EXEMPLE DE MISE EN OEUVRE

Le passage en agriculture biologique : repenser sa rotation pour produire sans intrants de synthèse et gagner en autonomie alimentaire

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

Radis fourrager +vesce commune

Crédit : Gaël Monnerat

Aboutie
Dernière modification : 15/03/2021
Voir les contributeurs

Discussion liée

Autres discussions en rapport

 

Jean-Patrick s’est installé avec ses parents en 2008, en production laitière, en ramenant une ferme de 30 hectares de cultures conduites en conventionnel. Aujourd’hui, la ferme fait 92 hectares, est certifiée en agriculture biologique et produit du lait de vache, du cidre et du jus de pomme.  

 

Leviers mobilisés

  • Cultiver du meteil,  qui est un concentré adapté à un système herbager pour le cheptel. Le metéil permet également de diminuer la pression en adventices grâce à son action étouffante, et de faire des économies d'azote grâce à la présence de légumineuses dans le mélange 
  • Cultiver des espèces diversifiés dans la rotation avec l’introduction du radis fourrager qui permet de gagner en autonomie fourragère,  facilite l’évitement de certains ravageurs, et coupe le cycle des maladies de successions culturales avec graminées

 

Principaux résultats et enseignements

  • Ce système de culture est complètement basée sur une logique agronomique durable :

- Au niveau des adventices, cette rotation, avec une tête de rotation prairie, permet une pression limitée des adventices. Le choix des cultures, des espèces, les associations de plantes, et les périodes échelonnées d’implantation, empêchent la sélection d’un type d’adventice.

- Au niveau de la gestion des insectes et ravageurs sur les céréales et le maïs, le choix d’itinéraires adaptés, l’alternance de cultures et la mise en place des cultures à différentes périodes, évitent que les dégâts ne se répercutent sous forme de pertes sur récoltes.

- Au niveau des maladies des céréales, le choix de variétés plus tolérantes et associées ainsi que le semis dans de bonnes conditions permettent à Jean-Patrick d’être serein vis-àvis des performances attendues

  • L’économie de temps réalisée avec la suppression de passages de herse étrille ou herse rotative, est mise à profit pour mieux suivre le troupeau demandant beaucoup d’observation.
  • La mise en place du radis fourrager est simple, avec un déchaumage des céréales, un semis combiné et un passage de rouleau. 

 

PLUS D'INFO DANS LA FICHE TRAJECTOIRE DEPHY FERME

Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

15/03/2021
Gentiane Maillet - INRAE - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - gentiane.maillet@inrae.fr