TECHNIQUE

Pratiquer le désherbage mécanique sur le rang - Bineuse à doigts ou moulinets

Aussi appelé : Bineuse Kress

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

utilise
contribue à
Fonction Service Stratégie
Voir tous les liens

Bineuse à doigt sur le rang d'artichaut

Crédit : V. Estorgues (CRA Bretagne)

Aboutie
Dernière modification : 20/08/2021
Voir les contributeurs

Discussion liée

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Fiche enrichie en 2021 par le Groupe Technique Adventices du GIS PICLEG.

 

Principe

Il s’agit d’une méthode de lutte physique contre les adventices par désherbage mécanique. Des doigts souples en caoutchouc pénètrent à quelques centimètres sous la terre sans abîmer les cultures et permettent l'arrachage des adventices sur le rang à des stades jeunes. Ces doigts ou moulinets peuvent être placés sur une bineuse en complément des éléments de travail du sol sur l'inter-rang pour les cultures semées / plantées à grand écartement sur l'inter-rang, ou bien, ils peuvent être utilisés seuls pour les cultures à écartement plus réduit.

 

Conditions de réussite

          Conditions climatiques

Le sol doit être plat, rappuyé et suffisamment ressuyé sans qu’il soit trop sec. Après l’intervention, il faut un à deux jours sans pluie pour assurer la dessiccation des adventices.

 

          Rectitude des rangs

Les doigts ou moulinets  travaillent à quelques centimètres de la culture. La rectitude des lignes de semis / plantation est donc particulièrement importante pour limiter les risques de pertes de pieds. De même, il est recommandé de biner le même nombre de rangs que de rangs de plantation.

 

          Efficacité de la technique vis-à-vis des adventices

Cette technique a une efficacité bonne à moyenne contre une assez grande diversité d’adventices. Elle est par contre peu efficace et déconseillée contre les vivaces ou les adventices à enracinement profond.


Source : Désherbage alternatif en maraîchage - Méthodes curatives, Chambre d’Agriculture de l’Ain, 2016.

 

Matériel

          Choix des moulinets

Il existe trois tailles de moulinets, les petits (25 à 40 cm de diamètre), les grands (40 à 90 cm de diamètre) et les maxis (> 90 cm de diamètre). Le choix se fait en fonction de l’écartement des cultures. À partir d’un écartement de 25 cm, les petits moulinets sont utilisés ; à partir de 40 cm les grands moulinets et à partir de 90 cm les maxis.


          Réglages

Ecartement entre deux moulinets travaillant sur un même rang : les moulinets doivent être positionnés de façon à ce que les doigts des deux moulinets se chevauchent sur 1 à 2 cm. En effet, les doigts ont tendance à s’écarter légèrement avec la vitesse et l’entraînement. Ils se positionneront ainsi juste face à face sans se chevaucher et sans abîmer la culture.

Pression des doigts sur le sol : cet ajustement permet de régler la profondeur de travail grâce à différents systèmes (ressorts…); la profondeur visée est comprise entre 2 et 3 cm.

Vitesse : de 3 km/h au cours du premier passage (10 jours après la date de plantation, stade 4-5 feuilles pour les cultures semées) à 7 km/h pour les passages plus tardifs ; possibilité d'avancer à 10 km/h lorsque la bineuse est autoguidée.


Quelques exemples de mise en œuvre
  • Désherbage mécanique de grandes cultures (maïs, tournesol) avec doigts ou moulinets adaptés sur une bineuse pour compléter le désherbage sur le rang

  • Désherbage de cultures légumières (salades, oignons…) avec doigts ou moulinets utilisés seuls

 

Précision sur la technique :

          Stades d'utilisation en productions légumières

Le moment d’intervention optimal varie selon les espèces d’adventices, mais se positionne généralement à des stades jeunes, lorsque leur enracinement est encore faible, du stade cotylédon au stade quatre feuilles. A l’inverse, les cultures binées doivent être suffisamment enracinées pour résister au passage des doigts rotatifs. Pour la plupart des cultures légumières, il est ainsi conseillé d’attendre au moins le stade 4 feuilles (voir tableau ci-dessous).

 

Stades des cultures Pré-levée Levée 1 feuille / crosse 2 feuilles 3 feuilles 4 feuilles / tallage 5 feuilles / épi 1 cm 7 feuilles
Pré-plantation Plantation 1 semaine 2 semaines 3 semaines 4 semaines 5 semaines 6 semaines
Cultures semées  

Haricot, oignon, échalote, épinard, poirée, betterave, salade

Cultures plantées   Choux  
  Artichaut  
  Laitue  
  Poireau / Céleri  
  Tomate de plein champ  

Source : Groupe Technique Adventices du GIS PICLEG


          Agriculture connectée et robotique

Plusieurs prototypes de robots ont été développés ou sont en cours de développement et permettent de désherber sur le rang ou dans l’inter-rang à l’aide de divers outils (herse étrille, bineuse classique ou à doigts…). Il s’agit par exemple des robots TED, Oz et Dino (Naïo Technologies), Anatis (Carré) ou Pumagri (SITIA).

Ces robots peuvent permettre d’éviter des opérations de désherbage manuelle et de diminuer la pénibilité du travail. Ils sont toutefois encore peu répandus car ils restent onéreux (plusieurs dizaines de milliers d’euros d’investissement selon les modèles), leurs vitesses et débits de chantiers sont faibles (ce qui peut diminuer l’efficacité du désherbage avec certains outils) et leur autonomie est relative (la réglementation imposant une présence humaine à proximité).



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

portlet.vue.concept.structure.toutesProductions : Pas généralisable

Le désherbage mécanique à l'aide de doigts kress ne peut s'appliquer qu'aux cultures semées / plantées à un écartement d'au moins 25 cm.



Tous les types de sols : Facilement généralisable

La technique est adaptable à différents types de sol, cependant, elle n'est pas adaptée aux sols lourds, caillouteux, en forte pente et lorsque l’inter-rang est inférieur à 25 cm.



Tous les contextes climatiques : Généralisation parfois délicate

Le désherbage mécanique à l'aide de doigts doit être réalisé sur sol ressuyé et ne pas être suivi de précipitations pour être efficace.



Réglementation

Influence
POSITIVE

L'acquisition d'outils de binage pour les cultures en ligne fait l'objet d'une fiche CEPP (action n° 30 : Désherber les cultures en rang au moyen d'un outil de désherbage mécanique).




2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation

L'utilisation de doigts kress permet une diminution de l'usage d'herbicides, donc des risques de transfert vers l'air.



Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation

L'utilisation de doigts kress permet une diminution de l'usage d'herbicides, donc des risques de transfert vers l'eau.



Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable

Par rapport à une stratégie de lutte chimique contre les adventices, l'utilisation de doigts kress entraîne une augmentation de la consommation de carburant et des émissions de gaz à effet de serre qui y sont liées. Par contre, si le recours à la cette technique permet de remplacer d'autres passages d'outils de désherbage mécanique (bineuse, herse étrille, houe rotative), l'impact sur la consommation énergétique et les émissions de GES est neutre.




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable

Les doigts ont une efficacité comparable aux stratégies de lutte chimique. Leur utilisation présente donc un impact neutre sur le rendement. Dans les situations ou le recours aux herbicides est impossible (agriculture biologique), l'utilisation de doigts ou moulinets permet, par rapport à des techniques de désherbage mécanique limitée à l'inter-rang, de lever la concurence des adventices avec la culture principale sur le rang. Dans des situations de semis irrégulier, cette technique peut néanmoins présenter des risques de pertes de pieds et donc de dégradation du rendement.



Fertilité du sol : En augmentation

Il y a diminution du risque de battance et de l’érosion par augmentation de l’aération du sol, avec une possible accélération de la minéralisation.



Stress hydrique : En diminution

Cette technique, comme le binage, amélioration l'infiltration de l'eau dans le sol et limitation de l'évaporation.



Biodiversité fonctionnelle : Pas de connaissance sur impact

Il y a peu de connaissance sur cet impact mais en général le travail du sol perturbe la faune du sol. Aussi, il y a une diminution d'espèces adventices potentiellement hôtes d'auxiliaires.



Régulation des limaces : En augmentation

Le travail du sol sur l'inter-rang peut détruire ou perturber le cycle de développement des limaces.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

L'utilisation de doigts kress permet une diminution des charges herbicides plus forte que le binage limité à l'inter-rangs, qui nécessite d'être complété par un désherbage chimique sur la ligne de semis.

Dans le cas où le binage remplace une stratégie tout chimique, l’impact économique est plus difficile à évaluer, puisqu’il doit prendre en compte à la fois une baisse des charges en herbicides, mais également une hausse des consommations en carburant.



Charges de mécanisation : En augmentation

L'acquisition de doigts kress revient à environ 500 € par rang équipé. Ils peuvent être adaptés sur tous types de bineuse.



Marge : Variable

L'impact de l'utilisation de doigts kress sur la rentabilité dépend essentiellement de l'effet sur la maîtrise de l'enherbement. Cet effet est ainsi neutre par rapport à des pratiques de désherbage chimique permettant également une maîtrise totale des adventices, mais il peut être positif dans les situations où le recours à la lutte chimique est impossible et où le désherbage mécanique sur l'inter-rangs ne permet pas de lever la concurrence des adventices sur le rang.




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

Par rapport à une stratégie de désherbage basée sur la lutte chimique, l'utilisation de doigts kress entraîne une charge de travail plus importante du fait d'un débit de chantier plus faible. Le débit de chantier est également plus faible que pour un désherbage mécanique en plein à l'aide d'une houe rotative ou d'une herse étrille. Il est en revanche comparable à celui d'un binage limité à l'inter-rang. Le débit de chantier peut être amélioré par l'utilisation de systèmes de guidage.



Temps d'observation : En augmentation

L'utilisation de doigts kress, comme toute autre technique de désherbage mécanique ou chimique implique une observation de l'état d'enherbement de la parcelle, des conditions climatiques, etc., pour le déclenchement de l'intervention.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Adventices annuelles MOYENNE adventices
vivaces FAIBLE adventices Le binage peut provoquer le bouturage de certaines vivaces. Efficacité non caractérisée pour Panais cultivé, Picris fausse-épervière, Plantin lancéolé, Epilobe à quatre ongles, Helminthie fausse vipérine, Vergerette de Sumatra, Pâturin commun, Ray-grass d'Italie.

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Araignées MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs Certaines espèces d'araignées pourraient éventuellement être défavorisées par la technique
Carabes prédateurs et granivores MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs Certaines espèces des carabidés qui apprécient les milieux naturels stables pourraient éventuellement être défavorisés par la technique

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

ITB
Betteravier français n°925, Article de presse, 2011
Pérennec S. (CA 29)
Terragricoles de Bretagne, 36-37, Article de presse, 2010
Larrieu G., Estorgues V.
Aujourd’hui et demain, n° 101, 3-7, Article de presse, 2009
Launais M., Bzdrenga L., Estorgues V., Faloya V., Jeannequin B., Lheureux S., Nivet L., Scherrer B., Sinoir N., Szilvasi S., Taussig C., Terrentroy A., Trottin-Caudal Y., Villeneuve F.
Ministère en charge de l’agriculture, Agence Française pour la Biodiversité, GIS PIClég., Ouvrage, 2014
Cussonneau A.
Paysan Breton, Article de presse, 2010
Ferrier J-D.
Chambre d'agriculture de l'Ain, Brochure technique, 2016
Voir page 24

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Lutte physique
Mode d'action : Rattrapage
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

20/08/2021
22/02/2018
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr

12/01/2018
Paola SALAZAR - INRA - Rennes (35000)
ingenieur - paola.salazar@inra.fr

01/12/2017
Sébastien Picault - CTIFL - Carquefou (44470)
ingenieur - picault@ctifl.fr

08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Bio Bourgogne - BRETENIERE (21110)
ingenieur - julien.halska@biobourgogne.org

11/09/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr