TECHNIQUE

Réaliser des apports d'effluents organiques


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Crédits photo : CC0 1.0

 

Jean-François Dobrecourt CA 89 jf.dobrecourt(at)yonne.chambagri.fr Avallon (89)
David Leduc CA 76 david.leduc(at)seine-maritime.chambagri.fr Rouen (76)
Jean-Michel Hilareau INRA jean-michel.hilareau(at)lusignan.inra.fr Lusignan (86)
Jean-Luc Giteau CRA Bretagne jean-luc.giteau(at)bretagne.chambagri.fr Renne (35)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

 

Réaliser des apports d'effluents organiques. On distingue deux types d'effluents :

- les produits de type 1 (fumier, compost…) à C/N moyen à élevé dont l'effet fertilisant direct sera limité (coefficient d'équivalence engrais minéral de 0,1 à 0,3) mais qui présenteront un effet indirect à moyen-long terme sur le taux de matière organique du sol et donc le stock d'azote organique dont la minéralisation pourra se produire dans les 2 à 3 années suivant l'apport.

- les produits de type 2 (lisier, fientes de volailles...) à C/N faible et présentant essentiellement un effet fertilisant direct (coefficient d'équivalence engrais minéral de 0,6 à 0,7).

Les effluents peuvent être apportés avant implantation de la culture (maïs, colza...) ou en culture (céréales d'automne, prairies...), l'objectif étant de faire coïncider l'apport avec les périodes de fort besoin azotés de la culture pour limiter les pertes d'azote. Enfin, il est préférable d'enfouir / incorporer l'effluent pour limiter les pertes d'azote sous forme ammoniacale, par le travail du sol pour les apports en interculture, ou par injection pour les apports en culture.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
Si un gisement de matière organique est disponible localement. Le coefficient d'équivalence engrais minéral dépend de la culture sur laquelle l'effluent est apporté.

Tous les types de sols : Facilement généralisable

Cette intervention doit pouvoir être réalisée suffisamment tôt avant le semis de la culture, afin de ne pas créer de phénomènes de "faim d'azote" sur la culture suivante. Sur certains sols (qui se ressuient mal en sortie d'hiver), cette opération peut être délicate avant l'implantation d'une culture de printemps.



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Influence
NEGATIVE

Les apports d'effluents organiques sont encadrés par la Directive Nitrates. Les quantités peuvent être limitées dans certains départements (arrêtés d'application de cette directive).

Directive nitrate




2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : Variable
acidification : VARIABLE
émission phytosanitaires : VARIABLE
émission GES : VARIABLE
émission de particules : VARIABLE


Effet sur la qualité de l'eau : Variable
N.P. : VARIABLE
pesticides : VARIABLE
turbidite : VARIABLE


Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...) : variable

L'amélioration de la structure limite les phénomènes de ruissellement donc de transfert direct de produits polluants (P, phyto). L'augmentation de la teneur en MO augmente la rétention de molécules non ionisées et diminue donc (temporairement) leur transfert vers l'air ou l'eau. L'augmentation de la MO augmente l'activité microbienne qui participe aux processus de dégradation des molécules chimiques (substances phytosanitaires notamment). Ce processus est particulièrement intéressant s'il aboutit à une minéralisation totale du produit. Dans le cas contraire, la dégradation peut produire des métabolites eux-mêmes sources de pollution. Enfin, les effluents apportent aussi des éléments fertilisants (N, P, K) qu'il faut gérer avec précaution pour éviter les excès et ne pas engendrer de risques de transfert (ex. azote des effluents).

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) : variable

L'augmentation de la MO augmente la rétention de molécules non ionisées et diminue donc (temporairement) leur transfert vers l'air. Les apports de MO peuvent générer des émissions d'azote par volatilisation s'ils ne sont pas enfouis rapidement.

Consommation d'énergie fossile : Diminution

Même si ces apports nécessitent des interventions mécaniques (consommation de carburant), ils permettent une diminution de l'utilisation d'engrais azotés minéraux, et donc de la cnsommation d'énergie fossile liée à leur production

Dégagement de GES : variable

Contribution au stockage de carbone, mais élévation du pH favorise la minéralisation (CO2) et la volatilisation de l'azote (forme NH3).




Critères "agronomiques"

Productivité : En augmentation
Sur le long terme, l'amélioration de la fertilité du sol permet une augmentation sensible du rendement : un essai conduit de 1984 à 2006 en Bretagne montre un écart de rendement d'environ 1tMS/ha entre un maïs ensilage en monoculture recevant une fertilisation minérale et un maïs ensilage en monoculture recevant un apport de 20t/ha de fumier complété par une fertilisation minérale.

Fertilité du sol : En augmentation

Augmentation des capacités de stockage des éléments minéraux du sol au travers de l'amélioration de la CEC. L'apport d'effluents organique peut également avoir un impact variable sur le pH : augmentation du pH pour les apports de fumier / fientes (utilisation de chaux / carbonate dans les bâtiments d'élevage) ou acidification pour les lisiers.



Stress hydrique : En diminution

Fonction du type de sol et de la disponibilité en eau à l'origine (la MO permet une meilleure rétention de l'eau dans le sol : augmentation de 1 % du taux de MO = 15 à 20 %, en moyenne, d’augmentation de réserve utile, cette augmentation ne semble significative que dans le cas de sols peu profonds ou de cultures à faible enracinement).



Biodiversité fonctionnelle : En augmentation

Augmentation de la micro/macro faune du sol (vie du sol)



Autres critères agronomiques : Variable

Risque adventices : Augmentation

L'apport d'effluents organiques peut inclure des semences d'adventices.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

Restitution d'éléments fertilisants attendue (N,P,K) permettant de diminuer les achats d'engrais minéral.
Achat éventuel du produit organique, s'il n'est pas disponible sur l'exploitation (ou dans le cadre d'un échange avec un voisin).



Charges de mécanisation : Variable
Si l'agriculteur ne possède pas d'épandeur adapté à ce type de produits organiques (épandeur à fumier ou compost), cette pratique peut se traduire par un investissement dans ce type de matériel ou une prestation pour l'épandage du produit organique

Marge : Variable

Si les amendements organiques sont achetés, les charges augmentent. On peut attendre à terme une augmentation des fournitures de sols (N, P, K) qui pourra se traduire par une diminution des doses d'engrais minéraux.



Autres critères économiques : Variable

Consommation de carburant : variable

Un passage pour l'épandage du produit organique (on peut considérer que son incorporation est couplée à celle des résidus de la culture précédente).
A moyen/long terme, on peut espérer une diminution de laconsommation de carburant si l'amélioration des caractéristiques du sol entraîne une diminution des interventions de travail du sol.

 




Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation
L'épandage d'effluents organiques est plus consommateur en temps que l'épandage de fertilisants minéraux..

Effet sur la santé de l'agriculteur : Variable

Relations avec le voisinage : Diminution

L'épandage de certains effluents organiques peut occasionner des désagréments pour le voisinage (personnes à proximité des parcelles) en raison d'odeurs, ...



Temps d'observation : Pas d'effet (neutre)




4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Boues de stations d'épuration municipales
Bodet J.M. (Arvalis)
Arvalis, Ouvrage
Fertiliser avec les engrais de ferme
Bodet J.M. (Arvalis), Haccala S. (ITAVI), Aubert C. (ITPT), Texier C. (Institut de l'élevage)
Ouvrage, 2001
Fumiers et lisiers : compositions et valorisations sur cultures en Lorraine
Hance E. (Chambre d'Agriculture de Lorraine)
Brochure technique, 2003
Guide des analyses courantes en pédologie
Baize D. (INRA)
Editions Quae, Ouvrage, 1998
Guide des matières organiques
Leclerc B. (ITAB)
ITAB, Ouvrage, 2001
Incidence des restitutions carbonées sur le rendement du maïs ensilage et l'évolution du sol
Cabaret M.M., Arzul J.P. (CRA Bretagne), Morvan T. (INRA), Menasseri S. (Agrocampus Ouest).
Site Internet, 2007
Le chaulage, des bases pour le raisonner
Comifer
Editions Comifer, Ouvrage
Matières organiques et sensibilité des sols à la battance et au compactage
Guerf J.
Actes des 4ème journées de l'analyse de terre et 5ème forum de la fertilisation raisonnée, Acte de congrès, 1993
Réaliser un bon plan de fumure et un cahier de fertilisation
CRA Bretagne
Brochure technique

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
16/10/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr

31/08/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr