TECHNIQUE

Associer le colza à des plantes de service gélives

Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

défavorise
Bioagresseur
...
Voir tous les liens

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Cette technique vise à implanter des plantes de services gélives destinées à accompagner le colza d’hiver durant l’automne, pendant la première partie de son cycle végétatif, afin de rendre des services à la culture de colza d’hiver. Le couvert est détruit pendant l’hiver par le gel et le colza poursuit son cycle seul au printemps.

Les services recherchés sont :

·       Une meilleure couverture du sol et lutte contre les adventices  (compétition ou allélopathie)

·       Une structuration du sol et amélioration de l’enracinement du colza par complémentarité des systèmes racinaires  (colza / plantes de services)

·       La fixation d’azote pendant l’automne par la plante de service et restitution au colza après la destruction du couvert  (restitution au printemps)

·       La réduction des dégâts causés par les insectes à l’automne  (altises, charançons du bourgeon terminal, noctuelles)  par effet de camouflage/perturbation visuelle et/ou olfactive

·       Un moindre investissement financier pour l’agriculteur en début de cycle du colza d’hiver (diminution herbicides, insecticides) et des possibilités accrues d’alternatives en cas de destruction de la culture de colza ou de non développement

Les différents effets des plantes de services sur le colza permettent d’économiser des intrants (azote, herbicide, insecticide) et de maintenir (voir augmenter) le rendement du colza.

Il apparait préférable d’associer au colza une ou des espèces « plantes de services » gélives et exerçant une concurrence limitée sur le colza.

Afin de remplir le service « fourniture d’azote », les légumineuses sont privilégiées, de par leur capacité à utiliser l’azote de l’air pour leur croissance (fixation symbiotique).

Les plantes de services peuvent être implantées (1) simultanément au colza sur la même ligne de semis, (2) simultanément au colza en alternant les lignes de semis (semoir à trémies séparées) ou (3) en deux passages, le semis du colza étant réalisé après le semis à la volée du couvert. Un roulage permet ensuite d'assurer un bon contact terre-graine. Un semis précoce est à privilégier pour maximiser la somme des températures et la croissance des plantes de services (entre le 5 et 20 août). Le choix variétal pour le colza est à adapter, en particulier sur le caractère de faible sensibilité à l’élongation automnale.


Exemple de mise en oeuvre :

Exemples d’espèce ou mélanges intéressants pour l’association avec le colza d’hiver

·       Lentille (30 kg/ha)

·       Féverole de printemps (80-100 kg/ha)

·       Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha, ex. variété Tabor de Jouffray-Drillaud)

·       Mélange de féverole de printemps (50 kg/ha) et de lentille (15 kg/ha)

·       Mélange de féverole de printemps, vesce pourpre et trèfle d’Alexandrie

·       Mélanges commerciaux de vesce commune, vesce pourpre et trèfle d’Alexandrie ou de gesse, fenugrec et lentille semés à 20-25 kg/ha

·       Trèfle blanc pérenne, non détruit pendant l’hiver (choix variétal important, privilégier les trèfles blanc nains ex. variété Huia)

Précision sur la technique :

Technique simple à mettre en œuvre, facilement acceptée par les agriculteurs car ne nécessitant pas une ré-organisation importante du système de culture  (démarche de substitution des phytos/azote, pas de reconception)

Période de mise en œuvre
Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Généralisation parfois délicate

Seules les espèces gélives et peu concurrentielles du colza sont adaptées à ce type d’association. Des associations de plantes de services à d’autres cultures sont en expérimentation (association avec le blé, lupin, maïs, tournesol, etc).



Tous les types de sols : Facilement généralisable

L'implantation d'un couvert de légumineuses en accompagnement du colza peut s'appliquer à tous types de sols. Cette technique trouve plus particulièrement son intérêt dans les sols superficiels, où les problèmes de maîtrise de l'enherbement peuvent difficilement être résolus par une diversification de la rotation.

Les services attendus sont probablement plus difficiles à atteindre dans les situations présentant moins de facteurs limitants, dans des sols profonds à fort potentiel et les régions où les insectes d’automne ne sont pas problématiques.

F technique plutôt adaptée à des sols moyennement à pauvre en azote disponible à l’automne car dans le cas de forte disponibilité en azote



Tous les contextes climatiques : Généralisation parfois délicate
Continental
Océanique

Dans le nord et l’est de la France, le climat peut être défavorable à la croissance des plantes de service à l’automne, avec le risque que les services attendus ne soient pas effectivement rendus.

Dans les régions à faible occurence de gel (climat océanique par exemple), la plante de service peut ne pas être détruite pendant l'hiver par le gel. Une destruction chimique doit alors être envisagée.



Réglementation

La mise en place d'une association de légumineuses gélives ou d'un couvert de légumineuses gélives et non gélives fait l'objet de fiches CEPP :

  • Action n°10 : Remplacer les traitements herbicide et insecticide d'automne en associant des légumineuses gélives avec du colza d'hiver
  • Action n°50 : Réduire l'utilisation des produits phytopharmaceutiques en associant un couvert de légumineuses gélives et non gélives entre rangs de colza



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : DIMINUTION


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION
pesticides : DIMINUTION


Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION

Autre : Pas d'effet (neutre)

Air : L’association de plantes compagnes avec le colza permet de réduire les traitements phytosanitaires, et donc de limiter les transferts vers l'air par vaporisation de matières actives. Cette technique permet aussi de limiter le nombre de passages de pulvérisateur, donc une limitation de dégagement de CO2.

Eau : L’association de plantes de services avec le colza d’hiver permet de réduire la quantité de traitements phytosanitaires (herbicides, insecticides), et donc de réduire les risques de transferts vers l'eau de façon variable selon les molécules. L’association permet également d'augmenter l'exploration racinaire du sol et le prélèvement des nitrates à l’automne, donc de limiter les risques de lixiviation. En cas d’utilisation de plantes de service « légumineuse », une diminution des apports d’azote minéral pourra être envisagé sur le colza.

Energie fossile : L’association de plantes compagnes avec le colza permet de réduire la quantité d'azote apportée et le nombre de passages pour les traitements phytosanitaires, et donc une baisse de la consommation d'énergie fossile liée à la fabrication d'engrais minéraux et à la consommation du tracteur. En revanche, l'implantation du couvert peut impliquer un passage supplémentaire.

Gaz à effet de serre (GES) : L’association de plantes compagnes avec le colza permet de réduire la quantité d'azote apportée et le nombre de passages pour les traitements phytosanitaires, et donc une baisse des émissions de gaz à effet de serre liée à la fabrication et à l'épandage d'engrais minéraux et à la consommation du tracteur.




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)

Cas n°1.

- Association avec des plantes gélives légumineuses, peu concurrentielles (pas d’espèces non légumineuses semées seules avec le colza par exemple, destruction complète de la plante de services à la sortie de l’hiver)

- Réduction de la dose d’azote apportée de 30 à 40 unités d’azote/ha par rapport à la dose recommandée en colza pur

-> pas d’impact sur le rendement (rendement équivalent à un colza seul), malgré une diminution d’intrants

-> la diminution d’intrants compense le coût du couvert (plantes de services) et engendre souvent une marge semi-nette > au colza pur

 

Cas n°2.

- Association avec des plantes gélives légumineuses, peu concurrentielles (pas d’espèces non légumineuses semées seules avec le colza par exemple, destruction complète de la plante de services à la sortie de l’hiver)

- maintien de la dose d’azote recommandée en colza pur

-> déplafonnement du rendement possible de 1 à 3 qx/ha selon les contextes si les plantes compagnes réduisent les effets des facteurs limitants (meilleure implantation, limitation de la concurrence des adventices, moins de dégâts d’insectes, élimination des carences en azote).

-> Production accrue avec autant d’intrants, mais marge semi-nette pas obligatoirement « gagnante »



Qualité de la production : Pas de connaissance sur impact


Fertilité du sol : En augmentation

L'implantation d'un couvert de légumineuses conduit à améliorer la disponibilité en azote pour le colza (fixation symbiotique, meilleure exploration racinaire du sol et restitution de l’azote contenu dans les résidus des plantes de services suite à leur dégradation au sol).

Peu d’effets sont attendus sur les cultures suivantes. De rares expérimentations rapportent une mise à disposition d’azote pour la culture suivante après un colza associé à de la féverole de printemps, ou avec un trèfle blanc maintenu tout le long du cycle du colza et détruit avant le blé suivant.



Stress hydrique : Variable

En cas d'automne faiblement pluvieux et de couvert très compétitif, les risques de stress hydrique de début de cycle pour le colza peuvent être accrus.



Biodiversité fonctionnelle : En augmentation

Certaines espèces de plantes de services peuvent attirer des insectes auxiliaires volants par la mise à disposition de ressources (floraison précoce du sarrasin, sécrétion de nectar extra-floral par la féverole).

La couverture du sol accrue permettrait de favoriser les prédateurs au sol en leur fournissant un habitat favorable.



Autres critères agronomiques : Variable

Aphanomycès : Dans le cas de rotation incluant du pois en tant que culture de vente, l'implantation de pois ou de lentille en accompagnement du colza peut accentuer le risque aphanomyces.

De manière générale, ne pas utiliser, comme plantes de services, des espèces déjà cultivées en culture de rente dans la rotation.

Sclérotinia :  Pour les situations ou la pression sclérotinia sur colza est moyenne à importante, il est préférable de choisir des espèces « plantes de services » non hôte du sclérotinia.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

L’association de plantes compagnes avec le colza implique des charges supplémentaires de 30 à 80€/ha pour les semences. Cependant, cette technique doit conduire à réduire les traitements phytosanitaires et engrais, avec des charges opérationnelles peu différente d'un colza conduit en culture pure.



Charges de mécanisation : Variable

L’association de plantes compagnes avec le colza peut impliquer un passage supplémentaire au semis mais peut permettre d'éviter d’autres passages liés à la réduction d’usage des pesticides et de l’azote, avec des charges de mécanisation peu différente d'un colza conduit en culture pure.



Marge : En augmentation

Dans un réseau de 10 essais (projet Casdar Alliance 2014-2017), augmentation moyenne de la marge semi-nette de +32€/ha dans le cas de réductions franches de l’usage des intrants. Le surcoût de l’implantation du couvert (semences + semis) est compensée par la réduction des charges d’intrants et passages associés. L'impact sur la marge dépend donc de la réduction effective de l’usage des intrants, ainsi que de l'effet du couvert sur le rendement.



Autres critères économiques : Variable

Consommation de carburant : variable. L’association de plantes compagnes avec le colza peut impliquer un passage supplémentaire au semis, mais peut permettre d'éviter un passage pour l'application d'herbicides. Ces deux postes sont généralement compensés, sans effet global sur la consommation de carburant à l’échelle de la culture.




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

L’association de plantes compagnes avec le colza peut impliquer un passage supplémentaire au semis, mais peut permettre d'éviter un passage pour l'application d'herbicides et d’insecticides à des périodes de forte charge de travail (préparation de sol et semis des cultures d’hiver).



Période de pointe : En diminution
La technique permet d'éviter un passage pour l'application d'herbicides et d’insecticides à des périodes de forte charge de travail (préparation de sol et semis des cultures d’hiver).

Effet sur la santé de l'agriculteur : En augmentation
Si réduction de l'exposition aux produits phyto.

Temps d'observation : En augmentation

L’association de plantes compagnes avec le colza constitue une pratique innovante nécessitant apprentissage et observations.





4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Brome stérile MOYENNE adventices
Folle avoine MOYENNE adventices
achillée millefeuille MOYENNE adventices
agrostis stolonifère MOYENNE adventices
alchémille des champs MOYENNE adventices
altise du colza MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite
ammi élevé MOYENNE adventices
anthrisque commun MOYENNE adventices
anthémis cotule MOYENNE adventices
anthémis des champs MOYENNE adventices
anthémis élevée MOYENNE adventices
arabette de Thalius MOYENNE adventices
avoine stérile ludovicienne MOYENNE adventices
avoine à chapelets MOYENNE adventices
barbarée intermédiaire MOYENNE adventices
bleuet MOYENNE adventices
calépine irrégulière MOYENNE adventices
capselle bourse à pasteur MOYENNE adventices
cardamine hérissée MOYENNE adventices
carotte sauvage MOYENNE adventices
charançon du bourgeon terminal MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite
chiendent rampant MOYENNE adventices
crépis de Nîmes MOYENNE adventices
céraiste aggloméré MOYENNE adventices
diplotaxis fausse-roquette MOYENNE adventices
erodium à feuilles de ciguë MOYENNE adventices
euphorbe réveil-matin MOYENNE adventices
fenouil commun MOYENNE adventices
fumeterre officinale MOYENNE adventices
fumeterre à petites fleurs MOYENNE adventices
gaillet gratteron MOYENNE adventices
grémil des champs MOYENNE adventices
géranium colombin MOYENNE adventices
géranium disséqué MOYENNE adventices
géranium mou MOYENNE adventices
géranium à feuilles rondes MOYENNE adventices
géranium à tiges grêles MOYENNE adventices
helminthie fausse vipérine MOYENNE adventices
houlque molle MOYENNE adventices
ivraie raide MOYENNE adventices
jonc des crapauds MOYENNE adventices
laiteron rude MOYENNE adventices
laitue scarole MOYENNE adventices
lamier amplexicaule MOYENNE adventices
lamier pourpre MOYENNE adventices
lampsane commune MOYENNE adventices
lychnis dioïque MOYENNE adventices
matricaire camomille MOYENNE adventices
matricaire inodore MOYENNE adventices
mauve sylvestre MOYENNE adventices
menthe à feuilles rondes MOYENNE adventices
moutarde des champs MOYENNE adventices
moutarde noire MOYENNE adventices
myosotis des champs MOYENNE adventices
passerage des champs MOYENNE adventices
passerage drave MOYENNE adventices
pavot argémone MOYENNE adventices
pavot coquelicot MOYENNE adventices
peigne de Vénus MOYENNE adventices
pensée des champs MOYENNE adventices
persil des moissons MOYENNE adventices
petite altise MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite
phalaris paradoxal MOYENNE adventices
plantain lancéolé MOYENNE adventices
potentille rampante MOYENNE adventices
prêle géante MOYENNE adventices
prêles MOYENNE adventices
pâturin annuel MOYENNE adventices
pâturin commun MOYENNE adventices
rapistre rugeux MOYENNE adventices
ravenelle MOYENNE adventices
ray-grass anglais MOYENNE adventices
ray-grass d'italie MOYENNE adventices
renoncule des marais MOYENNE adventices
renoncule rampante MOYENNE adventices
rumex crépu MOYENNE adventices
rumex petite oseille MOYENNE adventices
rumex à feuilles obtuses MOYENNE adventices
shérardie des champs MOYENNE adventices
sisymbre officinal MOYENNE adventices
spergule des champs MOYENNE adventices
spéculaire miroir de Vénus MOYENNE adventices
stellaire intermédiaire MOYENNE adventices
séneçon vulgaire MOYENNE adventices
tabouret des champs MOYENNE adventices
tordyle élevé MOYENNE adventices
torilis des champs MOYENNE adventices
torilis noueux MOYENNE adventices
tussilage MOYENNE adventices
vergerette de Sumatra MOYENNE adventices
verveine officinale MOYENNE adventices
vulpie queue de rat MOYENNE adventices
vulpin des champs MOYENNE adventices
véronique de Perse MOYENNE adventices
véronique des champs MOYENNE adventices
véronique luisante MOYENNE adventices
véronique à feuilles de lierre MOYENNE adventices
épilobe à quatre angles MOYENNE adventices
éthuse ciguë MOYENNE adventices

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Association colza - légumineuses
CA 21
Them'avert, Brochure technique, 2010
Association d'une culture de rente et espèces compagnes permettant la fourniture de services écosystémiques
Muriel Valantin-Morison (INRA), Christophe David (ISARA), Stéphane Cadoux (Terres Innovia), Mathieu Lorin (INRA), Florian Celette (ISARA), Camille Amossé (ISARA), Annick Basset (Jouffray-Drillaud)
Agronomiques 40 (2014), 93-112 (Carrefours de l’innovation agronomique, novembre 2014, ESA d’Angers), Article de revue sans comité, 2014
Colza - Le Cetiom confirme l'orientation SD et l'association avec légumineuses
Archambaud M. (TCS), Sauzet G. (Cetiom)
TCS n°53, p11-14, Article de presse, 2009
Colza associé à un couvert de légumineuses gélives
S. Cadoux et G. Sauzet Terres Inovia
Les points techniques de Terres Inovia, Brochure technique, 2016
Colza sans désherbage chez Frédéric Thomas
Frédéric Thomas
Honorine Perino, Production Rés’OGM Info/ADDOCS, Extrait vidéo du film « SECRETS DES CHAMPS ou le potentiel du végétal », Interview, 2012
Couverts associés au colza - Premiers résultats
Charbonnaud J., Lande N., Quartier V., Sauzet G. (Cetiom)
Cetiom, Brochure technique, 2010
Cultiver son colza d’hiver en association avec des plantes de services
S. Minette, V. Trotin et Y. Ginestière
Chambre Régionale d'Agriculture Nouvelle-Aquitaine, Chambre départementale d'agriculture de Charente-Maritime, Brochure technique, 2012
Mise au point d'un itinéraire technique du colza innovant avec plante de couverture associée
Trotin V. (ENITAB)
Travaux universitaires, 2011
Guide technique Jouffray-drillaud - Plante compagne Colza
Jouffray-drillaud, Brochure technique, 2014

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural
Mode d'action : Atténuation Barrière
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Substitution Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

29/10/2019
22/02/2018
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr

12/10/2017
Matthieu HIRSCHY - INRA - Thiverval Grignon (78850)
ingenieur - matthieu.hirschy@inra.fr

15/09/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr