TECHNIQUE

Cultiver des espèces peu exigeantes en azote


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Date de dernière modification: 21/11/2011

Contributeurs initiaux :

Marjorie Troussard CA 85 marjorie.troussard(at)vendee.chambagri.fr La Roche sur Yon (85)
Alexandra Cherifi Exploitation agri-viticole Auxerre - La Brosse alexandra.cherfifi(at)educagri.fr Auxerre (89)
François Dumoulin CA 60 francois.dumoulin(at)agri60.fr Fresnoy le Luat (60)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

 

Introduire dans la rotation des cultures dont les besoins en fertilisation azotée sont faibles du fait de besoins unitaires réduits (orge, avoine, triticale, seigle...) et / ou de potentiels de rendement plus limités (tournesol, lin…), ou encore parce qu'elles sont autosuffisantes en azote (légumineuses).


Exemple de mise en oeuvre :

Dans les rotations à dominante de céréales à paille, maximiser la part de céréales à besoins unitaires faibles (orge, avoine, triticale, seigle plutôt que blé); Dans les rotations à dominante de cultures de printemps, réduire la part de maïs au profit du tournesol ou du soja...

Précision sur la technique :

Certaines cultures peu ou pas exigeantes en azote (-tournesol, protéagineux…) dégagent souvent une marge moins intéressante que celle de cultures plus exigeantes (blé, maïs…). Mais il est important de considérer la rentabilité à l'échelle du système de culture, en intégrant les effets bénéfiques pour les autres cultures de la rotation (restitution d'azote, pression adventices...).

Cultures peu exigeantes en azote : Avoine d'hiver, Avoine de printemps, Lin fibre d'hiver, Lin fibre de printemps, Lin graine d'hiver, Lin graine de printemps, Orge d'hiver, Orge de printemps, Seigle d'hiver, Seigle de printemps, Tournesol, Triticale d'hiver, Triticale de printemps, Sarrasin

Légumineuses : Fénugrec, Féverole d'hiver, Féverole de printemps, Gesse, Haricot, Haricot vert, Lentille, Lupin blanc doux d'hiver, Lupin blanc de printemps, Lupin bleu de printemps, Luzerne, Mélilot blanc ou jaune, Petit pois, Pois chiche, Pois d'hiver, Pois de printemps, Sainfoin, Soja, Trèfle blanc, Trèfle d'Alexandrie, Trèfle de Michelli, Trèfle de Perse, Trèfle incarnat, Trèfle violet, Vesce commune



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Pas généralisable
Tous les types de sols : Facilement généralisable

Choisir les cultures en fonction de leur adaptation au type de sol : ex féverole en sol à bonne réserve hydrique, tournesol en sol séchant…



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

Choisir les cultures en fonction de leur adaptation au contexte climatique.



Réglementation

Influence
POSITIVE

MAE diversification des assolements




2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
émission GES : DIMINUTION

Effet sur la qualité de l'eau : Variable
N.P. : VARIABLE

Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Air : L'introduction de plantes peu exigeantes en azote dans la rotation permet de limiter les dégagements de gaz à effet de serre liés à la fabrication d'engrais minéraux. Elle permet aussi de limiter les émissions de protoxyde d'azote et la volatilisation d'ammoniac proportionnellement à la réduction de dose de fertilisation azotée permise.

Eau : L'introduction de cultures peu exigeantes en azote dans la rotation permet de limiter les risques de transfert de nitrates par lixiviation proportionnellement à la réduction de dose de fertilisation permise. Attention, dans le cas des légumineuses, le reliquat post récolte peut entrainer des risques de pertes plus important. Ce risque peut être réduit par l'implantation après légumineuse d'une culture valorisant rapidement l'azote disponible (colza par exemple).

Energie fossile : L'introduction de plantes peu exigeantes en azote dans la rotation permet de limiter la consommation d'énergie liée à la fabrication d'engrais minéraux, qui constitue souvent le premier poste de dépenses énergétiques en systèmes de grande culture..




Critères "agronomiques"

Productivité : Variable

La substitution de cultures à besoins unitaires élevés par des cultures à besoins unitaires plus faibles est sans effet sur la productivité du système (exemple : seigle ou triticale en substitution du blé). En revanche, la substitution de cultures à haut potentiel par des cultures à plus faible potentiel conduit logiquement à une diminution de la productivité (exemple : tournesol en substitution du maïs).



Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)

Peu de références sont disponibles, mais la diversification des cultures dans la rotation, en particulier par l'introduction de légumineuses, tendrait à améliorer la fertilité.



Stress hydrique : Pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle : En augmentation

L'introduction d'espèces peu exigeantes en azote dans la rotation permet de limiter l'apport d'engrais minéraux, donc de limiter leur impact négatif sur la vie du sol et favorise ainsi la vie biologique du sol.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En diminution

L'introduction d'espèces peu exigeantes en azote dans la rotation permet de limiter l'apport d'engrais azotés qui constituent un poste de dépenses important, donc de réduire les charges de fertilisation.



Charges de mécanisation : Variable

L'introduction de nouvelles cultures peu nécessiter des investissements spécifiques (adaptation du matériel de récolte, entreprise, stockage …)



Marge : Variable

L'impact de l'introduction d'espèces peu exigeantes en azote dans la rotation est variable, en fonction de l'espèce introduite, de son potentiel de rendement et de son prix de vente…




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

L'introduction d'espèces peu exigeantes en azote peut conduire à diminuer le nombre de passages nécessaires pour l'épandage d'engrais. Elle permet également d'étaler la charge de travail par diversification du système de culture.



Temps d'observation : Variable

L'introduction d'espèces peu exigeantes en azote conduit à diminuer le temps d'observation nécessaire au pilotage de la fertilisation azotée, mais la diversification du système de culture implique de façon générale plus d'observations.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Diversifier les espèces pour une meilleure gestion agronomique en AB
DevAB fiche n°4, Brochure technique, 2009

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

16/07/2018
31/08/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr