TECHNIQUE

Pailler avec un matériau synthétique

Aboutie
Dernière modification : 30/01/2024
Voir les contributeurs

Productions concernées

  • Cultures pérennes
  • Horticulture - Plante à parfum aromatique et médicinales
  • Cultures légumières
  • Arboriculture et petits fruits
  • Vigne

Levier correspondant

Assurer une couverture régulière du sol

Crédit : CTIFL - Agathe Bourdeau

Description de la technique

Le paillage des cultures peut être réalisé avec des matériaux exogènes inorganiques de différents types :

  • Couvert en polyéthylènes ;
  • Couvert constitués de matériaux biodégradables.

 

Ressources disponibles

Fiches et guides techniques
Résultats d'essais
Paillages biodégradables en culture de salade sous abris - Projet ICAP
2020, Chambres d'agriculture des Bouches-du-Rhône
Paillages biodégradables en culture de tomate sous abris - Projet ICAP
2020, Chambres d'agriculture des Bouches-du-Rhône
Exemples de mise en oeuvre
Paillage/mulch - Haute-Garonne
OSez l'AgroÉcologie
Fiches et guides techniques

Mécanisme(s) d'action

Le paillage synthétique réduit l’évaporation de l'eau du sol.

Condition(s) d'efficacité

Pour observer les effets de réduction de l'évaporation, une couverture minimale de la surface du sol est nécessaire (selon les études, ce minimum est compris entre 50% et 80% de la surface) (Bodner et al., 2015).

Limites(s)

  • Le paillage présente un risque de développement de bioagresseurs. Il existe notamment un risque accru de prolifération de campagnols en verger.
  • La pose, dépose et l'enfouissement du paillage peut nécessiter des équipements spécifiques.
  • La gestion de la fin de vie des matériaux de paillage synthétique reste un frein à leur déploiement, car peu de filières de valorisation existent actuellement.

Evaluation de la technique

Délai de mise en place Ce critère évalue le pas de temps nécessaire à l’agriculteur/agricultrice pour mettre en place cette technique. ​Ce délai comprend à la fois le temps de réflexion nécessaire en amont de sa mise en place, et le temps de travail technique. . . . . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Coût Ce critère évalue le coût à la charge de l’agriculteur/agricultrice (éventuelles subventions déduites) pour la mise en œuvre et l’entretien de cette technique. Il comprend le temps de travail et l’investissement (intrants, matériels, etc.). . . . . . . . . . . . 1 : Faible . . . . . . . . . . . . . . . 2 : Modéré . . . . . . . . . . . . . . 3 : Elevé . . . . . . . . . . . .
Délai d'effet Ce critère évalue le pas de temps nécessaire pour que la technique améliore la résilience de l’exploitation (économique, agronomique, sociale, etc.). . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Effet sur l'atténuation Ce critère évalue la capacité de la technique à contribuer à l’atténuation du changement climatique à l’échelle de l’exploitation.​ Cet effet peut être neutre ou positif. L’atténuation s’entend par une réduction significative des émissions de GES (en priorité protoxyde d’azote, méthane et dioxyde de carbone) et/ou une augmentation du stockage de carbone.


Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

30/01/2024
Elsa Galiano - ACTA - Pantin (93500)
charge-mission - elsa.galiano@acta.asso.fr