TECHNIQUE

Système de conduite et architecture des arbres fruitiers


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Photo d'en-tête : Conduite de verger de pommier en mur fruitier variété Joya® - © Roche Laurent, CTIFL (voir lien)

 

Informations initialement issues du Guide pour la conception de systèmes de production fruitière économes en produits phytopharmaceutiques (2014) / Fiche technique n°3. Pour en savoir plus voir lien

 

La technique :

La conduite des arbres est une méthode de contrôle cultural. Cette technique n’appartienne pas directement au domaine de la protection des plantes, mais peut aider à limiter l’apparition et le développement des bio-agresseurs et/ou fournir à la culture les moyens de se défendre.

 

En production fruitière, la gestion de la conduite architecturale des arbres (taille d’hiver, taille en vert, forme fruitière…), en interaction avec la gestion de la charge en fruits, de l’irrigation et de la fertilisation, impactent fortement la vigueur des arbres, ce qui influence le développement des bio-agresseurs par la modification du microclimat (aération, durée d’humectation, éclairement) au sein de la frondaison et par la dynamique de croissance des organes modulant les périodes de sensibilité ou d’appétence selon le stade de développement. La conduite des arbres modifie également la répartition des organes dans l’espace, ce qui peut influencer le développement de certains ravageurs (puceron cendré…) ou la propagation des maladies.

 

Les choix du système de conduite (densité de plantation, forme des arbres…) en relation avec la sélection du couple « variété x porte-greffe » sont déterminants pour la gestion du verger. Ces choix, en interaction avec la gestion annuelle de l’architecture et la taille de fructification, sont des éléments clés pour la réussite technico-économique du verger, car ils influencent très fortement la vitesse d’entrée en production, la régularité des performances agronomiques, la qualité des fruits et les temps de travaux.

 

Les interventions réalisées pour la conduite des arbres associent de nombreuses techniques comme la taille d’hiver et d’été (taille en vert), la suppression manuelle de bourgeons (extinction sur le pommier, effleurage sur le pêcher), l’arcure, etc. Ces opérations visent à orienter le développement et la croissance des arbres vers des objectifs adaptés à une exploitation commerciale (formes fruitières assurant une régularité de la production et facilitant les opérations culturales, ou limitant les opérations manuelles…), mais aussi à augmenter la pénétration de la lumière et sa répartition au sein de la canopée (induction florale, production de fruits de qualité). Ces interventions peuvent également jouer un rôle dans le développement des bio-agresseurs de façon directe ou indirecte.

 

> Action indirecte via la modification du microclimat et de la vigueur des arbres :

Les interventions de taille en vert réalisées en cours de végétation jouent un rôle important sur certaines espèces fruitières en supprimant les excès de « vigueur » (gourmands, pousses en excès) favorables à certains bio-agresseurs. En améliorant la répartition du rayonnement solaire, la taille en vert permet d’optimiser la photosynthèse des feuilles et « d’éclairer » les fruits, ce qui contribue à leur qualité (composition en sucres, coloration).

Sur pêcher, cette technique contribue aussi à éviter l’installation d’un microclimat favorable aux maladies telles que les monilioses des fruits à noyau. Il a été montré que des interventions précoces visant à éliminer des jeunes pousses (arrachage manuel précoce) pour optimiser la répartition de la lumière au sein de la frondaison permettent de réduire de manière significative les dommages liés aux monilioses en l’absence de fongicides. De même, en réduisant l’intensité de la taille d’hiver, on modifie les équilibres entre pousses courtes et longues, et on réduit l’intensité des attaques du puceron vert.

Sur pommier, des études récentes confirment l’influence de l’architecture des arbres sur le développement des bio-agresseurs. Cependant, la réponse diffère selon les bio-agresseurs et les modes de conduite de l’arbre, sans doute en raison des mécanismes complexes impliqués (vitesse de croissance et répartition des organes au sein de la frondaison, microclimat, etc.), ce qui rend difficile une utilisation pratique.

Les systèmes de conduite et la gestion de l’architecture des arbres apparaissent donc comme des leviers d’action potentiels. Leur mode d’action complexe et la maîtrise des temps de travaux imposent de trouver des compromis entre efficacité et rentabilité. Il ressort cependant que, pour les maladies dont le développement est favorisé par l’humidité au sein de la frondaison ou l’humectation des feuilles, une conduite des arbres créant une certaine porosité du couvert est un moyen de réduire sensiblement les risques.

 

> Action directe par élimination d’organes infestés ou suppression d’accès à la frondaison :

Les interventions de taille peuvent également être un levier d’action directe non négligeable contre certains ravageurs. Par exemple, la taille des gourmands sur poirier permet de diminuer les populations de psylle (taille lorsque les larves de psylle sont présentes dessus). De même, la taille en vert peut permettre de diminuer les populations de pucerons lanigères (suppression des rameaux touchés). La taille des branches basses est un moyen d’action contre les forficules sur fruits à noyau en réduisant les chemins d’accès à la frondaison des arbres.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...


Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"


Critères "agronomiques"


Critères "économiques"


Critères "sociaux"



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Pourquoi et comment mieux connaître l'arbre. in MAFCOT : Connaître l'arbre pour mieux le conduire
Lauri P.-E., Belouin A., Cardon J.-C., Cochet P., Crespel B., Crété X., Delort F., Dupont N., Ferré G., Florens B., Hucbourg B., Lespinasse J.-M., Mayor P., Méry D., Navarro E., Orain G., Plénet D., Ramon-Guilhem M., Simard V., Thiéry D.
Réussir Fruits & Légumes, Supplément au 247, 4-5., 2006
Le pommier et ses bio-agresseurs, les composantes dynamique et structurelle de l’arbre modulent les dynamiques d’infestation et d’infection.
Lauri P.-E., Simon S., Brun L., Morel K., Combe F., Defrance H., Hemptinne J.-L., Hucbourg B., Regnard J.-L.
Innovations agronomiques 15, 65-77., Article de revue avec comité, 2011
Taille en vert du pêcher : l'arrachage manuel précoce des pousses végétatives est-il une technique alternative ?
Navarro E., Plénet D.
Réussir Fruits & Légumes 209, 38-41., 2002
Does manipulation of fruit-tree architecture affect the development of pests and pathogens? A case study in an organic apple orchard.
Simon S., Lauri P.-E., Brun L., Defrance H., Sauphanor B.
J. Hort. Sci. Biotech. 81(4), 765-773., Article de revue avec comité, 2006
Vergers de pommier en agriculture biologique : impact des conduites sur les bio-agresseurs.
Verpont F., Zavagli F., Giraud M., Favareille J.
Infos-Ctifl, 298, 30-35., Brochure technique, 2014

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

23/01/2018
Paola SALAZAR - INRA - Rennes (35000)
ingenieur - paola.salazar@inra.fr