EXEMPLE DE MISE EN OEUVRE

Production de tomates sans résidus hors sol sous abri en PBI


En cours de rédaction
Dernière modification : 29/01/2020
Voir les contributeurs

Discussion liée

Autres discussions en rapport

Culture de tomate en production (Crédit photo : APREL).

 

Cet essai a été conduit chez un producteur à Rémy-de-Provence (13) par l'APREL de 2014 à 2017 dans le cadre du projet DEPHY SERRE. Ce dernier est axé sur production de tomates et concombres sous serre avec l'objectif de tendre vers le zéro intrant phytosanitaire.

La culture de tomate hors-sol dans le Sud de la France est soumise à une pression de maladies et ravageurs importante. La Protection Biologique Intégrée (PBI) représente aujourd’hui la principale méthode de protection contre les aleurodes. Cependant, elle est fragilisée par la présence de punaise Nesidiocoris tenuis et par la pression des autres maladies et ravageurs tout au long de la culture.

Le système étudié vise à maintenir une PBI efficace contre l’aleurode en améliorant le potentiel de prédation des Macrolophus et en apportant des solutions compatibles contre les autres bioagresseurs. Il doit répondre à l’attente sociétale d’une consommation de tomate sans résidus.

 

Leviers testés

 

Principaux résultats et enseignements

Dans ce système, la protection contre les maladies est satisfaisante.

Contre les ravageurs, la protection de la culture est moyennement satisfaisante, elle dépend surtout de l’installation de Macrolophus pygmaeus.

Nesidiocoris tenuis est un ravageur difficile à maîtriser car quelques individus suffisent à causer des dégâts en tête et à déséquilibrer la PBI. Les effectifs peuvent êtres limités via des techniques de régulation alternatives comme l’aspiration des adultes en tête et le retrait des bourgeons pour l’élimination des larves

L'IFT est en baisse à partir de 2017,  mais la protection de la culture n’est pas encore suffisante et on constate l’augmentation des problèmes secondaires (acariose, cochenilles…). 

Le rendement a été impacté en 2016 par les attaques de pucerons et Tuta absoluta, et en 2017 par les dégâts d’aleurodes (installation lente macroplophus).

L’installation des Macrolophus dans la culture est un point crucial de la réussite de la PBI en tomate. Ils sont deux fois plus nombreux lorque la technique de nourissage est employée. 

 

-> PLUS D'INFOS DANS LA FICHE SYSTÈME DE CULTURE EXPE

Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

29/01/2020
Le Bars Jordan - ACTA
charge-mission - jordan.le-bars@acta.asso.fr