TECHNIQUE

Irriguer les cultures

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Crédits photo : CC0

 
       
       
       
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

 


L'apport d'eau par irrigation vise à lever, partiellement ou totalement, le facteur limitant de l'alimentation hydrique des cultures. L'irrigation a également un effet, favorable ou défavorable, sur certains bioagresseurs.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Exploitation


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
L'irrigation peut potentiellement s'appliquer à toutes cultures, mais son intérêt est variable d'une culture à l'autre. Il dépend (1) de la sensibilité de la culture au stress hydrique, (2) du positionnement du cycle de la culture par rapport à la disponibilité en eau et (3) de l'effet positif ou négatif de l'irrigation sur les bioagresseurs affectant les cultures.

Tous les types de sols : Facilement généralisable

L'irrigation peut potentiellement s'appliquer à tous types de sols, mais son intérêt est fortement dépendant de la réserve utile du sol.



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

L'irrigation peut potentiellement s'appliquer à tous contextes climatiques, mais ,son intérêt dépend de la fréquence d'épisode climatiques secs.



Réglementation

En fonction des territoires et de facteurs climatiques, des restrictions d'eau peuvent être décrétées et limiter voire interdire le recours à l'irrigation.


2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En diminution
émission phytosanitaires : NEUTRE
émission GES : AUGMENTATION


Effet sur la qualité de l'eau : Variable
pesticides : VARIABLE

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En augmentation
consommation d'énergie fossile : AUGMENTATION

Autre : Pas d'effet (neutre)

L'irrigation a un impact variable sur les risques de transfert de polluants vers l'eau. Elle favorise la valorisation par la culture de la fertilisation azotée et des fournitures d'azote du sol et contribue ainsi à minimiser le reliquat azoté en entrée de période de drainage. Cependant, un apport d'eau excessif génère du drainage et du ruissellement et provoque des transferts d'azote, phosphore ou résidus phytosanitaires vers l'eau.

L'irrigation entraine une augmentation des émissions de gaz à effet de serre liée à l'énergie consommée pour le pompage (si moteur thermique) ou le déplacement des enrouleurs. Par ailleurs, l'irrigation peut entrainer un état d'anoxie en surface du sol favorable aux émissions de protoxyde d'azote par dénitrification.

La consommation d'énergie fossile augmente aussi par le pompage, voire le déplacement des enrouleurs .




Critères "agronomiques"

Productivité : En augmentation

L'irrigation permet avant tout d'éviter ou de réduire les pertes dues au stress hydrique, mais elle permet aussi d'éviter les pertes dues à des bioagresseurs pour lesquels aucune solution de lutte chimique n'est disponible (exemple : punaise verte sur soja).



Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)


Stress hydrique : En diminution

L'irrigation vise à compenser les déficits hydriques liés à une pluviométrie insuffisante.



Autres critères agronomiques : Variable

Pression maladies :

Certains pathogènes sont favorisés par l'irrigation : fusariose des épis sur blé tendre si irrigation au moment de la floraison, mildiou et sclérotinia du capitule sur tournesol, charbon des inflorescences du maïs…




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation

Il y a augmentation des charges opérationnelles de par la consommation d'eau et l'alimentation des dispositifs de pompage. Elle implique aussi de revoir l'ensemble de l'itinéraire technique en cohérence : densité de semis, dose d'azote, etc.



Charges de mécanisation : En augmentation

L'irrigation implique des charges de mécanisation supplémentaires pour l'amortissement du matériel, le pompage, le déplacement des enrouleurs, etc.



Marge : Variable

L'impact de l'irrigation sur la rentabilité dépend (1) des charges supplémentaires et (2) des gains de rendement permis.




Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation

L'irrigation implique une charge de travail supplémentaire pour sa mise en œuvre et son raisonnement.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus


6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Atténuation
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
11/01/2018
Hélène Merianne - ACTA - Baziège (31450)
charge-mission - helene.merianne@acta.asso.fr

27/09/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr