TECHNIQUE

Recycler les eaux usées traitées et eaux grises

Aboutie
Dernière modification : 30/01/2024
Voir les contributeurs

Productions concernés

  • Cultures annuelles et pluriannuelles
  • Cultures pérennes
  • Céréales à paille
  • Grandes cultures légumineuses
  • Grandes cultures
  • Horticulture - Plante à parfum aromatique et médicinales
  • Cultures fourragères
  • Cultures légumières
  • Arboriculture et petits fruits
  • Vigne

Levier correspondant

Piloter la ressource en eau

Crédit : INRAE

Description de la technique

La réutilisation des eaux usées traitées et des eaux grises pour l'irrigation est une pratique qui peut permettre de s'adapter au déficit hydrique dans certains contextes :

  • La Réutilisation des Eaux Usées Traitées ou REUT concerne les eaux issues des stations d'épuration (STEP). Elles peuvent servir à différents usages selon leur niveau de qualité : irri-fertilisation, irrigation, abreuvement, etc. Ces systèmes se développent depuis plusieurs années en Espagne et dans d'autres pays subissant des sécheresses agricoles importantes. En France, quelques exploitations et sites expérimentaux sont pionniers dans les systèmes de REUT, principalement en grandes cultures, viticulture et arboriculture.
  • Les eaux grises issues des transformations agroalimentaires peuvent aussi être réutilisées pour l'irrigation à des échelles territoriales autour d'unité de transformation importantes, c'est-à-dire dont le débit d'eau est assez conséquent pour alimenter un circuit d'eau d'irrigation. C'est par exemple le cas pour les eaux issue des sucreries lors des processus d'extraction du sucre de la betterave (cette eau constitue entre 420 et 450 L par tonne de betteraves transformée). Une partie de cette eau peut être utilisée pour l'irrigation des cultures proches des sucreries (les effluents des sucreries constituent par ailleurs un apport nutritif pour les cultures).

Ressources disponibles

Fiches et guides techniques
Réutiliser les eaux usées traitées pour l’irrigation des cultures
2022, Bonnes pratiques pour l'eau du grand Sud-Ouest
Irriguer & fertiliser avec des eaux usées traitées
2021, Perspectives Agricoles n°492

Mécanisme(s) d'action

Recycler et traiter les eaux issues d'industries ou autres activités permet de réduire la pression de prélèvement sur l'eau des milieux naturels.

Condition(s) d'efficacité

Le développement de projets de réutilisation d'eaux usées traitées demande souvent une forte coopération entre plusieurs acteurs territoriaux, c'est pourquoi ces projets résultent le plus souvent d’opportunités lors de phases de modification du réseau de gestion de l'eau (travaux de remise à niveau, d’agrandissement ou de création d’une STEP, ou encore l’intégration dans un projet de gestion territoriale de l’eau).

 

Limites(s)

  • Pour un recyclage des eaux à des fins d'irrigation, la qualité sanitaire de l'eau est contrôlée et nécessite généralement un traitement supplémentaire. Concernant la REUT, les réglementations françaises et européennes précisent le niveau de qualité exigé selon les différents types de culture (vivrière, vivrière transformée, industrielle, semencière, etc), ce qui indique quel procédé de traitement est nécessaire pour irriguer avec cette eau.
  • La REUT n'est pas une solution durable dans certains terrioires, notamment ceux où les milieux dans lesquels les STEP rejettent l'eau habituellement se trouvent à des étiages estivaux sévères, car la déviation du flux risque d'aggraver l'état de ces milieux.
  • Le développement de la REUT pourrait générer un effet rebond qui faciliterait l'accès à l'eau et donc l'irrigation dans un contexte où les efforts d'adaptation doivent être portés en priorité sur les modes de production et le matériel végétal.

Evaluation de la technique

Délai de mise en place Ce critère évalue le pas de temps nécessaire à l’agriculteur/agricultrice pour mettre en place cette technique. ​Ce délai comprend à la fois le temps de réflexion nécessaire en amont de sa mise en place, et le temps de travail technique. . . . . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Coût Ce critère évalue le coût à la charge de l’agriculteur/agricultrice (éventuelles subventions déduites) pour la mise en œuvre et l’entretien de cette technique. Il comprend le temps de travail et l’investissement (intrants, matériels, etc.). . . . . . . . . . . . 1 : Faible . . . . . . . . . . . . . . . 2 : Modéré . . . . . . . . . . . . . . 3 : Elevé . . . . . . . . . . . .
Délai d'effet Ce critère évalue le pas de temps nécessaire pour que la technique améliore la résilience de l’exploitation (économique, agronomique, sociale, etc.). . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Effet sur l'atténuation Ce critère évalue la capacité de la technique à contribuer à l’atténuation du changement climatique à l’échelle de l’exploitation.​ Cet effet peut être neutre ou positif. L’atténuation s’entend par une réduction significative des émissions de GES (en priorité protoxyde d’azote, méthane et dioxyde de carbone) et/ou une augmentation du stockage de carbone.

Sans connaissance

  • Le délai de mise en place de cette technique dépend du contexte : la construction d’un projet de REUT de territoire s’étend souvent sur plus 3 ans, mais si l’exploitation peut être raccordée à un projet déjà existant, la mise en place durera entre 1 et 3 ans.
  • De la même manière, si le projet est déjà existant sur le territoire le coût sera plutôt modéré.
  • Concernant l’effet sur l’atténuation du choix de réutiliser des eaux usées traitées, il n’existe pas de référence sur l’analyse de cycle de vie des projets de REUT.


Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

30/01/2024
Elsa Galiano - ACTA - Pantin (93500)
charge-mission - elsa.galiano@acta.asso.fr