection variétale nécessite que la demande des utilisateurs de semence soit bien formulée et que le marché potentiel soit suffisant pour assurer aux sélectionneurs un retour sur investissement.

 

Possibilité de débouchés:variable

Les variétés tolérantes ou résistantes de bonne qualité sont bien acceptées par les filières aval. En blé tendre, il existe des variétés multi-résistantes et classées panifiables supérieures. Le débouché peut cependant poser problème pour certaines variétés tolérantes / résistantes.




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable
Réduction éventuelle si moins de passages.

Période de pointe : En diminution


Effet sur la santé de l'agriculteur : Variable

Stress:Variable

Stress de voir les agriculteurs voisins traiter et de ne pas intervenir. Mais tranquilité de voir ses champs indemnes alors que les voisins ont des soucis avec des variétés non résistantes.



Temps d'observation : Variable
Augmentation possible mais pas systématique si l'on passe d'une stratégie avec traitements systématiques à une stratégie de déclenchement des traitements en fonction de seuils.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
anthracnose du lupin agent pathogène (bioagresseur)
anthracnose féverole agent pathogène (bioagresseur)
carie commune du blé agent pathogène (bioagresseur) Blé tendre d'hiver : Crousty et Lévy sont peu sensibles, Apache un peu plus mais résultats assez variables. L'épeautre et le petit épeautre sont moins atteints que le blé.
cassure du pied agent pathogène (bioagresseur) Les résistances du lin sont généralement insuffisantes.
cercopsoriose agent pathogène (bioagresseur) Sur betterave. Il existe aussi des variétés double résistantes Cercosporiose et Rhizomanie.
ergot agent pathogène (bioagresseur) Variétés de céréales à durée d'ouverture des glumes réduite et/ou adaptée aux conditions pédoclimatiques pour éviter la stérilité des épillets.
gale argentée agent pathogène (bioagresseur) Pomme de terre
gale commune agent pathogène (bioagresseur) Pomme de terre
helminthosporiose fusiforme agent pathogène (bioagresseur) Maïs : résistances spécifiques et quantitatives. Conseil : diversifier les sources de résistance
jaunisse apicale du pois agent pathogène (bioagresseur)
mildiou de la pomme de terre agent pathogène (bioagresseur)
mildiou du tournesol agent pathogène (bioagresseur)
nématode doré de la pomme de terre ravageur, prédateur ou parasite
nématode du collet ravageur, prédateur ou parasite Il existe des variétés de betterave résistantes et des variétés tolérantes
nématode à kystes ravageur, prédateur ou parasite Sur betterave
oïdium de la betterave agent pathogène (bioagresseur)
oïdium des crucifères agent pathogène (bioagresseur)
oïdium des céréales agent pathogène (bioagresseur)
oïdium du lin agent pathogène (bioagresseur)
oïdium du pois agent pathogène (bioagresseur) variétés tolérantes
phoma des crucifères agent pathogène (bioagresseur) Sur crucifères et tournesol. Alterner les variétés à résistance spécifique (Rlm1 et Rlm 4 déjà contournés dans de nombreuses zones de culture). Il existe des variétés à résistance quantitative.
piétin-verse agent pathogène (bioagresseur) Sur céréales
ramulariose de l'orge agent pathogène (bioagresseur) Sur orge (en cours d'évaluation)
rhizoctone brun agent pathogène (bioagresseur) Betterave
rhynchosporiose agent pathogène (bioagresseur) Orge, seigle, triticale
rouille brune agent pathogène (bioagresseur) Céréales
rouille couronnée agent pathogène (bioagresseur) Avoine d'hiver
rouille de la betterave agent pathogène (bioagresseur)
rouille de la féverole agent pathogène (bioagresseur)
rouille dispersée agent pathogène (bioagresseur) Seigle
rouille jaune agent pathogène (bioagresseur) Blé dur, blé tendre, épeautre, petit épeautre
sclérotinia agent pathogène (bioagresseur) Soja : variétés tolérantes. Sur Tournesol
virus de la jaunisse nanisante des céréales agent pathogène (bioagresseur) Blé tendre, blé dur, orge
virus de la mosaïque de l'orge agent pathogène (bioagresseur)
virus de la mosaïque des céréales agent pathogène (bioagresseur) Blé tendre, blé dur, orge. En blé, les variétés Garcia, PR22R58, Accroc, Musik, Scenario sont peu sensibles.
virus des nervures jaunes de la betterave agent pathogène (bioagresseur)

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Choix des espèces et variétés fourragères
GNIS
GNIS, Site Internet, 2011
Colza de printemps : implantation/variétés
CETIOM
CETIOM, page visitée le 03/08/2011, Site Internet, 2011
Comment bien choisir ses variétés?
Institut Technique de la Betterave
La Technique Betteravière, n°940 du 7 décembre 2010, Article de presse, 2010
Dossier variétés blé tendre
ARVALIS
Perspectives Agricoles n°378, mai 2011, pp 21-57, Article de presse, 2011
Ecophyto R&D : volet 1. Groupe d'experts "jeux d'acteurs". Janvier 2010.
Barbier J.-M. (Montpellier Supagro) ; Bonicel L. (Montpellier Supagro) ; Dubeuf J.-P. (INRA) ; Guichard L. (INRA) : Halska J. (INRA) ; Meynard J.-M. (INRA) ; Schmidt A. (INRA)
INRA, Ouvrage, 2010
Guide technique 2011 Epeautre
SEM-Partners
SEM-Partners, Brochure technique, 2011
La culture de la féverole en AB
Biarnès V. (UNIP) ; Carrouée B. (UNIP) ; Bouttet D. (Arvalis) ; Chaillet I. (Arvalis) ; Fontaine L. (ITAB)
ITAB, Arvalis, UNIP, Brochure technique, 2009
La résistance aux maladies pour préserver les potentiels
GNIS espace pédagogique
GNIS, page visitée le 03/08/2011, Site Internet, 2011
Le pois protéagineux en AB
Biarnès V. (UNIP) ; Carrouée B. (UNIP) ; Bouttet D. (Arvalis) ; Chaillet I. (Arvalis) ; Fontaine L. (ITAB)
ITAB, Arvalis, UNIP, Brochure technique, 2009
Les fiches techniques de la sation d'études sur les luttes biologique, intégrée et raisonnée
REDON Nord Pas-de-Calais
FREDON Nord Pas-de-Calais, page visitée le 04/08/2011, Site Internet, 2011
Les méthodes alternatives pour lutter contre les maladies en grandes cultures
Delos M. (SRPV DRAF Midi-Pyrénées) ; Eychenne N. (FREDEC Midi-Pyrénées) ; Folcher L. (FREDEC Midi-Pyrénées) ; Debaeke P. (INRA-ENSAT) ; Laporte F. (SRPV DRAF Midi-Pyrénées) ; Raulic I. (SRPV DRAF Midi-Pyrénées) ; Maumené C. (Arvalis) ; Naïbo B. (Arvalis) ; Pinochet X. (CETIOM)
Phytoma n° 567, 01/2004, pp14-18, Article de presse, 2004
Lin graine d'hiver : variétés, implantation
CETIOM
CETIOM, page visitée le 03/08/2011, Site Internet, 2011
Lin graine de printemps 2007
CETIOM et ITL
CETIOM et ITL, Brochure technique, 2007
Maladies des céréales. Activer tous les leviers agronomiques.
Arvalis
Arvalis, Article de presse, 2010
Maladies des céréales. Les reconnaître et décider
Arvalis - Chambre Régionales d'Agriculture des Pays de la Loire
Arvalis - Chambre Régionales d'Agriculture des Pays de la Loire, Brochure technique, 2009
Principes de phytopathologie et de lutte contre les maladies des plantes
Roger Corbaz
Presses polytechniques et universitaires romandes, Ouvrage, 1990
Variétés résistantes ou tolérantes
Association Française de Protection des Plantes, coordination : Jean-Louis Bernard
Association Française de Protection des Plantes. Groupe de travail du guide AFPP, document provisoire au 12 février 2011, Brochure technique, 2011

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle génétique
Mode d'action : Atténuation
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

13/09/2018
08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr

16/10/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr

21/08/2017
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr