TECHNIQUE

Récupérer la menue paille lors de la récolte


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Légende : Récupération de menue paille sur l'andain
Crédit photo : Paysan-breton.fr

 

La menue paille est composée des glumes et glumelles des grains, des débris de paille et des tiges et des graines des adventices qui sont à la hauteur de la barre de coupe au moment de la récolte. Elle est évacuée à l'arrière de la grille supérieure lors du nettoyage du grain par la moissonneuse-batteuse. Alors qu'elle est habituellement restituée au sol, cette technique vise à récupérer la menue paille, afin de réduire à moyen terme la pression de certaines adventices et des repousses en limitant le ré-ensemencement de la parcelle récoltée ou d'augmenter la quantité de paille récoltée ou la valoriser comme co-produit. Il est aussi questionné, mais non documenté, l'intérêt de cette technique pour diminuer les dégâts de limage ou la pression de maladies (ex : fusariose) du fait de la réduction du nombre de repousses du précédent.


Limitation du ré-ensemencement de la parcelle
L'exportation des graines d'adventices contenues dans la menue paille permet de réduire l'enrichissement du stock semencier existant et de limiter le resalissement par des repousses (petits grain ou grains cassés). Sont concernées les adventices avec un port dressé, dont les grains sont de taille différente de la culture et qui ne sont pas déjà disséminés au moment de la moisson.


Source : CA Bretagne


L'effet sur le salissement des parcelles est particulièrement visible à partir de quelques années (2-3 ans), d'autant plus si les adventices ont une capacité de germination de faible durée. Un essai conduit par ARVALIS de 2014 à 2018 sur une parcelle non labourée avec une succession de 4 céréales à paille d'hiver a permis une réduction de 75 % de la densité de ray-grass au bout de la 3ème campagne par rapport à une modalité sans récolte de la menue paille. L'Inra Grignon fait aussi état d'une efficacité de 70 % sur vulpin, brome, fumeterre et coquelicot. Cependant, l'exportation des menues paille, si elle permet de le limiter, ne permet pas à elle seule de stopper le développement des adventices. Elle est à considérer comme un levier à inclure dans une stratégie plus globale de gestion des adventices pour limiter l'usage d'herbicides, en diversifiant par exemple les périodes de semis et les cultures introduites et en mobilisant un travail mécanique du sol permettant d'enfouir les graines (labour, déchaumage) et de détruire les plantules en stimulant leur levée (labour, faux-semis).
Dans le cas d'une parcelle particulièrement infestée d'adventices, il est conseillé de nettoyer la moissonneuse-batteuse après récolte pour limiter la contamination d'autres parcelles et de récolter les parcelles les plus sales en dernier.

 

Valorisation comme co-produit
Récupérées, la menue paille peut être valorisées suivant plusieurs voies qui dépendant des capacités de valorisation existantes sur l'exploitation, celles à proximité ou au sein de filières : paillage en mélange ou seule en élevage laitier, caprin et avicole, méthanisation, litière d'animaux domestiques, combustion pour chaudière, agromatériaux ou protection des silos d'ensilage (croûte de 10 cm). Le RMT Biomasse & Territoire propose une synthèse complète des différentes valorisation possibles et des contraintes logistiques associées et le constructeur Thierart un détail chiffré par voie de valorisation (à partir de la page 22).

La quantité de menue paille récupérée dépend des conditions hygrométriques lors de la récolte (risque de bourrage en conditions humides), du dispositif de récupération (voir ci-dessous Précisions sur la technique), de la culture et de son rendement et des réglages de la machine. Elle peut atteindre jusqu'à 30 % de la quantité de paille récoltée (voir les résultats d'essais du réseau CUMA en Normandie et Pays de Loire à partir de la page 26), soit en moyenne 1 à 2 t/ha.

Il est à noter que le dispositif de récupération de la menue-paille choisi pourra conditionner la valorisation qui en sera faite (voir page 73) : une intégration à l'andain ne permettra par exemple pas une valorisation seule de la menue paille, qui sera utilisée en mélange (voir . Aussi dans le cas d'une valorisation en tant que paillage en élevage, il faudra veiller à composter le fumier afin de détruire le pouvoir germinatif des adventices avant retour à la parcelle.

 

Précision sur la technique :

Plusieurs dispositifs sont permettent de récupérer la menue paille :

  • Système adaptable type "turbine" : il dépose la menue paille sur le dessus de l'andain grâce à une gouttière orientable. La paille et la menue paille sont ainsi mélangées et récupérées lors du pressage. Voir la fiche technique détaillée
  • Sytème adaptable type "caisson" : l'installation sur la machine d'un "caisson" permet de récupérer la menue paille indépendemment des pailles. La trémie de récupération est vidée en bord de champ, impliquant une manoeuvre supplémentaire et une reprise ultérieurement en vrac ou par pressage. Attention, car la repousse est très visibles sur ces zones de stockage (peut être limité par un dépôt sur une plateforme dédiée ou sur un autre produit en bout de champ, comme de l'herbe fourragère). Voir la fiche technique détaillée
  • Système intégré : faisant partie d'un montage d'usine ou de l'équipement d'origine de la moissonneuse-batteuse (voir détails technique à partir de la page 8), il dirige la menue paille dans l'andain. Elle ne peut donc pas être exportée seule et le risque de dépôt au sol est important.

Il est à noter que le dispositif "turbine" est celui qui permet de récupérer et exporter le plus de graines d'adventices. En positionnant la menue paille sur l'andain, il en limite les pertes en réduisant les contacts entre la menue paille et le sol de la parcelle. Il est à noter que le taux de récupération des menues paille n'est jamais de 100 %.



Période de mise en œuvre
A la récolte


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Généralisation parfois délicate

La récupération de la menue paille peut être faite sur de nombreuses cultures : céréales à paille, colza, pois, tournesol, féverole, lupin, maïs, ray-grass. L'efficacité des dispositifs est cependant variable selon la culture :

  • Les types "turbine" et "caisson" sont bien adaptés pour les céréales à paille (pas référence sur pois) ;
  • Le type "caisson" est a priori mieux adapté sur colza car l'andain est limité et les pailles souvent non récoltées.
Des références sont manquantes pour les pois, tournesol, maïs et ray-grass.


Tous les types de sols : Facilement généralisable
La présence de cailloux sur les parcelles peut toutefois limiter les projets de valorisation envisagés : dans le cas d'une méthanisation ou d'une utilisation en litière, il faut éviter de récupérer des pierres lors du conditionnement, ce qui peut être le cas lors du pressage de la menue paille.

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Sans information


2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
Dans la mesure où des traitements herbicides peuvent être évités sur le moyen terme, en particulier entre 2 pailles.

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
Dans la mesure où des traitements herbicides peuvent être évités sur le moyen terme, en particulier entre 2 pailles.

Effet sur la consommation de ressources fossiles : Pas d'effet (neutre)

L'installation d'un système de récupération n'entraine pas une consommation significative de carburant. Cependant des travaux de pressage supplémentaires peuvent être nécessaires.

La production de biomasse peut être valorisée dans des filières énergétiques. Pour le CO2, il n'y a pas d'effet, voire un effet positif si on considère que les menues pailles constituent une source d'énergie renouvelable dans le cas d'une valorisation énergétique.




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)

La récupération de la menue paille limitant le salissement de la parcelle, elle contribue à réduire l'impact sur le rendement de la compétition entre les cultures et certaines adventices. Dans le cadre d'un essai ARVALIS, un écart de rendement de 20 % en faveur de la modalité "menue paille exportée" a été constaté au maximum par rapport à une modalité "menue paille éparpillée", dans le cas d'une campagne avec une forte pression de ray-grass. Aucun écart significatif n'a été constaté les années de faible pression de ray-grass. 

Toutefois, l'exportation systématique des pailles et de la menue paille contribuer à limiter la teneur en matière organique de la parcelle, qui peut aboutir à une dégradation de la productivité à long terme si l'exportation de matière organique n'est pas compensée.



Fertilité du sol : En diminution
L'exportation systématique des pailles et menues pailles engendre une perte de 1 à 2 tonnes de matière sèche supplémentaire par hectare. La perte est comrpise entre 0.05 et 0.1 % de la teneur en M.O. au bout de 30 années (source AgroParisTech). Il est donc nécessaire de prêter attention à l'effet de cette pratique sur le taux de matière organique à long terme.
Elle n'a toutefois aucune incidence si elle est retournée sous forme de fumier (à composter pour détruire les graines d'adventices présentes par la montée en température) dans le cas d'une utilisation de la menu paille comme litière dans un atelier bovin, caprin ou volaille.


Stress hydrique : Pas de connaissance sur impact
Attention à ne pas réduire le taux de matière organique, qui engendrerait une diminution de la réserve utile du sol.

Biodiversité fonctionnelle : Pas de connaissance sur impact
Les graines d'adventices et la menue paille constituent une ressource alimentaire pour divers organismes, qui peut être réduite par leur export (oiseaux, carabes).

Limitation des conséquences d'un échec de désherbage : En augmentation
En cas d'échec de désherbage, l'effet sur les cultures suivantes sera limité si les graines d'adventices sont récoltées lors de la moisson (non tombées au sol).


Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution

La consommation de carburant supplémentaire du dispositif de récupération est très faible par rapport à la consommation totale de la moissonneuse batteuse (14 ch disponibles sont nécessaire à l'animation de la trémie). Des travaux de pressage supplémentaires peuvent être nécessaires pour conditionner la menue paille déposée en bordure de champs.

Une économie de 20 à 30 €/ha de dépenses d'herbicides est constatée sur le moyen terme.



Charges de mécanisation : En augmentation

Le coût d'achat du dispositif est variable

  • Type "turbine" : de 8 000 à 10 000 € ;
  • Type "caisson" : de 30 000 à 40 000 € ;
  • Le modèle intégré est compris dans le prix d'achat de la moissonneuse-batteuse.

En fonction de l'équipement déjà disponible sur l'exploitation, du matériel spécifique pour le conditionnement en balles (pick-up particulier sur la presse pour le ramassage) peut être nécessaire. Il peut aussi être fait appel à une ETA.



Marge : En augmentation
Sur 18 agriculteurs enquêtés, 11 déclarent avoir un intérêt économique à récupérer la menue paille : si elle demande un investissement en matériel et en temps de travail supplémentaires variable selon le dispositif adopté, elle est compensée par une augmentation de la biomasse valorisée par hectare et des économies en herbicides. L'effet sur la marge (culture /rotation) est positif.

Valorisation d'un co-produit : En augmentation
Les menues pailles peuvent être valorisées comme litière ou alimentation en élevage, comme biocombustible, agromatériaux, ou encore pour la méthanisation.


Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

Il n'y a pas d'augmentation du temps de travail, ni de diminution du débit de chantier, avec un dispositif type "turbine" et le dispositif de récupération intégré.

Le dispositif "caisson" nécessite un temps de travail supplémentaire de 1 heure de travail supplémentaire pour 10 heures de moisson (en fonction du volume de paille, lieu de stockage...) pour vidanger le caisson. Ensuite, un chantier supplémentaire est nécessaire pour les compresser. 15 min/jour sont nécessaires à l'entretien du matériel. Au total, on peut compter environ une heure supplémentaire par hectare.



Période de pointe : Variable
Lors de la moisson, la récupération de la menue paille n’est pas la priorité. Il est donc à prendre en considération qu'un dispositif de type "caisson" nécessite un temps de travail supplémentaire pouvant entrer en conflit avec la moisson.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Brome stérile MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
Folle avoine FAIBLE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
fumeterre officinale MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
fumeterre à petites fleurs MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
graminées annuelles MOYENNE adventices Toutes les graminées "en graines" à récolte
lychnis dioïque MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
pavot coquelicot MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
ray-grass anglais MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
ray-grass d'italie MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices
vulpin des champs MOYENNE adventices A combiner avec d'autres leviers agronomiques de gestion des adventices

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Metais P., Brun D
ARVALIS-Institut du végétal, Article de presse, 2019
Foucault B, Fremont F., Fortino G., Viel L.
CUMA Basse Normandie; CUMA Ouest, Rapport professionnel, 2015
Minette S. (Chambre Régionale d'Agriculture de Poitou-Charentes)
Chambre Régionale d'Agriculture de Poitou-Charentes, INRA, RMT systèmes de culture innovants, Brochure technique, 2010
Minette S. (Chambre Régionale d'Agriculture de Nouvelle Aquitaine)
Chambre Régionale d'Agriculture de Nouvelle Aquitaine, INRA, RMT systèmes de culture innovants, Brochure technique, 2011
ordimania, Multimédia, 2008
ordimania, Multimédia, 2010

Intervention de l'entreprise Thiérart, du groupe Doux pour la valorisation de la menue paille en litière pour la filière avicole (à partir de 12'45'') et de la coopérative COHESIS pour la partie agronomique (à partir de 21'45'')

Métais P., Griard E.
Perspectives agricoles, n°431, Article de presse, 2016

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2019
sebastien minette - CRA Nouvelle Aquitaine - Lusignan (86600)
conseiller-chambre-agriculture - sebastien.minette@na.chambagri.fr

11/07/2019
24/09/2018
jérémi a - acta (75020)
charge-mission - jeremi.anxionnaz@acta.asso.fr

22/02/2018
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr

08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr