TECHNIQUE

Fractionner la dose totale d'azote apportée à la culture


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

(image en en-tête ; auteur :eutrophication&hypoxia ; licence :(CC BY 2.0))

 

Date de dernière modification: 15/11/2011

Contributeurs initiaux :

Philippe Eveillard UNIFA peveillard(at)unifa.fr Paris (75)
François Dumoulin CA 60 françois.dumoulin(at)agri60.fr Fresnoy le Luat (60)
Anne Schaub ARAA a.schaub(at)bas-rhin.chambagri.fr Schiltigheim (67)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

 

Fractionner la dose totale d'azote en plusieurs apports à des dates et doses coïncidant avec les besoins de la culture pour maximiser le coefficient réel d'utilisation de l'azote. En privilégiant les apports aux périodes de croissance active du couvert, ou de sensibilité de la culture aux carences en azote, le fractionnement permet (i) de favoriser la valorisation des fournitures d'azote par le sol, (ii) de limiter les pertes temporaires par réorganisation ou définitives par volatilisation ou lixiviation et (iii) pour certaines cultures de favoriser le transfert d'azote vers les organes récoltés (teneur en protéines du grain pour certaines céréales à paille). Le nombre d'apports recommandés est un compromis entre (i) l'intéret agronomique d'apports multiples et (ii) la faisabilité technique (possibilité de passage dans un couvert développé).


Exemple de mise en oeuvre :

Sur blé tendre d'hiver, la dose totale d'azote est classiquement fractionnée en 3 apports : un premier apport en sortie hiver, le second redressement - début montaison et le dernier fin montaison - dernière feuille.

Sur maïs, la dose totale est répartie entre un premier apport au semis, et un second entre les stades 6 et 10 feuilles ; pour les sols très filtrants 3 apports sont nécessaires : semis, 4-6 feuilles, 10-12 feuilles.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Généralisation parfois délicate
Pour certaines cultures, la réalisation d'apports au dela d'un certain stade auquel l'azote est encore valorisé, est limitée par les possibilités de passage du matériel. Pour le maïs par exemple, les apports d'azote sont valorisés jusqu'au stade floraison mais le passage du matériel n'est plus possible à partir du stade 12 feuilles (sauf fertirrigation sous pivot). Par ailleurs, le fractionnement doit aussi tenir compte des critères de qualité exigés par le débouché visé (pas d'apports tardifs sur orge brassicole ou blé biscuitier pour lesquels un faible taux de protéines est exigé).

Tous les types de sols : Facilement généralisable
Dans les sols à bonne réserve hydrique le fractionnement permet surtout de limiter les pertes temporaires par réorganisation, et définitive par lessivage en sol filtrant ou karstique.

Tous les contextes climatiques : Généralisation parfois délicate

L'efficacité des apports d'azote est aussi conditionnée par le contexte climatique : 15-20 mm de pluie dans les 2 semaines suivant un apport sont nécessaire pour qu'il soit valorisé par la culture. En absence de possibilité d'irrigation, un apport coïncidant avec un stade où les besoins de la culture sont élevés mais en l'absence de pluviométrie ne sera pas mieux voire moins bien valorisé qu'un apport décalé pour coïncider avec des conditions climatiques favorables.

Réglementation

Influence de la réglementation   Positive - Négative




2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : DIMINUTION


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...) : Diminution

Diminution des pertes d'azote par lixiviation.

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) : Diminution

Diminution des pertes par volatilisation.

Consommation d'énergie fossile : Diminution

Diminution de la consommation d'énergie fossile liée à la fabrication d'engrais minéraux. Cette diminution est plus importante que l'augmentation de consommation par le passage supplémentaire d'épandeur à engrais.

Dégagement de GES : Diminution

Diminution des dégagements de dioxyde de carbone liés à la fabrication d'engrais minéraux et diminution des dégagements de protoxyde d'azote liés à l'épandage d'engrais minéraux. Cette diminution est plus importante que l'augmentation par le passage supplémentaire d'épandeur à engrais.




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable
Augmentation du rendement ou de la teneur en protéines (céréales à paille) de la culture si le fractionnement est réalisé sans modification de la dose totale.

Qualité de la production : Variable


Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)


Stress hydrique : Pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle : Pas d'effet (neutre)



Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution
Diminution des charges liées à l'achat d'engrais minéraux non valorisés par la culture.

Charges de mécanisation : En augmentation

Le fractionnement de la dose totale implique une augmentation du nombre de passages.



Marge : En augmentation

L'augmentation des charges de mécanisation liée au nombre de passages est compensée par l'augmentation du rendement et / ou la diminution des charges de fertilisation permis par le fractionnement. La marge est donc améliorée, de façon variable en fonction des cultures. Si le fractionnement permet un meilleur taux de protéines du blé et que l'acheteur paie un meilleur prix pour un blé à taux de protéines élevé, la marge est encore supérieure.



Autres critères économiques : En augmentation

Consommation de carburant : Augmentation

Le fractionnement de la dose totale implique une augmentation du nombre de passages.




Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation

Charge de travail globale:Augmentation

Le fractionnement de la dose totale implique une augmentation du nombre de passages.



Temps d'observation : Variable
Le fractionnement sur certaines cultures implique l'utilisation d'OAD avec des observations supplémentaires (blé : double densité, N-Tester…). Pas sur d'autres cultures (maïs).



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Azote et protéines - Miser sur le fractionnement
Perspectives agricoles n°307, p30-33, Article de presse, 2004
Calcul de la fertilisation azotée - Guide méthodologique pour l'établissement de prescriptions locales
COMIFER
Brochure technique, 2011
Fertilisation azotée - Le fractionnement : Une stratégie gagnante !
Plovie A.
Cultivar n°626, p42-44, Article de presse, 2009
Fertilisation azotée - Optimiser l'efficacité des apports en culture
Cohan J.P. (Arvalis)
Perspectives agricoles n°352, p24-27, Article de presse, 2008
Fractionner et ajuster
UNIFA
Site Internet
Gestion de l'azote sur le blé : Une affaire de spécialistes
Agreste
Agreste primeur n°159, Article de presse, 2005

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
31/08/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr