TECHNIQUE

Utiliser la méthode sandwich pour gérer les adventices en verger


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Photo d'en-tête : Entretien du sol selon le système sandwich - © Ctifl

 

Informations issues initialement du Guide pour la conception de systèmes de production fruitière économes en produits phytopharmaceutiques (2014) / Fiche technique n°9 - Pour en savoir plus : voir lien

 

Principe

La méthode sandwich est une technique de contrôle des adventices présentes sur le rang des arbres fruitiers, sans utilisation d'herbicides. Cette méthode consiste à travailler le sol de chaque côté du rang (40 cm minimum, jusqu’à 1 m pour des plantations larges en fruits à noyau) avec un outil simple en laissant la bande centrale du rang de plantation enherbée sur 20 cm de largeur minimum. Cette technique est une alternative au désherbage chimique du rang (avec glyphosate par exemple).

 

Matériel et mise en œuvre

La mise en œuvre de ce levier, nécessite des outils usuels adaptés pour le travail du sol localisé (disques, décavaillonneuse, griffon). L’absence de système d’effacement pour éviter les obstacles (arbres, palissage) réduit le coût du matériel à l'achat et à l'entretien et permet des vitesses de passage beaucoup plus importantes que le désherbage mécanique avec effacement.

L'enherbement de la bande centrale peut être :

- Spontané et entretenu par fauche avec un outil déporté
- Semé : semis manuel ou au semoir (en fin de première feuille, à l’automne suivant la plantation des arbres). Dans ce cas, il est recommandé de choisir des espèces de plantes couvre-sol peu concurrentes ou intéressantes d’un point de vue agronomique (ex. à effet allélopathique telle que l’épervière piloselle Hieracium pilosella).


Exemple de mise en oeuvre :

Exemple tiré de la brochure technique "Système sandwich - Arboriculture" du FIBL (cf bibliographie) : Installation du système sandwich avec la piloselle (Pilosella officinarum).

La piloselle est une plante allélopathe que inhibe la croissance racinaire des adventices par sécrétion de toxines au niveau racinaire. L'émission de stolons permet une installation rapide et une couverture dense du sol. Elle a une haute valeur écologique puisqu'elle permet de limiter le recours aux herbicides ainsi que de limiter le travail du sol.

Installation :

- Préparation du sol par désherbage mécanique dans la ligne des arbres (largeur 40 cm)
- Plantation (le semis est aléatoire) : en avril jusqu’à fin août si arrosage ou jusqu’à mi-octobre
- Densité de semis : 3 plants mottés par mètre linéaire. La plantation en ligne simple suffit. On peut aussi replanter des mottes prélevées sur les plantations plus anciennes.


Entretien en période d’installation :

- Faucher 1 à 2 fois en fonction du développement des mauvaises herbes, au-dessus des feuilles de la piloselle (en évitant de préférence les 2 périodes de floraison de la piloselle)
- Supprimer les graminées à fort développement, les chardons et les autres adventices susceptibles d’ombrer les plantes.

 

Entretien du système sandwich :


- Travail sur la bande centrale de mulch :

En présence de graminées et/ou de hautes herbes, fauchage 1 à 2 fois/an afin d’éviter que la végétation n’ombre les plantes.
Aucun entretien nécessaire quand la piloselle est bien installée et couvre le sol.


- Travail dans les bandes travaillées de chaque côté :

Binage des lignes à gauche et à droite de la ligne d’arbres, sur une largeur de 40-50 cm de chaque côté avec la bineuse ou outils usuels adaptés pour le travail du sol localisé (dents, pattes d’oie).

Fertilisation ou compost seulement sur les bandes travaillées. Ne pas recouvrir les piloselles

Précision sur la technique :

Le système d’irrigation doit être compatible (suspendu ou enterré).

Le déclenchement des passages se fait en fonction des observations de repousse de la flore adventice. En période de floraison des adventices, un fauchage supplémentaire est à prévoir en cas d’application de produits phytopharmaceutiques durant cette période.

Cette technique est bien adaptée pour maîtriser les adventices à grand développement présentes sur le rang ou celles susceptibles de se multiplier à partir de rhizomes (vivaces type prêle, sorgho, liseron).

Le travail du sol de chaque côté du rang peut déranger les campagnols par destruction des galeries superficielles et du couvert herbacé, alors que la petite bande enherbée sur le rang peut favoriser la présence d’auxiliaires à proximité des arbres



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle

Technique appliquée à l'ensemble de la parcelle.

Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable

 

Facilement généralisable

Cette méthode peut être utilisée dans la plupart des vergers adultes mais attention à la garde au sol nécessaire (affaissement des branches sous le poids des fruits) pour le passage du matériel.

En vergers cidricoles, la récolte s’effectuant au sol, cette technique n’est plus possible dès l’entrée en production (3e feuille) dans des conditions de sols boueux.



Tous les types de sols : Généralisation parfois délicate

 

Généralisation parfois délicate

Pas de contrainte majeure. Cependant, sur les sols à risque et pendant la période de récolte, possibilité d’aggraver les phénomènes de tassement par piétinement.

Sur les sols peu fertiles, risque de perte de vigueur et de rendement les premières années si implantation d’un enherbement du rang sur arbres jeunes (risque de concurrence).

Sur les zones en pente, risque d’érosion sur les bandes travaillées.



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

 

Facilement généralisable

Pas de contrainte majeure mais en vergers non irrigués et dans les zones à faible pluviométrie, risque de perte de vigueur et de rendement les premières années si implantation d’un enherbement du rang sur arbres jeunes (risque de concurrence hydrique).



Réglementation

Aucune réglementation particulière pour cette technique.




2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : Variable
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : VARIABLE


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
pesticides : DIMINUTION

Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable
consommation d'énergie fossile : VARIABLE

Autre : Pas d'effet (neutre)

Energies fossiles : coût énergétique moyen

Eau : Pas de pollution des eaux par des herbicides.         




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable

Variable

Pas de blessures du tronc ou de rejet près du tronc provoqué par le travail sur sol.

Permet d'éviter les problèmes de phytotoxicité induits par les désherbants chimiques sur jeunes vergers.

Développement possible de vivaces (exemple du sorgho d'Alep) au pied des arbres.

Vigueur et rendement équivalents au désherbage mécanique sur arbres adultes.



Qualité de la production : Variable

Variable

Pas de rique de résidus d'herbicides dans les fruits



Fertilité du sol : En augmentation

En augmentation

Meilleure porosité dans la partie enherbée par rapport à la partie travaillée.

Faune du sol (mésofaune, microbienne) plus abondante et diversifiée.

Selon les adventices développées, le sol est couvert en hiver. 

Par contre, tassement en fond de travail si intervention sur sol trop humide.



Stress hydrique : Variable

Variable

En verger non irrigué, des risques de concurrence hydrique entre arbres et bande centrale enherbée. Ces risques sont néanmoins réduits par rapport à un enherbement total.



Biodiversité fonctionnelle : En augmentation

En augmentation

Augmentation de la biodiversité floristique favorable aux auxiliaires.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation

En augmentation

Besoin d'investissement pour achat de matériel spécifique. De plus, cette technique exige plus de passages et de temps de travail/ha.



Charges de mécanisation : Variable

Variable

Matériel de travail du sol simple suffisant (diminution des coûts par rapport au travail du sol sur le rang).

L'investissement pour le matériel de travail du sol sur le rang représente autour de 7000 à 12 000 € (prix 2015).




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

Variable

Travail du sol beaucoup plus rapide qu'en système avec désherbage mécanique intégral.

Implantation de l'enherbement sur le rang au semoir : 2h/ha
Entretien des bandes travaillées : 2 à 6 h/ha avec 3 à 6 passages par an
Entretien de la bande centrale : 3 à 5 h/ha avec 1 fauche par an

Fauchage des adventices en fleur si application indispensable de produits phytopharmaceutiques. Cela applique aussi pour l'interrang.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Perce-oreilles (ravageur) FAIBLE ravageur, prédateur ou parasite pour les fruits à noyaux, si choix de l'enherbement sur la bande centrale
campagnol provençal (Microtus duodecimcostatus) FAIBLE ravageur, prédateur ou parasite Risque de populations accrues de campagnols si implantation de légumineuses ou si la durée de couverture totale du verger est trop importante dans le temps (fin récolte jusqu’au printemps).
campagnol terrestre (Arvicola terrestris) FAIBLE ravageur, prédateur ou parasite Risque de populations accrues de campagnols si implantation de légumineuses ou si la durée de couverture totale du verger est trop importante dans le temps (fin récolte jusqu’au printemps).

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
adventices MOYENNE adventices La méthode sandwich est un levier principal pour maîtriser les adventices sur vergers adultes. Surtout des espèces à grand développement sur le rang ou susceptibles de se multiplier à partir de rhizomes (prêle, sorgho, liseron)
campagnol provençal (Microtus duodecimcostatus) FAIBLE ravageur, prédateur ou parasite Le travail du sol de chaque côté du rang dérange les campagnols par destruction des galeries superficielles et du couvert herbacé. Toutefois, l'impact est faible car travail superficiel et pas forcément réalisé lors du développement automnal du campagnol provençal notamment.
campagnol terrestre (Arvicola terrestris) FAIBLE ravageur, prédateur ou parasite Le travail du sol de chaque côté du rang dérange les campagnols par destruction des galeries superficielles et du couvert herbacé. Toutefois, l'impact est faible car travail superficiel et pas forcément réalisé lors du développement automnal du campagnol provençal notamment.

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Pollinisateurs FAIBLE Pollinisateurs Grâce à la présence d'une flore source de pollen et nectar pour les pollinisateurs

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions
Gel Risque de gel : si sol « sale » et juste travaillé, peut limiter le réchauffement en journée et réduire (de quelques dixièmes) le gain de température nocturne

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Arboriculture - Système Sandwich
Tschabold J.-L.
Agridea, Brochure technique, 2012
Dossier Gestion du sol en AB. Alternatives au travail du sol sur le rang et gestion du sol en arboriculture.
Garcin A., Bussi C., Corroyer N., Dupont N., Ondey S.-J., Parveaud C.-E.
Alter Agri, 116, 19-21., Brochure technique, 2012
Guide production fruitière intégrée
Chambre régionale d'agriculture PACA, Station La Pugère
Brochure technique, 2014
Objectifs Info Arbo, 30-32.
Le système sandwich
Chambre d'Agriculture de la Dordogne
Brochure technique, 2010

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Atténuation
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

18/12/2018
11/01/2018
Paola SALAZAR - INRA - Rennes (35000)
ingenieur - paola.salazar@inra.fr

06/09/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr