TECHNIQUE

Réaliser un séchage du foin en grange

Aboutie
Dernière modification : 29/01/2024
Voir les contributeurs

Productions concernées

  • Cultures fourragères
  • Prairie
  • Ovin
  • Caprin
  • Bovin

Levier correspondant

Piloter la ressource alimentaire du cheptel

Crédit : INRAE

Description de la technique

Sécher du foin dans un séchoir (vrac ou botte) revient à placer le fourrage dans un courant d’air chaud et sec. L’air ambiant est généralement réchauffé de quelques degrés par une source de chaleur (toit solaire, méthanisation, générateur à biomasse, etc.). 
Plus l'air est chaud et sec, plus sa capacité à se saturer en eau sera élevée. Augmenter la température de l’air de 10°C permet de doubler la capacité évaporatoire. Avec un séchoir, le foin est donc séché rapidement, de manière efficace et homogène. Il convient d'engranger le fourrage à une teneur en matière sèche comprise entre 45% et 60%, après un premier séchage au champ.

Ressources disponibles

Mécanisme(s) d'action

Cette pratique permet d'augmenter la fenêtre de récolte (ou de profiter de fenêtres plus courtes) car le temps de séchage au sol est réduit. Cela améliore les capacités d'adaptation du système face aux aléas climatiques (épisodes pluvieux lors des périodes optimales pour la récolte). Le séchage en grange fournit généralement un fourrage de meilleur qualité par rapport au séchage 100% au champ.

Limites(s)

La mise en place du séchage en grange peut nécessiter des investissements initiaux, et présente des coûts de fonctionnement lié à la consommation énegétique du séchoir.

Evaluation de la technique

Délai de mise en place Ce critère évalue le pas de temps nécessaire à l’agriculteur/agricultrice pour mettre en place cette technique. ​Ce délai comprend à la fois le temps de réflexion nécessaire en amont de sa mise en place, et le temps de travail technique. . . . . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Coût Ce critère évalue le coût à la charge de l’agriculteur/agricultrice (éventuelles subventions déduites) pour la mise en œuvre et l’entretien de cette technique. Il comprend le temps de travail et l’investissement (intrants, matériels, etc.). . . . . . . . . . . . 1 : Faible . . . . . . . . . . . . . . . 2 : Modéré . . . . . . . . . . . . . . 3 : Elevé . . . . . . . . . . . .
Délai d'effet Ce critère évalue le pas de temps nécessaire pour que la technique améliore la résilience de l’exploitation (économique, agronomique, sociale, etc.). . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Effet sur l'atténuation Ce critère évalue la capacité de la technique à contribuer à l’atténuation du changement climatique à l’échelle de l’exploitation.​ Cet effet peut être neutre ou positif. L’atténuation s’entend par une réduction significative des émissions de GES (en priorité protoxyde d’azote, méthane et dioxyde de carbone) et/ou une augmentation du stockage de carbone.

Technique(s) associée(s)

Constituer un stock de fourrage de sécurité

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

contribue à
est appliqué à
Voir tous les liens
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

29/01/2024
Elsa Galiano - ACTA - Pantin (93500)
charge-mission - elsa.galiano@acta.asso.fr