TECHNIQUE

Diversifier les rotations (cultures annuelles)

Aboutie
Dernière modification : 30/01/2024
Voir les contributeurs

Productions concernées

  • Cultures annuelles et pluriannuelles
  • Grandes cultures légumineuses
  • Grandes cultures
  • Cultures fourragères
  • Cultures légumières

Levier correspondant

Adapter le matériel végétal et l assolement

Crédit : INRAE

Description de la technique

Diversifier les espèces et les variétés cultivées dans la rotation des cultures annuelles peut permettre de s'adapter, notamment en allongeant les rotations et en cultivant davantage de cultures d'hiver (Sécheresse et agriculture ; 2006 ; INRA).

En système de grandes cultures particulièrement, il est recommandé que les cultures d'hiver (colza, blé, orge, pois d'hiver) et d'été soient équilibrées sur l'exploitation.
L'outil Asalée peut appuyer ces choix stratégiques d'assolement pour les systèmes irrigués dans le cadre d'une démarche d'accompagnement individuel ou collectif.

Ressources disponibles

Projets en cours
Fiches et guides techniques
Memento : légumes de diversification en Provence
2013, Chambre d'agriculture des Bouches-du-Rhône
Projets en cours
Programme sur la diversification des assolements
Chambres d'agriculture Normandie

Mécanisme(s) d'action

La diversification des cycles culturaux et des espèces permet de répartir les risques climatiques et offre des solutions d'esquive (Debaeke et al., 2008, Viguier et al., 2021).
Cela constitue également un levier de sécurisation des revenus. Par exemple dans les systèmes maïsicoles qui doivent désormais s'adapter à un accès limité à l'eau d'irrigation, diversifier et allonger les rotations permet d'introduire davantage de cultures pluviales tout en gardant une rentabilité économique. Certaines rotations ont montré des performances économiques similaires à des systèmes basés sur le maïs.

Diversifier les rotations est un levier agroécologique qui améliore également la biodiversité cultivée et permet de mieux réguler les adventices et les bioaggresseurs.

L'optimisation de la part de cultures d'hiver est une stratégie d'esquive, qui consiste à contourner les périodes où les risques de stress hydriques et thermiques sont importants.

Condition(s) d'efficacité

  • La diversification doit s'orienter vers les cultures adaptées aux conditions pédo-hydro-climatiques locales et prenant en compte les évolutions climatiques futures.
  • Les choix de diversification doivent aussi être raisonnés en fonction du contexte socio-technico-économique : filières présentes sur le territoires qui pourront offrir des débouchés stables, infrastructures de transformation, possibilité d'avoir du matériel en commun, etc. 

Limites(s)

L'augmentation de la part de cultures d'hiver dans la rotation est limitée par le contexte pédoclimatique des parcelles. En effet, la variabilité climatique inter-annuelle peut rendre cette stratégie moins productive certaines années dans les régions où les sols peuvent être moins praticables en automne et au printemps. L'allongement des rotations assure néanmoins une sécurité de la production pluriannuelle.

Evaluation de la technique

Délai de mise en place Ce critère évalue le pas de temps nécessaire à l’agriculteur/agricultrice pour mettre en place cette technique. ​Ce délai comprend à la fois le temps de réflexion nécessaire en amont de sa mise en place, et le temps de travail technique. . . . . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Coût Ce critère évalue le coût à la charge de l’agriculteur/agricultrice (éventuelles subventions déduites) pour la mise en œuvre et l’entretien de cette technique. Il comprend le temps de travail et l’investissement (intrants, matériels, etc.). . . . . . . . . . . . 1 : Faible . . . . . . . . . . . . . . . 2 : Modéré . . . . . . . . . . . . . . 3 : Elevé . . . . . . . . . . . .
Délai d'effet Ce critère évalue le pas de temps nécessaire pour que la technique améliore la résilience de l’exploitation (économique, agronomique, sociale, etc.). . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Effet sur l'atténuation Ce critère évalue la capacité de la technique à contribuer à l’atténuation du changement climatique à l’échelle de l’exploitation.​ Cet effet peut être neutre ou positif. L’atténuation s’entend par une réduction significative des émissions de GES (en priorité protoxyde d’azote, méthane et dioxyde de carbone) et/ou une augmentation du stockage de carbone.

Une grande partie des coûts est liée à la transition du système (matériel, organisation du travail).

Technique(s) associée(s)

Choisir des espèces adaptées au(x) stress hydrique et/ou thermique Implanter des cultures associées (cultures annuelles)

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

30/01/2024
Elsa Galiano - ACTA - Pantin (93500)
charge-mission - elsa.galiano@acta.asso.fr