TECHNIQUE

Gérer l’irrigation en verger


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Photo d’en-tête : Système d’irrigation à aspersion dans un verger de pommier – © INRA Gotheron

 

Informations initialement  issues du Guide pour la conception de systèmes de production fruitière économes en produits phytopharmaceutiques (2014) / Fiche technique n°3. Pour en savoir plus voir lien

 

La technique :

L’irrigation constitue un moyen de contrôle cultural. Cette technique n’appartienne pas directement au domaine de la protection des plantes, mais peut agir sur le développement des bio-agresseurs soit par le mode d’apport de l’eau, soit par les doses d’irrigation, ou encore par une combinaison des deux.

En effet, les systèmes d’irrigation localisent de manière différente les apports d’eau au sein du verger, ce qui modifie les conditions microclimatiques au sein de la frondaison et peut influencer le développement des bio-agresseurs, en particulier les maladies.

Elle influence également les propriétés mécaniques liées à l’état hydrique (turgescence) des organes avec des effets directs possibles sur le développement des bio-agresseurs via des processus complexes (stimuli chimiques intervenant dans les phénomènes d’attractivité et de répulsion, appréciation de la qualité alimentaire lors de la prise de nourriture…).

En production fruitière, la gestion de l’irrigation, en interaction avec la gestion de la fertilisation, de la conduite architecturale des arbres (taille d’hiver, taille en vert, forme fruitière…) et de la gestion de la charge en fruits, impactent fortement la vigueur des arbres, ce qui influence le développement des bio-agresseurs par la modification du microclimat (aération, durée d’humectation, éclairement) au sein de la frondaison et par la dynamique de croissance des organes modulant les périodes de sensibilité ou d’appétence selon le stade de développement.

 

Choix du système d’irrigation :

Le choix du système d’irrigation est souvent dicté par des compromis entre l’efficacité agronomique, la possibilité d’une utilisation pour la protection contre le gel, le désherbage mécanique sur le rang, le coût du matériel, les contraintes d’organisation du travail, etc.

De manière générale, les systèmes d’irrigation mouillant le feuillage (aspersion sur frondaison) ou favorisant un microclimat humide dans le verger (aspersion sous frondaison) favorisent le développement des maladies (ex. Xanthomonas, monilioses, tavelure, stemphyliose, feu bactérien, bactérioses…).

Toutefois, l’aspersion sur frondaison peut présenter un intérêt contre certains bio-agresseurs (ex. psylle du poirier, acariens). Par ailleurs, la durée et la proportion de surface du sol maintenue humide jouent sur la dynamique de levée et de croissance des adventices sur le rang des arbres. Les systèmes d’irrigation de type goutte à goutte, en particulier le goutte à goutte enterré qui permet de ne pas humecter le sol en surface, sont les plus à même de limiter le développement des adventices.

À l’inverse, le maintien d’un sol humide par aspersion peut être un levier d’action contre certains bio-agresseurs (ex. le capnode qui se développe préférentiellement dans les sols secs).



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle
Exploitation


Application de la technique à...


Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"


Critères "agronomiques"


Critères "économiques"


Critères "sociaux"



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Appréciation de l’état hydrique d’une plante à partir des variations micrométriques de la dimension des fruits ou des tiges au cours de la journée.
Huguet J.G.
Agronomie 5, 733-741., Article de revue avec comité, 1985
Cuticular cracking on nectarine fruit surface: Spatial distribution and development in relation to irrigation and thinning.
Gibert C., Chadoeuf J., Vercambre G., Génard M., Lescourret F.
J. Amer. Soc. Hort. Sci. 132(5), 583-591., Article de revue avec comité, 2007
Effects of different irrigation regimes applied during the final stage of rapid growth on an early maturing peach cultivar
Mercier V., Bussi C., Lescourret F., Génard M.
Irrigation Science 27 (4), 297-306., Article de revue avec comité, 2009
Effects of limiting irrigation and manual pruning on brown rot incidence in peach.
Mercier V., Bussi C., Plénet D., Lescourret F.
Crop Protection 27, 678-688., Article de revue avec comité, 2008
Guide de protection fruitière intégrée
Chambre régionale d’agriculture PACA et Station La Pugère
Chambre régionale d’agriculture PACA et Station La Pugère, Ouvrage, 2014
Objectif info Arbo. 8.
Irrigation scheduling of an early maturing peach cultivar using tensiometers and diurnal changes in stem diameter.
Bussi C., Huguet J.G., Besset J., Girard T.
Fruits 54 (1), 57-66., Article de revue avec comité, 1999
Taille, irrigation et monilioses sur pêcher. Effets des pratiques culturales sur les attaques de monilioses en verger de pêchers.
Mercier V., Gueldry H., Neraudeau E., Chauffour D.
Phytoma, Article de revue avec comité, 2005
Phytoma-La Défense des Végétaux, 581, 40-41.

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

31/05/2018
22/01/2018
Paola SALAZAR - INRA - Rennes (35000)
ingenieur - paola.salazar@inra.fr