TECHNIQUE

Réaliser des semis de prairies sous couvert

Aboutie
Dernière modification : 29/01/2024
Voir les contributeurs

Productions concernés

  • Cultures fourragères
  • Prairie
  • Ovin
  • Caprin
  • Bovin

Levier correspondant

Piloter la ressource alimentaire du cheptel

Crédit : INRAE

Description de la technique

Face aux aléas climatiques aux périodes classiques d'implantation des prairies (sécheresse à l’automne, fortes précipitations au printemps, etc.), le semis sous couvert de céréale ou de méteil* augmente les possibilités de semis, par exemple en permettant un semis plus tardif en automne.

 

* Association de céréale(s) et protéagineux, à vocation fourragère (ensilage) ou grain

Ressources disponibles

Mécanisme(s) d'action

Le semis sous couvert de céréale (ou d’une association céréales-protéagineux) consiste à semer une prairie temporaire en même temps qu’une céréale. Selon les régions et les conditions pédoclimatiques, il peut s’agir d’un semis à l’automne sous couvert d’une céréale d’hiver ou d’un semis au printemps.
Le couvert peut ensuite être récolté en ensilage, pour un rendement similaire à celui d'une céréale ou d'un méteil implanté seul ; ou en grain, à condition d'avoir choisi une prairie peu agressive et souvent avec des pertes de rendement. La prairie peut alors prendre le relai.

Condition(s) d'efficacité

Il est essentiel de bien associer les espèces et mélanges à implanter : l’association ou la céréale ne doit pas être trop couvrante afin de limiter la compétition avec la prairie.

 

 

Evaluation de la technique

Délai de mise en place Ce critère évalue le pas de temps nécessaire à l’agriculteur/agricultrice pour mettre en place cette technique. ​Ce délai comprend à la fois le temps de réflexion nécessaire en amont de sa mise en place, et le temps de travail technique. . . . . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Coût Ce critère évalue le coût à la charge de l’agriculteur/agricultrice (éventuelles subventions déduites) pour la mise en œuvre et l’entretien de cette technique. Il comprend le temps de travail et l’investissement (intrants, matériels, etc.). . . . . . . . . . . . 1 : Faible . . . . . . . . . . . . . . . 2 : Modéré . . . . . . . . . . . . . . 3 : Elevé . . . . . . . . . . . .
Délai d'effet Ce critère évalue le pas de temps nécessaire pour que la technique améliore la résilience de l’exploitation (économique, agronomique, sociale, etc.). . . . . . . . . . . . . 1 : Moins de 1 an . . . . . . . . . 2 : Entre 1 et 3 ans . . . . . . . . 3 : Plus de 3 ans . . . . . . . . .
Effet sur l'atténuation Ce critère évalue la capacité de la technique à contribuer à l’atténuation du changement climatique à l’échelle de l’exploitation.​ Cet effet peut être neutre ou positif. L’atténuation s’entend par une réduction significative des émissions de GES (en priorité protoxyde d’azote, méthane et dioxyde de carbone) et/ou une augmentation du stockage de carbone.

Neutre


Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

Voir tous les liens
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

29/01/2024
Elsa Galiano - ACTA - Pantin (93500)
charge-mission - elsa.galiano@acta.asso.fr