EXEMPLE DE MISE EN OEUVRE

Le soja, un atout dans la rotation bio


En cours de rédaction
Dernière modification : 31/05/2018
Voir les contributeurs

Discussion liée

Autres discussions en rapport

Fiche témoignage

L'exploitation de Christophe Roux

Je me suis installé en 1979 en conventionnel, puis en 1988, j’ai décidé de convertir 2-3 ha en agriculture biologique. Les résultats techniques et économiques liés à une réduction des risques m’ont convaincu ; j’ai alors décidé de convertir l’intégralité de l’exploitation en bio. Aujourd’hui, le soja a toute sa place dans la rotation. Une culture de printemps à forte valeur ajoutée tant au niveau économique que technique. En revanche elle demande une attention particulière au moment du semis et du
désherbage, deux étapes délicates mais fondamentales. Toutes mes céréales sont stockées et séchées à la ferme. Je me suis équipé d’un trieur Daguet à grille (ne trie pas très bien les graines rondes) et de sept cellules cônes (25t / cellules). Le séchage se fait par arrivée d’air par le bas. Grâce à cela, mon soja est commercialisable. J’utilise en moyenne 300 kg de gaz pour  sécher les 25 à 30 t de soja. Une fois le soja séché, il est vendu ce qui permet de le remplacer par du maïs.

Une rotation diversifiée


Une des difficultés en agriculture biologique est d’être autonome en azote. C’est un des critères essentiel à l’élaboration de la rotation. Cette dernière se décline ainsi : céréale + trèffle – maïs – maïs – soja – céréales – céréales - féverole. Le trèfle est semé en mars, à la volée au centrifuge placé devant le tracteur, dans la céréale. A l’arrière, la herse étrille permet de couvrir un peu les graines et de désherber en même temps la céréale en sortie d’hiver. Le trèfle est ensuite broyé une ou deux fois au printemps suivant. Il permet ainsi d’apporter un peu d’azote au maïs qui sera semé dans la foulée. Le second maïs est quand à lui fertilisé avec 8 tonnes de compost de volaille. Enfin, la rotation longue a aussi l’avantage d’alterner cultures d’automne et cultures de printemps, ce qui facilite la gestion de l’enherbement. Seuls les blés et maïs sont fertilisés avec 300 à 500 kg d’ engrais binaire (9-5-0).
 

Le semis simplifié dans certaines conditions seulement ?

Je ne laboure pas systématiquement toutes mes parcelles. C’est avant les cultures de printemps que le labour est systématique, suivi d’un passage de herse rotative léger à 8-10 cm, puis du semis au combiné. J’essaie de laisser suffisamment de temps entre la préparation de semis et le semis pour favoriser la levée d’adventices et réaliser un dernier faux semis. Sur céréales en terrain très argileux, je préfère ne pas labourer pour éviter de faire une semelle de labour qui génèrerait des engorgements en hiver. Dans ce cas, je sème au combiné après deux déchaumages. Sinon, je déchaume deux fois en été, laboure puis sème dans la foulée.
 

Itinéraire du soja

Je choisis des variétés triples 0, très précoces. Je sème la semence inoculée après le 15 mai, à une densité de 600 000
pieds/ha pour que le sol soit bien ressuyé et pour favoriser une levée rapide de la culture. Les risques d’attaques ou d’enherbement sont ainsi réduits.
Le désherbage se fait en 3-4 étapes : un premier passage à l’aveugle avec la herse étrille à 10-12 km/heure ; un deuxième
au stade cotylédon-1° feuille émergée puis je le sarcle lorsqu’il fait 8-10 cm. Enfin, en présence de liserons, je repasse la herse
étrille lorsque le soja fait 20 cm. Même si cela le couche un peu, il se redresse ensuite et prend le dessus sur le liseron.
Globalement, je ne rencontre pas de problèmes particuliers de désherbage. En 2014 en revanche, quelques ambroisies ont
fait leur apparition dans mes parcelles. Cela n’a pas gêné la moisson mais c’est une plante à surveiller dans le temps !

Les résultats

· Maïs : 50-55 qx
· Soja : 18-20 qx
· Blé : 25-30 qx
· Féverole : 20 qx
· Méteil : 25-30 qx
· Tout le soja est vendu à Moulin Marion.

 

Fiche réalisée par la Chambre d'Agriculture de la Saone et Loire dans le cadre d'Innov'Action

Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

31/05/2018
Léa NISOLLE - Chambre Régionale d'Agriculture de BFC - Ecole Valentin (25480)
charge-mission - lea.nisolle@bfc.chambagri.fr

28/03/2018
Camille Lemoine - Alysé - Migennes (89400)
conseiller-cooperative - clm@alyse-elevage.fr