TECHNIQUE

Implanter des cultures intermédiaires pour gérer la flore adventice


Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

défavorise
Bioagresseur
favorise
Bioagresseur
Auxiliaire
est appliqué à
concerne
contribue à
Fonction Service Stratégie
Voir tous les liens

Couvert d'interculture pour limiter les infestations d'adventices

Crédit : Labreuche J.

En cours de rédaction
Dernière modification : 01/07/2021
Voir les contributeurs

Discussion liée

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Les cultures intermédiaires peuvent permettre de gérer la flore adventice sur une parcelle et de « casser » leur cycle par plusieurs mécanismes : compétition pour les ressources et l'espace, effet allélopathique ou effet piège.

Les couverts réduisent la biomasse et la densité des adventices pendant l'interculture mais les effets observables dans la culture suivante ne sont pas évidents, la plupart des études étant centrées sur un couvert d'hiver suivi d'une culture de printemps où la flore adventice est différente. Une utilisation des couverts sur le long terme tendrait à diversifier les communautés adventices.

D'autres services peuvent être rendus par les cultures intermédiaires tels que piéger les nitrates, améliorer la structure du sol, attirer les auxiliaires, etc.

Précision sur la technique :

Quelques points de l'itinéraire technique :

 

L’Association Française d’Agronomie a dédié un débat agronomique à cette question de l’effet des couverts sur les adventices. D'autres éléments sont apportés par Arvalis.

Dans le cadre de l’agriculture de conservation, un couvert permanent peut être implanté sur une plus longue durée. L’objectif est d’avoir une couverture du sol en permanence, que ce soit dans l’interculture ou pendant le cycle de la culture de rente avant d’être détruit ou récolté. La valorisation n'est toutefois pas l'objectif premier des plantes de services. L’introduction de cultures pluriannuelles (ex. la luzerne, trèfle blanc, trèfle violet ou une prairie temporaire) dans la rotation concurrencent les adventices.

Points de vigilance :

Arvalis décrit des éléments clés d'itinéraires techniques du couvert d’interculture et des points de vigilance dans plusieurs de ses fiches : « Eléments clés pour réussir son couvert » et « Mélanges d’espèces de couverts ».

Le semis des couverts d’interculture se faisant généralement en période estivale, la sécheresse peut avoir un impact sur la levée des plantes, d’où la nécessité d’irriguer parfois lorsque cela est possible. Il faudra être vigilant aux prévisions météo lors du semis et au choix des espèces, profiter de l’humidité résiduelle juste après récolte pour semer, ou tenter d’anticiper le semis avec du semis sous couvert (parfois aléatoire, mais permettant d’installer le couvert avant récolte). Si le couvert n’est pas réussi au niveau de sa levée ou de la biomasse produite, il peut être incapable de réguler correctement les adventices ou repousses du précédent. Cela peut conduire à avoir des adventices très développées au moment de leur destruction voire à la grenaison, d’où la nécessité d’assurer une bonne levée des couverts grâce au choix des espèces et aux bonnes conditions de semis.

L’utilisation de plantes gélives est soumise aux aléas climatiques et il est de plus en plus fréquent que les hivers ne soient pas assez rigoureux pour garantir leur destruction. Le cas particulier du colza est détaillé dans une fiche spécifique.

Les couverts végétaux peuvent être relais de certaines maladies ou ravageurs. Il est important de les prendre en compte dans le calcul des délais de retour des cultures et de préférer des familles de plantes différentes des cultures de rente. De même, la sélection d’un type de flore adventice peut être renforcée si la même famille de plantes est toujours utilisée.



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture


Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable

Selon la rotation, il est possible d’implanter des plantes de services pendant les intercultures courtes ou longues pour gérer les adventices.



Tous les types de sols : Facilement généralisable

Les couverts d'interculture peuvent être mis en oeuvre sur tous les types de sol. Cependant, sur certains  sols (ex. argileux), l'implantation ou la destruction du couvert peuvent être très délicats. Il sera nécessaire de raisonner judicieusement les espèces implantées (ex. gélives) et la technique de destruction (gel, broyage, ...).



Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable
Continental
Océanique
Méditerranéen
Alpin

Les couverts d'interculture peuvent être mis en place sous tous les climats. La différence se fera sur le choix des plantes de services.



Réglementation

Concernant la réglementation liée à la directive nitrates, référez-vous à la Draaf de votre région.

MAEC : Obligation d’implanter des couverts pendant les intercultures longues




2. Services rendus par la technique


Régulation et gestion des adventices


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation

Par rapport à un sol nu, les cultures intermédiaires permettent de diminuer l’utilisation des herbicides si la destruction du couvert n’est pas réalisée chimiquement.



Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation

Par rapport à un sol nu, les cultures intermédiaires permettent de diminuer l’utilisation des herbicides si la destruction du couvert n’est pas réalisée chimiquement. Les couverts présents en automne (hors légumineuses) limitent le lessivage des éléments minéraux en hiver par les pluies.



Effet sur la consommation de ressources fossiles : En augmentation

L’implantation des plantes de services en interculture nécessite des passages supplémentaires lié au semis et à leur destruction (consommation de fuel et émissions de GES), sauf si celle-ci est opérée uniquement par le gel. Malgré cela, un passage d’outil peut permettre de finaliser la destruction.



Contribution au stockage de carbone dans les sols : En augmentation

Les plantes composants le couvert permettent de stocker du carbone et donc de limiter les emissions de gaz à effet de serre vers l'atmosphère. 




Critères "agronomiques"

Productivité : Pas d'effet (neutre)

Les couverts d'interculture n’auront pas d’impact sur la culture suivante sauf si elle est mal détruite (impact négatif) ou si les plantes sont choisies et conduites pour enrichir le sol en azote (impact positif).



Qualité de la production : Pas d'effet (neutre)

Les couverts d'interculture n'ont pas d'effet sur la qualité de la production.



Fertilité du sol : En augmentation

Les couverts végétaux d’interculture améliorent les composantes physiques (diminution du ruissellement, de la battance et de l’érosion), chimiques (amélioration de la disponibilité des éléments nutritifs dans certains cas, diminution de la lixiviation) et biologiques (amélioration de la vie du sol et de la teneur en matière organique) de la fertilité du sol. Leur décomposition permet d’augmenter les teneurs en matière organique du sol et en azote dans le cas de certaines plantes.

En effet, l'azote capté par le couvert pendant son développement est restitué progressivement après sa destruction. Une partie sera directement disponible pour la culture suivante. Le couvert permet aussi d'améliorer la disponibilité en phosphore et en potasse pour la culture suivante (remobilisation des éléments).



Stress hydrique : Variable
Le prélévement d'eau pendant le développement du couvert peut augmenter le déficit hydrique.

Biodiversité fonctionnelle : En augmentation

L’insertion de nouvelles familles de plantes dans le système apporte de la diversité. Le maintien d’un couvert pendant la période d'interculture permet le refuge et est source de nourriture pour les auxiliaires des cultures (ex : couvert mellifère pour les polinisateurs).




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : Variable

Par rapport à un sol nu, les couverts d'interculture peuvent permettre de fournir ou mettre à disposition des éléments nutritifs pour la culture suivante, ce qui peut permettre de réduire les doses de fertilisants. L’utilisation d’herbicides peut aussi diminuer grâce au couvert si le couvert est détruit mécaniquement. Toutefois, la semence et le semis peuvent avoir un coût supplémentaire (hors repousses de la culture précédente ou semence de ferme).



Charges de mécanisation : En augmentation

Passages pour le semis du couvert et sa destruction sauf si cette dernière est opérée par le gel.



Marge : Variable

Il est possible de récolter les cultures intermédiaires en dérobées fourragères, à ensiler, en grains ou à vocation énergétique.  La valorisation n'est toutefois pas l'objectif premier des plantes de services.




Critères "sociaux"


Temps de travail : Variable

Passages pour le semis et la destruction du couvert si cette dernière n'est pas opérée par le gel.



Effet sur la santé de l'agriculteur : En augmentation

Par diminution de l’usage des produits chimiques (sauf si destruction chimique).



Paysage : En augmentation
Le maintien d’un couvert pendant la période d'interculture améliore l’aspect paysager quelle que soit la couverture du sol.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
campagnol MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite Effet marqué avec des couverts de légumineuse pérenne (luzerne, trèfle blanc…).
limace MOYENNE ravageur, prédateur ou parasite L’appétance du couvert pour les limaces impacte la multiplication de ces dernières. La date de destruction et le travail du sol ont aussi un impact sur leur activité au semis de la culture.

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
adventices MOYENNE adventices Défavorisées par un effet de compétition, allélopathique ou piège

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Pollinisateurs MOYENNE Pollinisateurs

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Mennan H., Jabran K., Zandstra B.H., Pala F.
Agronomy, Article de revue avec comité, 2020
Arvalis, Brochure technique, 2016
Collectif d'experts
Arvalis, Ouvrage, 2011
Cordeau S., Moreau D.
Innovations Agronomiques, Article de revue avec comité, 2017
Charles R., Montfort F., Sarthou J-P.
Réduire les fuites de nitrate au moyen de cultures intermédiaires – Chapitre 6, Article de revue avec comité, 2004

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Lutte biologique
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

01/07/2021
Marie Hedan - ACTA - Paris (75012)
charge-mission - marie.hedan@acta.asso.fr

10/06/2021
Alicia Rouge - Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation - Dijon (21000)
ingenieur - alicia.rouge@inrae.fr

02/06/2021
Céline Bourlet - Chambre d'agriculture des Pays de la Loire - Angers (49000)
charge-mission - celine.bourlet@pl.chambagri.fr