TECHNIQUE

Compostage de la matière organique comme moyen de lutte préventive contre les pathogènes et les adventices


Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens

Aboutie
Dernière modification : 20/08/2021
Voir les contributeurs

Discussion liée

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Le compostage consiste à favoriser la dégradation biologique en conditions humides et aérées d'effluents d'élevage ou de déchets verts. Il permet une réduction du volume des effluents (50 % environ) et une hygiénisation du produit (destruction des graines d'adventices, des pathogènes, etc., par le maintien de températures élevées). Cette hygiénisation des matières à composter permet d'inhiber la germination des graines d'adventices et d'éliminer la plupart des agents pathogènes (maladies et ravageurs), afin de ne pas contaminer la parcelle destinées à recevoir le compost. Dans le cas spécifique de la gestion des adventices, cette technique permet de ne pas importer de graines qui pourraient alimenter le stock semencier des parcelles. 

Les conditions favorables à la dégradation biologique nécessitent un à plusieurs retournement d'andains (à l'aide d'un retourneur d'andain ou d'un épandeur à poste fixe) permettant de favoriser l'aération du compost. Le compost obtenu peut être épandu à raison de 10 à 15 tonnes par hectare.

Le compostage peut être réalisé à partir d'effluents d'élevage (fumier de bovin pailleux, fumier de bovin mou, fumier de volailles etc.) ou de déchets verts.

 

Précision sur la technique :

Le compostage, notamment des effluents d’élevage, permet, grâce à l’augmentation de la température induite, une hygiénisation du produit, en détruisant les pathogènes et graines d’adventices qui peuvent y être présents à l’origine. Un fumier bovin par exemple, peut en effet contenir de 50 à 100 graines d’adventices par kg, et dans le cas d’un épandage à 15 t/ha peut donc facilement apporter 1 millions de graines par hectare. Le compostage est ainsi recommandé pour éviter la contamination des parcelles lors de l’épandage

Au moins 3 jours avec une température supérieure à 50 °C sont nécessaires pour détruire efficacement champignons et bactéries pathogènes, ainsi que les graines d’adventices les moins résistantes (amarante et panic par exemple). Certaines graines d’adventices sont néanmoins plus résistantes (rumex par exemple) et leur destruction exige que ces températures soient maintenues plus longtemps (au moins 3 semaines) ou soient plus élevées (jusqu’à 65°C).

Attention, pendant le stockage, avant, pendant ou après compostage, il est recommandé de ne pas laisser la matière organique à l’air libre, mais de la couvrir à l’aide d’une bâche. Ceci permet d’éviter de nouvelles contaminations par des adventices et améliore de surcroît le processus de compostage (préservation de la chaleur, limitation du dessèchement ou du lessivage).



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture
Sur culture implantée
A l'implantation
A la récolte


Echelle spatiale de mise en œuvre
Exploitation


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
Tous les types de sols : Facilement généralisable

L'apport de compost présente un intérêt particulier sur les sols limoneux et sableux sensibles à la battance et l'érosion.



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Influence
POSITIVE

Les composts sont considérés comme des matières Fertilisantes d'Origine Résiduaires (MAFOR) et à ce titre sont soumis à une réglementation établissant des exigences techniques et agroenvironnementales quant aux conditions :

  • de stockage (distance à des points d'eau, à des habitations ou à des voies de communications, la durée et le volume et la hauteur du dépôt) ;
  • de compostage (durée de compostage et retournement des andains, maintien de la température des andains) ;
  • d'épandage (parcelles concernées, date d'épandage et volume apporté).

De plus, la réglementation différant selon le régime de l'exploitation, le type de matières à composter (effluents d'élevage, déchets...), la quantité à traiter et pouvant être variable localement, rapprochez-vous de votre chambre d'agriculture régionale ou départementale pour connaître les règles qui s'appliquent. En attendant, retrouvez ici en page 56 le cadre réglementaire qui s'applique.




2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices

Fourniture de nutriments


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : Variable
Le compostage permet de réduire la présence de certains pathogènes et graines adventices dans les matières organiques fertilisantes. Il permet ainsi de limiter préventivement les apports en bioagresseurs sur les parcelles agricoles lors de l’épandage, ce qui peut permettre par la suite de faire l’économie de certaines interventions de protection des cultures (pulvérisation de produits phytosanitaire ou désherbage mécanique).

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation

La libération d'azote par le compost est plus lente que dans le cas d'effluents bruts (matière organique stable à minéralisation lente). Le risque de transfert d'azote vers l'eau est ainsi limité.

Aussi, tout comme pour la qualité de l'air, la qualité de l'eau peut être améliorée par une limitation des traitements phytosanitaires du fait de la l'hygiénisitation des composts limitant l'introduction de bioagresseurs dans les parcelles.



Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable
Le compostage implique la consommation de carburant, donc l'émission de gaz à effet de serre, pour le retournement des andains. Cependant, la réduction de volume des matières compostées permet de limiter la consommation liée à l'épandage, par rapport à l'épandage de produits bruts.


Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)


Fertilité du sol : En augmentation

L'apport de compost contribue efficacement et durablement à améliorer le taux de matière organique du sol.



Stress hydrique : En diminution

L'apport de compost contribue efficacement et durablement à améliorer le taux de matière organique du sol et donc la réserve utile.



Biodiversité fonctionnelle : En augmentation

L'apport de compost contribue à améliorer l'activité biologique des sols.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

Dans certains cas et sur le long terme, des apports réguliers de compost peuvent permettre de réduire les apports d'engrais minéraux.



Charges de mécanisation : Pas d'effet (neutre)

Les charges de mécanisation qu'implique le compostage (mise en andains, retournement…) sont compensées par la diminution des charges liées à l'épandage par rapport à l'épandage du produit brut (volume divisé par deux).

En comparaison, pour 100 tonnes de fumier et pour une parcelle située à 500 m du lieu de stockage, il est estimé un coût de 459 € pour un chantier de compostage contre 446,5 € pour un chantier de fumier traditionnel (source Chambre d'agriculture 48, voir page 30).



Marge : Pas d'effet (neutre)



Critères "sociaux"


Temps de travail : En diminution

Le temps de travail lié à la mise en andain et au retournement est compensé par la diminution du temps de travail lié au chargement et à l'épandage (volume divisé par deux).

En comparaison, pour 100 tonnes de fumier et pour une parcelle située à 500 m du lieu de stockage, il est estimé un temps total de 5h35 € pour un chantier de compostage contre 6h30 € pour un chantier de fumier traditionnel (source Chambre d'agriculture 48, voir page 30).





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
adventices MOYENNE adventices Destruction des graines d’adventices dans les matières organiques fertilisantes, par l’élévation de température induite par le compostage.

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Chambre d'agriculture d'Occitanie
Brochure technique, 2019
Agroperspectives
Article de presse, 2011
Carpentier M.
Terre-net.fr, Article de presse, 2013
CUMA 71
Brochure technique, 2001

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

20/08/2021
01/09/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr