TECHNIQUE

Lutter contre les adventices avec les plantes de services en cultures légumières


Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

défavorise
Bioagresseur
est appliqué à
contribue à
Fonction Service Stratégie
Voir tous les liens

Biofumigation

Crédit : Cram

En cours de rédaction
Dernière modification : 13/10/2021
Voir les contributeurs

Discussion liée

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Cette technique consiste à implanter des plantes de services ayant pour but de réguler la germination, la levée et la croissance de la flore adventice présente sur la parcelle.

On désigne par plantes de services les espèces implantées avant ou pendant une culture principale, dans la parcelle ou à proximité et qui sont destinées à fournir un ou plusieurs avantages (services écosystémiques) à la culture en place ou aux suivantes dans la rotation. Au-delà de réguler la flore adventice, les plantes de services peuvent également réguler d’autres bioagresseurs (ravageurs et maladies), améliorer la structure et la stabilité du sol et le cycle des éléments nutritifs, ainsi que réguler le climat (stockage du carbone). Eventuellement, la biomasse produite peut être utilisée pour la fourniture d’aliments ou de combustibles. Elles n’ont toutefois pas une finalité productive, les services d’approvisionnement n’y sont pas recherchés en priorité.

 

Principe : 

La mise en place de plantes de services permet de modifier les communautés adventices (structure, dynamique) présentes sur la parcelle par plusieurs mécanismes, soit :

  • Par compétition pour les ressources (eau, azote, lumière) et l’espace, ce qui provoque un phénomène d’« étouffement » sur les adventices lorsqu'elles se développent plus rapidement que ces dernières (RGR, Relative Growth Rate). Cette fonction dépend aussi d'autres traits caractéristiques comme la hauteur des plantes, le port, la surface foliaire, ... Les plantes de services détruites et laissées en surface peuvent former une barrière physique limitant la levée des adventices si le mulch est suffisamment épais.
  • Par l’effet allélopathique induit par les exsudats racinaires ou foliaires pendant le cycle des plantes ou leur décomposition sur le sol, qui vont permettre de limiter la germination et la croissance des adventices (Lou et al., 2016 ; Gfeller et Wirth, 2017).

 

Précision sur la technique :

Afin de gérer la flore adventice grâce à ces mécanismes, il est possible d'implanter un couvert végétal pendant la période d’interculture. L’incorporation des résidus de Brassicacées pendant cette période (biofumigation) permet de diminuer la digitaire (Digitaria sanguinalis) et l’amarante (Amaranthus palmeri) sur culture de poivron. Les travaux du Grab dans le cadre du projet PlacoHB montrent ainsi l’intérêt de l’achillée mille-feuille (Achillea millefolium), par sa couverture rapide du sol, qui limite fortement les charges de désherbage.

 

Quelques actions, projets, programmes :

Le projet PlacoHb avait pour objectif de contrôler les adventices et promouvoir la biodiversité avec les plantes couvres-sol.

 



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture

Les plantes de services peuvent permettre de réguler la flore adventice pendant la période d’interculture.



Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle

Les plantes de services peuvent permettre de modifier ou diminuer les communautés d’adventices présentes sur la parcelle.



Application de la technique à...

portlet.vue.concept.structure.toutesProductions : Généralisation parfois délicate

Selon la rotation, il est possible d’implanter des plantes de services pendant les intercultures courtes ou longues pour gérer les adventices.



Tous les types de sols : Facilement généralisable

Les techniques en elles-mêmes sont généralisables à tous les types de sols. 



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable
Continental
Océanique
Méditerranéen
Alpin
Tropical

Les techniques en elles-mêmes sont généralisables à tous les climats. 



Réglementation

Concernant la réglementation liée à la directive nitrates, référez-vous à la Draaf de votre région.

MAEC : Obligation d’implanter des couverts pendant les intercultures longues




2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation

Par rapport à un sol nu, les plantes de services peuvent permettre de diminuer l’utilisation des herbicides si la destruction des couverts n’est pas réalisée chimiquement.



Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation

Par rapport à un sol nu, les plantes de services peuvent permettre de diminuer l’utilisation des herbicides si la destruction des couverts n’est pas réalisée chimiquement. 



Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable

Ce critère dépend de la technique, de sa conduite et du nombre de passages dans la parcelle (travail du sol, implantation, entretien, destruction) par rapport aux passages de produits phytosanitaires. 




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas de connaissance sur impact


Qualité de la production : Pas de connaissance sur impact


Fertilité du sol : En augmentation

D’une manière générale, les couverts d’interculture ou associés améliorent les composantes physiques (diminution du ruissellement, de la battance et de l’érosion), chimiques (amélioration de la disponibilité des éléments nutritifs dans certains cas, diminution de la lixiviation) et biologiques (amélioration de la vie du sol et de la teneur en matière organique) de la fertilité du sol. Leur décomposition permet d’augmenter les teneurs en matière organique du sol et en azote dans le cas de certaines plantes.

 


Stress hydrique : Variable

Selon le type de sol, les conditions climatiques et la nature des espèces implantées, les plantes de services peuvent induire une concurrence hydrique au sein de la parcelle.



Biodiversité fonctionnelle : En augmentation

Par rapport à un sol nu, les plantes de services permettent d'apporter abri et nourriture aux animaux sauvages (oiseaux, petit gibier, ...), auxiliaires ennemis des ravageurs, pollinisateurs ainsi qu'aux organismes du sol (biomasse microbienne, vers de terre, ...).




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

L’utilisation d’herbicides peut diminuer grâce à l’effet de la plante de services (si le couvert est détruit mécaniquement).



Charges de mécanisation : En augmentation

Passages pour le semis des plantes de services et leur destruction.



Marge : Pas de connaissance sur impact



Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

Passages pour le semis et la destruction dans le cas d’une plante de services en interculture.



Effet sur la santé de l'agriculteur : En augmentation

Par diminution de l’usage des produits chimiques (sauf si destruction chimique).





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
adventices MOYENNE adventices

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Conseil M., Souillot C.
ITAB, Brochure technique, 2020

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Lutte biologique
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

13/10/2021
Marie Hedan - ACTA - Paris (75012)
charge-mission - marie.hedan@acta.asso.fr