TECHNIQUE

Récolter des associations céréale(s)-protéagineux à un stade immature


Mélange céréales-protéagineux

Crédit : Sophie Valleix

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Les mélanges céréales-protéagineux, aussi appelés méteils, sont dits immatures lorsqu’ils sont récoltés à un stade précoce dans le but de constituer une ressource fourragère (ensilage, enrubannage ou foin éventuellement, voire en pâturage).

Des céréales peuvent aussi être cultivées seules dans ce même objectif (cf page « Récolter des céréales à un stade immatures »).

Un des intérêts de la technique, au-delà du fourrage qu'elle permet de produire, est la libération précoce de parcelles sur lesquelles d’autres cultures annuelles peuvent être mises en place rapidement.

Précision sur la technique :

Ces associations peuvent être composées de deux à six espèces. Les mélanges simples (deux à trois espèces) sont plus faciles à mettre en place, car il est plus aisé de trouver des espèces aux stades de maturité proches. Toutefois, ils auront moins d’impacts positifs que des mélanges plus complexes, notamment en ce qui concerne la résistance aux aléas climatiques. Chaque agriculteur doit alors trouver le bon compromis dans son système de culture.

L’une des principales difficultés à conduire ce type de cultures réside dans l’impossibilité de prévoir la part des différentes espèces dans le mélange final, des variabilités très fortes étant observées entre les sites et les années de production. Il semble, d’après plusieurs essais, que la composition à la récolte d’un mélange céréales-protéagineux dépendrait de la disponibilité en azote minéral du sol, élément qui pourrait alors être utilisé pour viser un objectif de production. De plus, les conditions climatiques, notamment hivernales, influent aussi beaucoup sur le mélange final, au travers de la présence plus ou moins forte de protéagineux, les protéagineux étant sensibles aux excès d’eau.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée

Cette association peut faire l’objet d’une culture principale ou bien d’une culture dérobée



Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle
Exploitation

Cette pratique s'applique par parcelle mais doit être réfléchie à l'échelle de l'assolement, et donc de l'exploitation, en fonction des besoins en fourrage.

Application de la technique à...

Toutes les cultures : Généralisation parfois délicate

Avant de choisir les espèces d’un mélange céréales/protéagineux à récolter en fourrage, il est important de tenir compte des paramètres suivants :

  • Résistance à la verse de chaque espèce
  • Hauteur de chaque espèce
  • Complémentarité nutritionnelle des espèces en mélange
  • Éventuels facteurs antinutritionnels de certaines variétés de protéagineux.
  • Enfin, il est conseillé d’opter pour des périodes de maturité relativement proches, même si ce critère est moins essentiel que pour une récolte en grains.
Si plusieurs associations sont possibles, la plus répandue reste tout de même l’association pois fourrager-triticale, qui est bien adaptée à des conditions variées de milieux. 


Tous les types de sols : Généralisation parfois délicate
Les mélanges céréales-protéagineux s’adaptent à des types de sols variés moyennant un sol peu acide (pH > 5,5). Cependant, il est recommandé d’éviter ces mélanges en sols hydromorphes, car les légumineuses sont sensibles à l’hydromorphie et cela pourrait engendrer des pertes et donc un déséquilibre du mélange. 

 



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

La diversité du choix d’associations existantes fait qu’il est possible de trouver des mélanges qui s’adaptent à différents types de climats.   

Réglementation

Il n’existe pas de réglementation particulière qui favorise ou défavorise cette pratique




2. Services rendus par la technique


Autonomie fourragère

Autonomie protéique

Régulation et gestion des adventices

Fourniture de nutriments


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
La réduction de l’utilisation des fertilisants azotés sur les cultures associées, du fait de la présence de légumineuses, peut conduire à une réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à la production et à l’application de ces engrais

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation

Les associations permettent de limiter l’utilisation de produits phytosanitaires :

Réduction de herbicides du fait qu’elles permettent de réduire la pression en adventices (voir partie services rendus)
Impasse sur les fongicides grâce l’association, alors que cultiver en pure des céréales ou des protéagineux ne permet pas toujours l’impasse sur les fongicides.

Cette réduction de produits phytosanitaires a un impact positif sur la qualité de l’eau



Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
A production équivalente, une association blé-pois a des impacts d’environ 30 à 60% inférieurs aux cultures pures concernant le changement climatique (émissions de GES) et la demande en énergie. (Pelzer et al, 2014)

Autre : Pas d'effet (neutre)
La présence de protéagineux dans les mélanges limite les besoins en azote et permet de laisser un reliquat azoté intéressant pour la culture suivante. De plus, le pouvoir étouffant des mélanges permet d’éviter des opérations de désherbage et la résistance aux ravageurs et maladies est accrue grâce à une densité plus faible de chacune des espèces et un effet barrière entre elles.


Critères "agronomiques"

Productivité : En augmentation

Les rendements sont plus importants et plus réguliers grâce à la complémentarité entre les espèces. En effet, les diverses espèces présentes ont des caractéristiques de développement et d’adaptation aux conditions pédoclimatiques différentes les unes des autres qui font que, selon les conditions de l’année, l’une ou l’autre des espèces sera capable d’assurer le rendement. Celui-ci est généralement plus élevé que ceux d’une culture de céréale pure ensilée (+ 5 à 15 %).



Qualité de la production : Variable

Les associations céréales-protéagineux, ou méteil, constituent généralement un fourrage équilibré (quand il y a 30 % de protéagineux dans le mélange final)  et polyvalent. Les valeurs protéiques et énergétiques de ces mélanges sont plus élevées que celles des céréales pures immatures, notamment grâce à la présence de protéagineux dans le fourrage final. Toutefois, par rapport à un ensilage de maïs ou de sorgho, la principale limite nutritionnelle d’un ensilage d’association céréales-protéagineux est sa faible densité énergétique (environ  0,75 UFL/Kg de MS), couplée à un encombrement important.

Ces espèces permettent aussi un apport de minéraux intéressant, ainsi qu'une bonne teneur en cellulose (27 à 28 %) et donc une bonne fibrosité.

Etant donné la variabilité de la composition du mélange récolté, pour l’alimentation des animaux, de nombreux auteurs conseillent aux éleveurs de faire analyser leur mélange fourrager à la récolte afin d’ajuster au mieux la ration.

De plus les protéagineux peuvent comporter des facteurs antinutritionnels, tels que par exemple des facteurs anti-trypsiques, qui empêchent la transformation des protéines en acides aminés. Cela a tendance à réduire leur utilisation dans les aliments pour les animaux d’élevage.



Fertilité du sol : En augmentation

La présence de protéagineux dans les mélanges limite les besoins en azote et permet de laisser un reliquat azoté intéressant pour la culture suivante. De plus, les systèmes racinaires variés et une biomasse racinaire importante permettent de conserver une bonne structure du sol.

Ces associations sont de bons précédents pour des prairies semées en fin d'été ou pour une culture fourragère à cycle rapide (maïs, sorgho)



Stress hydrique : En diminution

On observe une meilleure résistance à la sécheresse du mélange d’espèces par rapport à la culture d’espèce unique avec une meilleure utilisation de l’espace et une augmentation de la prospection racinaire. De plus, les mélanges céréales-protéagineux épuisent moins les réserves en eau du sol qu’un ray-grass en dérobé qui peut assécher le sol.  



Biodiversité fonctionnelle : Pas d'effet (neutre)



Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution
Les associations permettent de limiter l’utilisation des produits phytosanitaires, des engrais azotés et des concentrés alimentaires et donc de diminuer les charges liées à l’achat de ces produits. 

Charges de mécanisation : Pas d'effet (neutre)


Marge : Variable
Les fourrages de mélanges céréales-protéagineux immatures sont produits à moindres coûts grâce à un itinéraire cultural simple, avec des dépenses essentiellement concentrées sur les semences, et grâce à des rendements globalement équivalents à ceux d’un ensilage de maïs. L’intérêt économique des céréales ou mélanges immatures dépend de la disponibilité des autres ressources fourragères qui auraient pu être utilisées. 


Critères "sociaux"


Période de pointe : En augmentation

Les céréales et associations céréales-protéagineux immatures sont le plus fréquemment récoltées au printemps ou en été, généralement de mi-mai à mi-juin, voir début juillet dans certaines régions. Cette période peut parfois coïncider avec les chantiers de foin, ce qui peut entraîner des difficultés d’organisation pour les agriculteurs. De plus, la fenêtre d’intervention possible pour la récolte est relativement courte (moins d’une semaine à une dizaine de jours selon les sources), d’où l’importance de bien surveiller sa culture à l’approche du stade optimal de récolte.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions
Verse FORTE Les céréales ont un effet tuteur limitant les risques de verse de l’association. Cela est intéressant pour les cultures sensibles à la verse telle que la vesce.


5. Pour en savoir plus

Site Internet
IDELE
Brochure technique, 2018
M-H.Jeuffroy (INRAE)
2017
ARPEB
Article de revue sans comité, 2015
Pelzer E. (INRAE), Bedoussac L. (INRAE), Corre-Hellou G. (Lunam Université), Jeuffroy M.-H. (INRAE), Métivier T. (CA Calvados), Naudin C. (Lunam Université)
Article de revue avec comité, 2014
Véronique Biarnès et Benoît Carrouée (UNIP), Delphine Bouttet et Isabelle Chaillet (Arvalis), Guénaëlle Hellou (ESA Angers), Laurence Fontaine (ITAB), Joannie Leroyer (ITAB), J.-P. Coutard (CA Maine et Loire), Bernard Gaillard (Arvalis), Stanislas Lubac (Inter Bio Bretagne), Thierry Métivier (CA Calvados)
Brochure technique, 2011
R. Bourdais (IBB : Initiative Bio en Bretagne)
Brochure technique, 2009
Philippe Brunschwing (IDELE) ; Nicolas Bulot (CA Sarthe) ; Jean-Paul Coutard (CA Maine et Loire) ; Stéphanie Guibert (Ca Mayenne) ; Julien Turquet (Contrôle laitier Vendée) ; Myriam Laurent (CA Pays de la Loire) ; Yvelise Mathieu (Contrôle laitier Vendée) ; Frédéric Mazoue (CA Vendée) ; Emmanuel Mérot (CA Loire Atlantique) ; Innocent Pambou (CA Maine et Loire) ; Patrice Pierre (CA Mayenne)
Brochure technique, 2009
Sabrina PEYRILLE (CA Charente) ; Sébastien BESSONNET et Christophe MAUGER (CA Charente-Maritime) ; Laurence ROUHER (CA Deux-Sèvres) ; Arnaud MOUILLET (CA Vienne) Benoît RUBIN (IDELE) ; Gildas CABON (ARVALIS) ; Vanessa LE MOIGNIER et Christophe BERTRAND (Contrôle Laitier de la Charente Maritime)
Brochure technique, 2006
SOLAGRO
Brochure technique

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Barrière
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

10/06/2021
Marie Hedan - ACTA - Paris (75012)
charge-mission - marie.hedan@acta.asso.fr

09/02/2021
Emmanuel MÉROT - Chambre d'agriculture des Pays de la Loire
emmanuel.merot@pl.chambagri.fr

09/02/2021
Gentiane Maillet - INRAE - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - gentiane.maillet@inrae.fr

22/11/2017
Aurélie Belleil - Pôle AB Massif Central
charge-mission - abelleil.polebio@gmail.com

05/10/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr