TECHNIQUE

Valoriser l'azote de la culture précédente


Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

contribue à
Fonction Service Stratégie
Voir tous les liens

Légumineuse

Aboutie
Dernière modification : 25/08/2022
Voir les contributeurs

Discussion liée

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Objectif de la technique 

L'objectif est d'implanter une culture valorisant rapidement l'azote disponible dans le sol après une culture laissant un fort reliquat azoté (légumineuses). C’est le cas, du pois, de la lentille, de la féverole, du haricot, du fénugrec, du pois chiche, du trèfle, de la luzerne … car (1) leur faible profondeurs d'enracinement laissent de l'azote dans les horizons profonds et (2) leurs résidus de culture riches en azote, vont se minéraliser rapidement à l'automne. Cette technique permet de limiter les pertes par lessivage en Automne. 

Description de la technique 

Plusieurs cultures peuvent remplir ce rôle : 

  • Les cultures de crucifères semées à l’été ont une capacité importante à valoriser cette azote, à la fois parce que leur racines ont une forte capacité à prélever l’azote minéral du sol, et parce que la croissance de la culture est relativement importante à l’automne (ce qui n’est pas le cas des céréales, semées plus tard). Par exemple, les cultures de colza, navette, radis et moutardes sont de bonnes candidates.  
  • Les cultures intermédiaires pièges à nitrates, positionnées derrière une culture libérant de l‘azote, sont un autre moyen de valoriser l'azote disponible après les cultures de légumineuses. Semée après la récolte, elles vont accumuler de l’azote qu’elles restitueront en se décomposant. Les crucifères comme la moutarde, la navette et le radis sont des espèce qui sont de bons pièges à nitrate dans ces couverts, aux côtés d’autres espèces non légumineuses.
     

Ces techniques présentent l’avantage de réduire fortement la dose d’azote apportée à la culture suivante, sans pénaliser son potentiel de rendement. Par exemple, l'implantation d'un colza après un pois permet d’économiser jusqu’à 50 kg N/ha. https://geco.ecophytopic.fr/documents/20182/21720/pdf_Alterner_les_cultures_lib_rant_de_l_azote_et_les_cultures_valorisant_rapidement_l_azote_disponible_1.pdf)

Précision sur la technique :

Points de vigilances 

Dans le cas où l’on implante un colza derrière une légumineuse, la disponibilité en azote doit être prise en compte dans l’itinéraire technique du colza, c’est-à-dire dans le choix de la variété, ainsi que dans le raisonnement de la date et de la densité de semis pour limiter le risque d'élongation automnale. Les forts reliquats azotés, les fortes densités de semis et les semis tardifs peuvent favoriser l'élongation du colza. Par ailleurs, un colza ayant une bonne alimentation azotée au cours de l’automne sera plus robuste, ce qui limitera les dégâts d’insectes d’automne.

Pour mettre en oeuvre cette technique, il faut donc raisonner le choix de la variété ou du mélange qu'on va implanter. Il faut choisir des espèces et variétés capables de mobiliser rapidement l'azote sans en être affecté. On cherche donc des espèces à croissance assez rapide.

Il faut raisonner la date de semis et la densité de semis en fonction des variétés, du reliquat azoté et de la période d'implantation

Conditions de réussites 

Le choix de l'espèce et de la variété est déterminant pour la réussite de cette technique. 



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Pas généralisable

Par définition, cette technique ne peut s'appliquer qu'aux cultures laissant de forts reliquats azotés dans le sol après leur récolte, combinées à des cultures capables de prélever des quantités d'azote importantes à l’automne (avaient la période de drainage).

Cultures libérant de l'azote

Culture valorisant rapidement l'azote disponible

Légumineuses : Fenugrec, Féverole d'hiver, Féverole de printemps, Haricot, Lentille, Lupin blanc doux d'hiver, Lupin blanc de printemps, Lupin bleu de printemps, Luzerne, Petits pois, Pois chiche, Pois d'hiver, Pois de printemps, Trèfle d'Alexandrie, Trèfle blanc, Trèfle de Perse, Trèfle incarnat, Trèfle de Michelli, Trèfle violet, Vesce commune….

Crucifères : Colza d'hiver, Colza de printemps, Moutarde d'hiver, Moutarde de printemps…

 



Tous les types de sols : Facilement généralisable
Cette technique peut s'appliquer à tous type de sol, il suffit d'adapter la variété.

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

Cette technique peut s'appliquer à tous type de climat, il suffit d'adapter la variété.

Réglementation



2. Services rendus par la technique


Fourniture de nutriments


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation

La diminution des besoins en fertilisation azotée permise par la valorisation de l'azote restitué par le précédent permet :

  • une réduction des émissions de gaz à effet de serre  (émissions de protoxyde d'azote (N20) liées aux apports d’engrais azotés et émissions de CO2 liées à la fabrication d'engrais minéraux et à leur transport).
  • Une réduction de la volatilisation de l’azote sous forme gazeuse au cours de processus d’épandage


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
La mobilisation rapide de l'azote par une culture ou un couvert permet de limiter les pertes de nitrates par lessivage.

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution

La diminution des besoins en fertilisation azotée permet une réduction de la consommation d'énergie fossile liée à la fabrication et à l’épandage d'engrais minéraux.




Critères "agronomiques"

Productivité : En augmentation

L'implantation après un précédent laissant un reliquat azoté élevé conduit généralement à une augmentation du potentiel de rendement de la culture : ainsi, le potentiel de rendement d'un colza suivant une culture de pois est supérieur à celui d'un colza de céréale à paille.

(Voir : https://geco.ecophytopic.fr/documents/20182/21720/pdf_Alterner_les_cultures_lib_rant_de_l_azote_et_les_cultures_valorisant_rapidement_l_azote_disponible_1.pdf)

 



Qualité de la production : Pas d'effet (neutre)


Fertilité du sol : En augmentation

Prélever l’azote laissé par les cultures précédentes par le biais des cultures intermédiaires contribue globalement à enrichir le sol en azote (au lieu de le perdre) car cet azote sera restitué au sol après leur destruction, suite à la dégradation de la matière organique ainsi constituée.



Stress hydrique : Pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle : Pas d'effet (neutre)



Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution

Dans le cas de la rotation pois - colza, l'implantation du colza peut être facilitée et nécessiter un nombre de passages moins importants car les résidus de cultures sont moins importants que dans le cas d’une céréale à paille.

(Voir : https://geco.ecophytopic.fr/documents/20182/21720/pdf_Alterner_les_cultures_lib_rant_de_l_azote_et_les_cultures_valorisant_rapidement_l_azote_disponible_1.pdf.)

 

 



Charges de mécanisation : En diminution

La valorisation de l'azote restitué par le précédent permet de réduire les charges de fertilisation.

La marge azotée maximale du colza est supérieure avec un précédent pois par rapport à un précédent céréale à paille

(Voir : https://geco.ecophytopic.fr/documents/20182/21720/pdf_Alterner_les_cultures_lib_rant_de_l_azote_et_les_cultures_valorisant_rapidement_l_azote_disponible_1.pdf.)



Marge : En augmentation
Augmentation sur la culture et la rotation.


Critères "sociaux"



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Dumans P., Flénet F., Wagner D. (Cetiom), Bonnin E. (CA58), Schneider A. (UNIP) Perspectives agricoles n°368, p 4-8,
Article de presse, 2010
Terres Innovia
Brochure technique, 2020

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

25/08/2022
Julie André - INRAE - UMR Agronomie
ingenieur - julie.andre@inrae.fr