TECHNIQUE

Semer / repiquer tardivement

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

est évoqué dans
Exemple de mise en oeuvre
...
est complémentaire
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Date de dernière modification: 07/12/2011

Contributeurs initiaux :

François Dumoulin Chambre d'Agriculture de l'Oise francois.dumoulin(at)agri60.fr Fresnoy le Luat (60)
Laurence Guichard INRA Laurence.guichard(at)grignon.inra.fr Grignon (78)
Jérôme Pernel Agro-Transfert Ressources et Territoires j.pernel(at)agro-transfert-rt.org Estrées-Mons (80)
Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Epoisses (21)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Il s'agit de décaler le semis deux à trois semaines après la période habituelle dans la zone géographique considérée.

 


Exemple de mise en oeuvre : Dans le bassin parisien, semis de blé tendre à partir du 10 - 15 octobre minimum (voire début novembre en agriculture biologique) au lieu du 25 septembre.

Précision sur la technique :

Attention, pour la gestion des adventices, il est nécessaire de prendre en compte la flore problématique de la parcelle. En effet, le décalage de semis est efficace pour défavoriser certaines espèces, mais peut en favoriser d'autres (par exemple le gaillet grateron).

Cultures concernées :

Cultures à semis d'automne / hiver

Avoine hiver, Blé dur, Blé tendre hiver, Engrain, Petit épeautre, Epeautre, Orge hiver, Seigle hiver, Triticale hiver (notamment contre la carie, sauf l'avoine qui n'y est pas sensible).

A VERIFIER : Ail, Féverole hiver, Lin fibre hiver, Lin graine hiver, Lupin blanc doux hiver, Moutarde hiver, Ray-grass d'Italie

Cultures à semis de printemps

Avoine printemps, Blé tendre printemps, Sorgho ensilage, Sorgho grain, Tournesol, Triticale printemps, pois printemps.
Chou-fleur d'été: Décalage du semis en juillet pour éviter le 2ème vol de mouche du chou.
Maïs doux, Maïs grain, Maïs ensilage : Préférable vis-à-vis de la pyrale dans les zones à plusieurs générations car permet de limiter l'installation de la seconde génération.
Betterave :évite les levées précoces d'adventices dans des betteraves qui lèvent lentement.
Petit pois : A vérifier, la date de semis peut-être imposée par contrat avec un industriel.
Pomme de terre : Sans doute peu d'effet si un herbicide de pré-levée est utilisé.

A VERIFIER : Artichaut, Cameline, Chanvre, Epinard, Fenugrec, Féverole printemps, Haricot vert, Lentille, Lin fibre printemps, Lin graine printemps, Lupin blanc printemps, Lupin bleu printemps, Melon, Moutarde printemps, Navet d'été, Pavot (oeillette), Poireau, Pois chiche, Riz, Sarrasin, Soja, Tabac, Tomate industrielle.

Cultures à semis d'été

Chou-fleur d'automne et d'hiver : Décalage du semis en juillet pour éviter le 2ème vol de mouche du chou.

Cultures à semer entre le printemps et l'automne

A vérifier : Carotte, Gesse, Laitue, Luzerne, Mélilot blanc ou jaune, Millet, Moha, Oignon, Phacélie, Prairie, Ray-grass anglais, Sainfoin, Trèfle blanc, Trèfle d'Alexandrie, Trèfle de Michelli, Trèfle de Perse, Trèfle incarnat, Trèfle violet, Vesce commune

Chou fourrager : semis précoce plus étouffant ?



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée

Cette technique peut contribuer à la diversification des périodes de semis dans la rotation.

Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Pas généralisable

Cette technique est facilement applicable aux cultures à semis automnal. Sur cultures de printemp, le risque de stress hydrique peut limiter les possibilités.



Tous les types de sols : Généralisation parfois délicate

Retarder le semis sur terres argileuses est plus délicat car le ressuyage est plus lent en cas de pluies précoces et persistantes. Sur les terres sableuses à faible réserve hydrique les semis précoces permettent de mieux profiter de l'humidité automnale et hivernale.



Tous les contextes climatiques : Généralisation parfois délicate

Technique délicate dans les zones à pluviosité automnale précoce et importante, ce qui peut empêcher la réalisation du semis dans de bonnes conditions. Dans certaines régions, les dates de semis habituelles sont déjà tardives et se situent après le pic de levée des adventices.



Réglementation

Influence
NEGATIVE

Pour certaines cultures contractualisées (légumes par exemple), la date de semis est imposée à l'agicutleur.

Contrats de production


2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : Variable
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : VARIABLE


Effet sur la qualité de l'eau : En diminution
N.P. : AUGMENTATION
pesticides : DIMINUTION


Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable
consommation d'énergie fossile : VARIABLE

Autre : Pas d'effet (neutre)

Eau : L'utilisation d'herbicides (herbicides d'automne généralement supprimés), d'insecticides et de fongicides peut être réduite. Sur céréales à paille (Agro-transfert RT), l'IFT herbicides peut passer de 1,58 à 0,58. Par contre le risque de lessivage d'azote est accru (stimulation de la minéralisation si faux-semis), ainsi que le risque d'entraînement du phosphore.

Air : L'utilisation d'herbicides (herbicides d'automne généralement supprimés), d'insecticides et de fongicides peut être réduite. Sur céréales à paille (Agro-transfert RT), l'IFT herbicides peut passer de 1,58 à 0,58. Les émissions de GES augmentent dans le cas de la réalisation de faux-semis, mais peuvent être largement compensées par une réduction de la fertilisation azotée.

Energie fossile : Augmentation dans le cas de la réalisation de faux-semis, et si un labour est nécessaire du fait de la dégradation des conditions météo. Moins de passages de pulvérisateur.

Risque d'érosion : Augmentation. Le sol est laissé nu pendant une plus longue période à l'automne.




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable

Pas d'effet ou diminution. La durée du cycle est réduite, ce qui diminue le potentiel de rendement pour des semis vraiment tardifs (retard du à un épisode pluvieux par exemple). Sur blé, cet effet est très modéré pour des semis réalisés fin octobre, voire nul si on reste dans la plage optimale. Il s'agit donc de trouver un compromis entre réduction de la pression en bioagresseurs et perte potentielle de rendement. Cela dépendra également du contexte pédo-climatique et de l'année.



Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)


Stress hydrique : En augmentation
En particulier sur les sols sableux.

Biodiversité fonctionnelle : Variable

En cas d'association avec un ou des faux-semis (ce qui est recommandé contre les adventices), la faune du sol est perturbée.



Autres critères agronomiques : En augmentation

Maîtrise de certains ravageurs : Augmentation

Mais certains ravageurs comme la mouche grise des céréales peuvent être favorisés, en particulier en cas de précédent betterave ou oignon. On peut réduire le risque en augmentant la densité de semis et en rappuyant le lit de semence.

Maîtrise de la qualité d'implantation : Diminution

Les conditions d'implantation peuvent parfois être mauvaises, en particulier sur un sol argileux.

Risque de battance : Augmentation

Le sol est laissé nu pendant une plus longue période à l'automne.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution

Possibilité de réduction de la fertilisation azotée et des traitements. Augmentation du coût en semences car densité supérieure. D'après Agro-transfert RT, passage d'un coût global du désherbage de 47 à 40 euros par hectare.



Charges de mécanisation : En diminution

Moins de passages de pulvérisateur.



Marge : Pas d'effet (neutre)

La réduction des charges compense en général les éventuelles pertes de rendement liées au semis tardif. La marge peut même être améliorée, mais peu aussi diminuer dans certains cas.



Autres critères économiques : Variable

Consommation de carburant : Variable.

Légère augmentation du fait de semis en conditions plus humides, mais moins de passages de pulvérisateur.




Critères "sociaux"


Temps de travail : Pas d'effet (neutre)

Légère augmentation dans le cas de réalisation de faux-semis.

Charge de travail globale : Diminution. Possibilité d'une légère augmentation du temps de semis si les conditions se dégradent, mais diminution du temps de pulvérisation à l'automne. Diminution possible du temps de désherbage pour les semis vraiment tardifs (d'après un essai d'Agro-transfert RT, passage de 0,24 à 0,12 heures) ou peu d'effet pour les semis légèrement retardés (car nécessité de désherbage mécanique au printemps).



Période de pointe : En augmentation
Risque de conflits entre chantiers : la durée des fenêtres d'intervention diminue, ce qui a un fort impact sur l'organisation des chantiers d'automne.

Temps d'observation : Pas d'effet (neutre)




4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
carie commune du blé MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Les semis tardifs sont plus facilement contaminés car les plantes se développent plus lentement et atteignent moins vite le stade 2 feuilles, à partir duquel elles ne sont plus sensibles.
mouche grise des céréales MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite En particulier si précédent betterave ou oignon. On peut réduire le risque en augmentant la densité de semis et en rappuyant le lit de semence.
thrips du pois ravageur, prédateur ou parasite Pour le pois, les ensemencements tardifs et les variétés tardives sont particulièrement menacés par les thrips.

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Amarante blanche MOYENNE adventices
Amarante blite MOYENNE adventices
Amarante hybride MOYENNE adventices
Amarante réfléchie MOYENNE adventices
abutilon de Théophraste MOYENNE adventices
agrostis jouet du vent FAIBLE adventices Efficacité faible car levée hivernale.
arabette de Thalius MOYENNE adventices
armoise vulgaire MOYENNE adventices
barbarée intermédiaire MOYENNE adventices
bident tripartite MOYENNE adventices
calépine irrégulière MOYENNE adventices
cardamine hérissée MOYENNE adventices
chrysanthème des moissons MOYENNE adventices
cicadelle du blé MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite Un semis tardif permet de limiter l'installation de la seconde génération dans les zones concernées.
crépis de Nîmes MOYENNE adventices
datura stramoine MOYENNE adventices
digitaire sanguine MOYENNE adventices
erodium à feuilles de ciguë MOYENNE adventices
euphorbe exiguë MOYENNE adventices
fenouil commun MOYENNE adventices
galactitès cotonneux MOYENNE adventices
gesse tubéreuse MOYENNE adventices
grémil des champs MOYENNE adventices
lampourde à gros fruits MOYENNE adventices
menthe à feuilles rondes MOYENNE adventices
morelle noire MOYENNE adventices
mouron des champs MOYENNE adventices
myosotis des champs MOYENNE adventices
panic capillaire MOYENNE adventices
panic faux-millet MOYENNE adventices
panic pied-de-coq MOYENNE adventices
panic à inflorescence dichotome MOYENNE adventices
passerage des champs MOYENNE adventices
passerage drave MOYENNE adventices
peigne de Vénus MOYENNE adventices
phytolaque à dix étamines MOYENNE adventices
piétin-verse MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Sur céréales.
piétin-échaudage FORTE agent pathogène (bioagresseur) Sur céréales.
puceron d’automne FORTE ravageur, prédateur ou parasite Sur céréales.
puceron noir de la fève ravageur, prédateur ou parasite Si technique applicable à cette culture.
puceron vert du pois ravageur, prédateur ou parasite Si technique applicable à cette culture.
puceron vert et rose de la pomme de terre ravageur, prédateur ou parasite
pucerons de la pomme de terre ravageur, prédateur ou parasite Si technique applicable à cette culture.
pucerons des crucifères ravageur, prédateur ou parasite Si technique applicable sur crucifères.
pucerons vecteurs de la jaunisse grave ravageur, prédateur ou parasite Si technique applicable sur betterave.
pucerons vecteurs de la jaunisse modérée ravageur, prédateur ou parasite Si technique applicable sur betterave.
pyrale du maïs FAIBLE ravageur, prédateur ou parasite Un semis tardif permet de limiter l'installation de la seconde génération dans les zones concernées.
renoncule des champs MOYENNE adventices
renouée liseron MOYENNE adventices
rouille brune MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Sur céréales.
rouille couronnée agent pathogène (bioagresseur) Sur avoine d'hiver.
rouille dispersée agent pathogène (bioagresseur) Sur seigle d'hiver.
rouille jaune MOYENNE agent pathogène (bioagresseur) Sur céréales.
rumex petite oseille MOYENNE adventices
septoriose des feuilles FAIBLE agent pathogène (bioagresseur) Sur céréales.
sisymbre officinal MOYENNE adventices
sitone du pois ravageur, prédateur ou parasite Les dégats aux nodules sont plus importants dans les parcelles de lentilles semées tôt.
sorgho d'Alep MOYENNE adventices
spéculaire miroir de Vénus MOYENNE adventices
sétaire glauque MOYENNE adventices
sétaire verte MOYENNE adventices
sétaire verticillée MOYENNE adventices
torilis des champs MOYENNE adventices
torilis noueux MOYENNE adventices
virus de la mosaïque des céréales agent pathogène (bioagresseur)
virus de la mosaïque des céréales FORTE agent pathogène (bioagresseur) Sur céréales.
vulpie queue de rat MOYENNE adventices
vulpin des champs FORTE adventices
véronique des champs MOYENNE adventices

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Le retard de la date de semis des céréales d'hiver
Pierre Mischler
Agro-Transfert ressources et Territoires, Brochure technique, 2011
Maladies et ravageurs des légumes de plein champ en Bretagne
Estorgues V. (Chambre d'agriculture du Finistère, coordination) ; conseillers légumes des 4 chambres d'agriculture de Bretagne
Chambres d'Agriculture de Bretagne, Ouvrage, 2005
Ravageurs du blé - Anticiper les attaques de mouches grises
Gauthier C. (Terre-Net Média)
Terre-net.fr , publié le 20/10/2011, Article de presse, 2011
Stratégies de protection des cultures économes en produits phytosanitaires
Gran Aymerich L.
Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, Travaux universitaires, 2006

Mémoire d'ingénieur. La fiche n°8 du mémoire a très largement inspiré cette fiche technique.


6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Evitement
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
22/02/2018
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr

08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr