TECHNIQUE

Association de cultures


Cette fiche est reliée à d'autres thématiques de la manière suivante :

défavorise
Bioagresseur
Voir tous les liens

Association de cultures de variétés de légumes

Crédit : Mon jardin en permaculture

En cours de rédaction
Dernière modification : 27/07/2021
Voir les contributeurs

Discussion liée

1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Les cultures associées sont composées de deux ou plusieurs plantes cultivées simultanément sur la parcelle pendant une période significative de leur cycle, s’apportant des avantages mutuels et destinées à être toutes récoltées.

Ce terme englobe donc de nombreuses possibilités, tant dans le choix des cultures que dans leur agencement spatial (semées en mélange sur le même rang, en rangs alternés, …) et temporel (semées et récoltées à la même date, semées à la même date et récoltées en décalé, …). Cette technique concerne aussi bien l’association de cultures annuelles, pluriannuelles que pérennes (agroforesterie).

Le principe reste le même : optimiser l’utilisation des ressources, d’avoir une culture plus résiliente face aux attaques de bioagresseurs et de maximiser la production sur une même surface (en règle générale, le rendement total d’une association de cultures est supérieur à la somme des rendements des cultures pures). Les cultures associées se rendent aussi généralement des services mutuels (gestion des adventices, barrière contre les maladies, …) et l’une peut jouer le rôle de plante de services pour l’autre. L’idée est donc d’associer des espèces complémentaires, dans leur occupation du sol, de l’espace et des nutriments, tout en limitant la possible compétition. Le choix des cultures à associer dépendra donc des objectifs visés : sécuriser le rendement, augmenter la maitrise des adventices, limiter les maladies, augmenter le taux de protéines, fournir un support physique, produire un aliment équilibré pour l’élevage, …

Précision sur la technique :

Cette technique présent e de nombreuses variantes en fonction des objectifs et des types de cultures concernés (Annuelles, pluriannuelles, vivaces, plein champ ou sous abri, etc.). Elle peut être mise en œuvre dans l’ensemble des filières :

  • En cultures pérennes :

L’implantation de couverts végétaux associés à la culture pérenne est possible. L’objectif n’est pas d’obtenir une récolte de ces couverts mais de lutter contre les bioagresseurs (adventices, ravageurs et maladies), améliorer la structure et la stabilité du sol ou l’accessibilité aux éléments nutritifs du sol. Des couverts végétaux constitués d’espèces annuelles ou pérennes peuvent-être implantés sur l’inter-rangs, sous le rang ou total avec la vigne.

  • En grandes cultures 

Cette technique est très utilisée en agriculture biologique, notamment pour la gestion des adventices, des ravageurs ainsi que pour sécuriser la production, ou dans les systèmes d’élevages (mélanges céréales-protéagineux, mélanges prairiaux, …). On y retrouve aussi bien des associations de cultures annuelles que de cultures pluriannuelles. Si l’association céréales-légumineuses est la plus courante, on commence à voir d’autres associations comme le colza associé à des plantes compagnes gélives, le soja ou le maïs associé pour la maitrise des adventices, ou de façon plus exploratoire, l’association du tournesol pour limiter les dégâts d’oiseaux. La technique est utilisée de façon moindre pour lutter contre les maladies.

 

Points de vigilance :

Il est peu recommandé d’associer plusieurs cultures de la même famille car exploitant les mêmes ressources, elles entreraient en compétition les unes avec les autres.



Période de mise en œuvre
Pendant l'interculture
Sur culture implantée
A l'implantation

L'association de cultures est en général envisagée avant implantation. Elle peut toutefois être mise en place après implantation, en particulier dans le cas de cutures pluriannuelles ou pérennes.

 



Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable

La technique en elle-même est généralisable à toutes les cultures. La différence se fera sur le choix des plantes à associer.



Tous les types de sols : Facilement généralisable
La technique en elle-même est généralisable à tous les sols. La différence se fera sur le choix des plantes à associer.

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

La technique en elle-même est généralisable à tous les climats. La différence se fera sur le choix des plantes à associer.

Réglementation

Influence
NEGATIVE

Les freins réglementaires ne sont pas directs, mais liés à la présence de plusieurs cultures sur la parcelle, cas qui n'est pas envisagé dans un certain nombre de réglementations (déclarations PAC, cahier des charges d'AOP...). En outre cela peut complexifier la gestion (utilisation de produits phytosanitaires homologués sur l'ensembe des cultures par exemple).


2. Services rendus par la technique


Fourniture de nutriments

Régulation et gestion des adventices

Gestion des auxiliaires ennemis des bioagresseurs

Gestion des auxiliaires pollinisateurs

Régulation du climat local

Gestion des ravageurs

Stabilité physique et structuration du sol

Stockage et gestion de l'eau


3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
L'effet peut être direct (effet barrière sur la dérive). En général, toutefois, il est plutôt indirect, en limitant l'usage de produits phytosanitaires.

Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
L'effet peut être direct (limitation du ruissellement). En général, toutefois, il est plutôt indirect, en limitant l'usage de produits phytosanitaires. L'association de cultures permet également de limiter l'érosion en empéchant la présence de sols nus.

Effet sur la consommation de ressources fossiles : Variable
L'association de culture peut permettre de limiter le travail des sols et donc la consommation de carburant. Toutefois, la mise en place d’une interculture ajoute un passage d’outil pour le semis et un pour la destruction (consommation de fuel et émissions de GES), émission de N2O par les légumineuses.


Critères "agronomiques"

Productivité : Variable
Les systèmes associant plusieurs cultures sont en général plus productifs que les systèmes monospécifiques. Toutefois, la productivité individuelle de chaque culture peut diminuer, en raison des concurrences qui peuvent s'exercer entre les cultures. L'équilibre est donc à trouver au cas par cas entre les proportions e chaque culture, l'objectif de l'association, et la valorisation possible de chaque culture.

Qualité de la production : Variable


Fertilité du sol : En augmentation

La décomposition du couvert d’interculture ou d’une plante de services associée pendant le cycle de la culture peut augmenter la fertilité physique, chimique et biologique du sol. En effet, les associations permettent une exploration plus complète des horizons du sol, de fixer ou augmenter la disponibilité des éléments nutritifs du sol (engrais verts, légumineuses) ainsi que la vie biologique et la matière organique.



Stress hydrique : Variable


Biodiversité fonctionnelle : En augmentation



Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation
L’utilisation d’herbicides peut diminuer grâce à l’effet de la plante de services mais dans le cas d’une plante de services semée (hors repousses de la culture précédente ou semence de ferme), la semence peut avoir un coût supplémentaire.

Charges de mécanisation : En augmentation
Passages pour le semis et la destruction/récolte.

Marge : En augmentation
Les espèces associées peuvent toutes être valorisées.


Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation
Passages pour le semis et la destruction dans le cas d’une plante de service en interculture mais baisse du nombre de passage de désherbage dans le cas d’une plante de service associée.

Effet sur la santé de l'agriculteur : En augmentation
Par la diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires.



4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
adventices MOYENNE adventices

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Gayrard M.
EcophytoPIC, Site Internet, 2020
Biarnès V., Carrouée B., Bouttet D., Chaillet I., Hellou G., Fontaine L.
ITAB, Brochure technique, 2011
EcophytoPIC, Brochure technique, 2015

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs : Aménagement paysager
Mode d'action :
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

27/07/2021
Marie Hedan - ACTA - Paris (75012)
charge-mission - marie.hedan@acta.asso.fr

30/01/2019
LAFOND David - IFV - ANGERS
ingenieur - david.lafond@vignevin.com