TECHNIQUE

Pailler sous le rang en vigne

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

défavorise
Bioagresseur
est appliqué à
Culture
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Crédit photo : IFV CA33

En viticulture, cette technique consiste à recouvrir la surface du sol par un couvert organique (paillis ou mulch) ou d'une toile végétale. Le paillage peut être réalisé sous le rang ou sur la totalité de la parcelle (excepté avec une toile). Le paillage sous le rang peut être envisagé comme une alternative au désherbage chimique du rang. En inter-rang, il permet aussi de limiter le recours au travail du sol pour détruire les adventices. La couverture du sol présente l'intérêt de protéger le sol contre les agressions du climat et de l'érosion.

Cette technique a fait l'objet d'une expérimentation dans le cadre du projet SolAB, piloté par l'ITAB, dans une optique d'alternative à l'entretien mécanique pour la lutte contre les adventices en viticulture biologique. L'expérimentation a été réalisée sur le rang, de 2010 à 2013, sur 3 sites d'essais, une fois atteinte la limite d'efficacité des paillage. Ses résultats (disponibles ici en détail) sont à prendre précaution du fait de la courte durée de l'expérimentation : il a été constaté que les paillages avaient une influence sur le sol (disponibilité en eau et azote, protection de la température du sol) et que ses conséquences sont à prendre en considération avant de décider d'une utilisation à l'échelle de la parcelle.

Précision sur la technique :

  • Paillis de couvert organique

Il est nécessaire d'épandre au moins 5 cm de mulch pour limiter le développement des adventices, au moyen d'une désileuse, d'un épandeur porté, voire à la main pour les pailles de céréales.

Dans le cadre du projet SolAB, ont été expérimentés des paillis de paille de céréales compressée, de chèvenotte et d'écorces de châtaigner. Aucun entretien n'est à réaliser une fois le paillis en place. Cependant, on constate la formation d'une croûte dès la première pluie.

La dégradation des matériaux organiques est rapide et il n'est pas possibile de compter sur une présence de plus de 2 ans avant complète dégradation des paillages de chèvenotte et d'écorces de châtaignier.

  • Paillage avec toile

Il existe sur le marché des toiles végétales biodégradables ou à base de bioplastique, à privilégier aux films non biodégradables. Les toiles doivent être posées à l'aide d'une dérouleuse, de préférence avant l'implantation de la vigne afin d'éviter d'abîmer la plantation. Selon leur épaisseur, leur durée de vie est comprise entre de 2 et 4 années.

La toile est à conserver en surface et à recouvrir par de la terre lorsqu'elle n'assure plus son effet couvrant.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée
A l'implantation

Le paillage peut être réalisé avant implantation pour la pose d'une toile biodégradable ou sur des parcelles adultes pour un mulch.

Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Tous les types de sols : Facilement généralisable
Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Sans connaissance


2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices

Stabilité physique et structuration du sol


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
Réduction de l'usage d'herbicide et de leur transfert dans les eaux de surface et souterraines.

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
Réduction de l'usage d'herbicide et des transferts vers les eaux

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
Il y a réduction de la consommation énergétique par rapport à un itinéraire de référence en désherbage mécanique. En effet, une fois installé, le paillage ne génère plus de coût tant qu'il permet une maitrise convenable des adventices.


Critères "agronomiques"

Stress hydrique : En diminution
Par son effet mulch et couvrant, le paillage a tendance à conserver plus longtemps une humidité du sol en limitant l'évaporation. Lors de l'expérimentation menée par le réseau SolAB, les mulchs apportés ont permis de gagner jusqu'à 2 °C sous le paillage (cas du millésime 2011).


Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable
Dans le cas où le mulch n'est pas produit sur l'exploitation (comme peut l'être la paille par exemple), le coût d'achat est à confronter aux coûts d'herbicides et de carburant économisés. Son coût est amortie sur sa durée de vie.
Dans le cadre de l'expérimentation SolAB, les références données permettent de donner une fourchette de coût entre 730 et 1830 euros/ha/an pour une durée de vie de 3 ans (contre 320 euros/ha/an pour un déserbage mécanique inter-ceps, références IFV).


Charges de mécanisation : Variable

La couverture du sol permet de limiter les opérations de travail du sol et de désherbage chimique de la parcelle. Cependant, le paillage doit être renouvellé régulièrement, occasionnant des coûts pour son épandage.



Marge : En diminution
Le paillage reste supérieure en cout au désherbage chimique. Il représente une facilité de travail pour les plantiers mais reste plus complexe à mettre en oeuvre sur les vignes déjà installées.


Critères "sociaux"


Organisation du travail : En augmentation
Les paillages trouvent particulièrement un intérêt pour l’entretien du sol des plantiers en viticulture biologique compte-tenu de la simplification d’organisation du travail qu’ils engendrent.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
adventices MOYENNE adventices

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Gontier L., Gaviglio C.
IFV, Brochure technique
Delbecque X.
REUSSIR Vigne, Article de presse, 2015
Goma-Fortin N., Gontier L., Gaviglio C., Chovelon M., Malet O.
ALTER AGRI n°116, Article de presse, 2012
Lactuduvin, Site Internet, 2017

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Lutte physique
Mode d'action : Barrière
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

05/06/2019
20/03/2019
GAVIGLIO Christophe - IFV - Brames Aigues (81310)
ingenieur - christophe.gaviglio@vignevin.com

19/03/2019
Xavier DELPUECH - Institut Français de la Vigne et du Vin - Montpellier (34000)
conseiller-institut-technique - xavier.delpuech@vignevin.com